RSS

des nouvelles du pied

11 Avr

Bon les nouvelles de ce pied ne vont pas dans le bon sens.
Et non probablement pas de lien avec ma douleur au mollet apparue mercredi lors de ma séance de course.
Ces douleurs ont d’ailleurs disparue en un jour.

Pour le pied douleurs brutale hier au soir avec gonflement du pied.
Ce matin le pied était encore plus gonflé, très chaud, rouge, douloureux.
Pas de doute je sais ce que c’est ; crise d’algodystrophie.
Mes signes sont caractéristiques et très différent des signes articulaires induit par le gluten.

1ere crise septembre 1999 sous le plâtre, la dépose du plâtre a montrer un pied pas beau .
2ème crise fin Aout 2006 juste avant mon entrée à la fac (faire la rentrée en béquilles c’est top !)
3ème crise actuellement.

Qu’est ce que c’est que ce nom bizarre ?
L’algodystrophie est une maladie rare de l’adulte (mais parfois de l’adolescent et j’en ai fais les frais à 14ans)  et redoutable et dont la  prise en charge actuelle ne donne pas souvent de bons résultats.
Le début est très souvent brutal et imprévisible.
Elle peut être de deux types
            *réflexe : elle touchera plus particulièrement la hanche ;
            *post traumatique : dans ce cas elle touche les membres, mains, pieds mais aussi épaule ;
Au niveau du pied cela porte le joli nom de syndrome de Südeck Leriche.
Elle peut prendre des formes bénignes comme des formes plus graves entrainant une impotence fonctionnelle légère ou invalidantes.
Cette pathologie est due à un dysfonctionnement neurologique et neurovégétatif, avec implication du système orthosympathique. Le système nerveux autonome régit le fonctionnement de nos viscères  et entretien nos fonctions vitales de bases, et ceux de façon totalement inconsciente.
LE SNA  comprend deux systèmes le parasympathique et l’orthosympathique (ou sympathique) 
La pathologie en elle-même.
Etymologie :
Le terme algo s’apparente à algie : qui est douloureux.
Le terme dystrophie: Un trouble nutritionnel local qui entraîne des déformations ou des dégénérescences.
Caractérisques
Il s’agit d’un dérèglement du système neurovégétatif. Ce dernier provoque un dérèglement nutritionnel local.
Cela se caractérise par des syndromes douloureux vasomoteurs (chaleur intense) avec déminéralisation de l’os en une zone précise du squelette. Le déficit de vascularisation locale qui fait suite provoque alors des modifications tissulaires diverses avec ralentissement de la circulation locale. Ceci va alors être responsable des douleurs et de l’impotence fonctionnelle.
Causes de la maladie
L’algodystrophie a des étiologies multiples qui traduisent sa relation avec le système nerveux. L’étiologie peut être
*traumatique,
*neurologique
*viscérale
*médicamenteuse
A – causes traumatiques
Ce sont les plus fréquentes. Elles peuvent faire suite à un traumatisme articulaire bénin, voir même ignoré de la personne, mais aussi suite à un grave traumatisme.
Dans mon cas c’est une origine traumatique mais quel traumatisme ???Probablement ma cheville qui est parti en vrille l’autre jour mais pour lequel je n’ai pas prété attention.
J’ai qu’à arrêter de sauter partout aussi. Lol
B – les autres causes
1 – Etiologies neurologiques
Elles surviennent après des atteintes du système nerveux central : hémiplégie, hémorragie méningée, traumatisme crânien et tumeur cérébrale. Il arrive plus rarement qu’elle accompagne des atteintes du système nerveux périphérique comme la sciatique, les névralgies, le zona.
2 – Etiologies viscérales 
Certaines atteintes viscérales peuvent déclencher une algodystrophie réflexe : l’infarctus du myocarde associé au « syndrome épaule main », des tumeurs intra thoraciques et thoraciques (tumeurs mammaires), chirurgie thoracique,
3 – Etiologies circulatoires
Essentiellement des phlébites et le gros bras après le cancer du sein.
4.Autres
*infection
*certains médicaments (barbiturique, antituberculeux comme le Rimifon, iode radioactif)
*la grossesse (au niveau de la hanche)
*causes inconnues
 La notion de terrain
En fonction de notre constitution morphologique, de notre tempérament (nerveux, lympathique etc) on a tous un terrain qui nous est propre.
Mon terrain n’est pas celui de mon voisin ni même de mon frère.
Connaitre son type sensible est très intéressant pour mieux prévenir par derrière. Par son type sensible on présente des prédispo à développer plus certaines pathologies que d’autres.
Mais ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit j’ai dis prédisposition et non obligation de le faire, c’est sure si on ne prend pas un minimum sa santé en main, qu’alors il y a de forte chance pour que cela se développe.
Certes il y a des facteurs qu’on peut difficilement maitrisé.
Et je dirais en premier lieu l’hygiène de vie à un rôle immense pour ne pas développer de façon trop importante notre terrain.
Croyez vous que les maladies d’aujourd’hui sont une fatalité ?
Moi non  et j’en suis plus que convaincue.
Mon cas
Mon type sensible a moi, je suis de type neuroarthritique. Grande, longiligne, les os fin,  nerveuse ( J ) avec un fond anxieux.
Le stress influe sur le cortisol en diminuant sa sécrétion. Le cortisol est lui-même impliqué dans le métabolisme glucoprotéiques au niveau de la trame osseuse.
Dans l’algodystrophie , il y a des antécédents de troubles de l’ossification pendant la croissance (mon cas)
J’ai fais un énorme travail sur mon stress, même si il y a des choses ancrés au fond de moi, de part ma vie intrautérine mais j’y travaille. (Bébé qui n’a pas bougé pendant la grossesse, ma mère ne m’a jamais senti bougé, naissance par un siège, etc)
Je suis 10 fois moins nerveuse que par le passé, mais c’est une nervosité interne et non extériorisée. Je dirais même que je suis plutôt posée depuis quelques temps, avec ce travail sur moiMa morphologie je ne peux rien y faire.
Le diagnostic
Il repose sur les signes cliniques, radiographiques et scintigraphique.
Je connais parfaitement mes signes cliniques et je peux vous dire que je ne vais pas aller courir chez le médecin, ni même faire des radios.
Je n’ai pas besoin de voir les choses écrites sur un papier, mon corps me parle suffisamment.
Ma première crise oui j’étais passé par les trois étapes.
A/- signes cliniques
Il apparaît, dans un premier temps, des symptômes inflammatoires locaux avec gonflement, douleur et chaleur :
1.      L’articulation est chaude (brulante même), très douloureuse, gonflée (ma cheville fait le double de l’autre)  avec une sudation de la peau. (+++++++)
2.      Les douleurs sont aggravées par les mouvements, la mise en charge (pour les membres inférieurs). (une chose me soulagent c’est l’eau, et je ne blague pas , donc je crois que je vais passé du bon temps dans la piscine sans travailler mon pied bien sur)
3.      Les douleurs persistent la nuit.
4.      Les douleurs peuvent débuter au cours de l’immobilisation du membre et notamment sous plâtre. (Syndrome de compression). (Mon cas lors de ma première algo)

Un signe caractéristique est la douleur à l’effleurement  avec la pulpe du doigt  cela déclenche une douleur qui se propage le long de l’os.
Je ne peux pas effleurer ma cheville.
D’ailleurs il fait bien frais le matin , et je suis en sandales en de moment.
Moi qui était si frileuse avant le cru.

Après une période inflammatoire, dont la durée est très variable, l’évolution se fait vers une phase dite froide.
1.      Les troubles trophiques apparaissent :
a.      froideur du membre, (pas toujours)
b.      peau lisse pâle et atrophique(+++++),peau très fine
c.      perte des poils.
2.      L’œdème diminue mais il persiste souvent un signe du godet (après un appui du pouce sur le membre il persiste une dépression de la peau et des tissus ressemblant à un godet)
B/- signes radiographiques
Selon le degré d’atteinte il apparaît un amincissement de l’os en une zone précise du squelette, puis un aspect moucheté de l’os avec parfois une disparition partielle ou totale de la trame osseuses.
.
La prise en charge
Alors là vous allez m’entendre bondir sur cette pseudo prise en charge.
Il y a bien sur comme partout un traitement allopathique possible.
Le traitement holistique  est également applicable. 
A – traitement medical classique
Un petit tour sur les recommandations officielles pour ensuite que je vous en laisse mon avis.
Une seule piste possible : Les injections  intra musculaires ou sous cutanées de calcitonine sous les formes :
1.      calcitonine de saumon : Calsyn à 100 unités/jour
2.      calcitonine de porc : Calcitar à 50 unités/jour
3.      calcitonine humaine : Cibacalcine à 0,5 mg/jour.
La durée du traitement est de 3 à 4 semaines.
Les effets indésirables du traitement sont des nausées, des vomissements et un flush. L’importance de ces effets indésirables peut conduire à l’arrêt du traitement.
Ils peuvent être minimisés en réalisant l’injection de calcitonine après le déjeuner, en début d’après-midi, en y adjoignant du primpéran ou du vogalène.
Les résultats doivent se manifester dans les 15 premiers jours du traitement. En l’absence d’efficacité au bout de 21 jours il est inutile de poursuivre le traitement.
B/Moi dans tout ça
Si il y a un médicament que je dois prendre dans ma vie celui là est bien le dernier.
J’avais 14ans j’ai eu ce traitement avec injection dans le ventre tous les jours pendant 3 semaines, puis 3 fois par semaines pour un total de prise en charge sur 3 mois. Trois mois de béquilles ça vous muscle les bras pour le coup.
Je n’ai eu aucune amélioration de mon état, mais TOUS les effets secondaires.
Sur le moment, j’avais mon injection à 19h le soir, je devais manger avant car après la piqure j’avais envie de vomir dingue, (bien que j’avais du primpéran injecté dans la piqure ) j’étais au lit dans la demi heure qui suivait, mais je dormais très mal là nuit.
Je supportais très mal le traitement, et comme c’est chose rare chez un ado les infirmières se demandaient comment je tenais le coup avec ces piqures sachant que les adultes ont du mal à supporter.
Mais bon moi comme je ne suis pas du genre à me plaindre, ben j’acceptais je prenais sur moi.
Mais le pire c’est ça tout le calcium qui m’a été injecté est parti se logé dans mes intestins et non sur mon os.
De là je suis tombé dans l’anorexie qui n’était pas mentale mais médicamenteuse (après la forme mentale à pris le relais oui avec le ra le bol global de la vie, voir mon articles dans la rubrique qui suis-je)
Quand j’en parle avec ma mère, elle me dit « mais ce médicament il est encore autorisé sur le marché. Ce n’est pas normal. »
Secondo ce médicament est loin d’être vegan, donc raison de plus pour ne pas y passer.
Et puis vous connaissez ma position quand aux médicaments.

Que faire au bout du compte ?
Il est bon de tenir compte des travaux du Docteur Seignalet, et d’adopter ses principes avec suppression de gluten et des produits laitiers. Cependant cela n’empêche pas son développement car c’est un trouble très local avec implications de la terminaison nerveuse.
Pour moi c’est choses faites depuis trois ans. Et je suis stricte là-dessus.
Regardez du côté de son assiette et je ne le rappellerais jamais assez « on est ce que l’on mange «  et on peut éviter bon nombre de choses.
Moi chose certaine mon alimentation n’est pas en cause. Surtout qu’on ne vienne pas me dire que cela peut être des écarts que je fais puisque je n’en fais jamais.
Je dors beaucoup plus.
Mon tempérament lui n’y est pas pour rien.
Et chaque jour est un travail sur soi,.
On peut aussi avoir recours à la kiné ou à l’osthéopathie.
La phytothéapie  peut être dans grand recours.
Moi je tourne au cataplasme d’argile et au massage du pied.
Je ne prends pas d’antalgique par voie orale ni même sous forme de plantes.
Je ne compte pas le faire, je laisse mon corps de défendre lui-même.
Traitement allopathique, 3 mois en 1999.
En 2006 alimentation bio, très diététique, et saine, prise d’harpago et de cassis  en 15 jours c’était passé (avec béquilles)
Là j’en suis au cru et je compte bien voir cela passer en quelques jours (sans passer par les béquilles si possibles)
Et bien continuer mon travail de fond .
Exam dans un mois je ne serais pas nier le fait que le stress interne soit très fort chez moi, même si je me sens zen.
Le CFS (contrôle final de synthèse) doit mine de rien me faire flipper, vu que ça prend la 2, 3 et 4. Une question transversale où faut toucher le plus de matières .
 

4 réponses à “des nouvelles du pied

  1. natalia83

    12 avril 2011 at 1301 45

    et bien dis donc c'est pas marrant ce qu'il t'arrive, je te souhaite de vite te rétablir….en attendant plus de sport alors?

     
  2. indiantigre

    12 avril 2011 at 1604 03

    plus de sport, non pas du tout, je travaille juste mes autres parties du corps et le seul endroit ou mes pieds sont soulagés c'est l'eau donc piscine toujours au programme mais sans battements , je n'ai pas sortie les béquilles et pour l'instant je me déplace à pied (un trajet sur deux en tram quand même)

     
  3. livingfoodist

    13 avril 2011 at 909 55

    Merci pour toutes ces précisions. Je ne savais pas que c'était une maladie d'origine nerveuse, je pensais seulement que c'était un problème nutritionnel local, sans en connaître la cause.

     
  4. indiantigre

    13 avril 2011 at 1111 23

    système nerveux périphérique qui est touché celui qui gouverne nos organes et le déreglement induit ensuite u déficit nutritionnel local.J'ai un très très bon squelette sauf à cet endroit , mon pied droit, et c'est à chaque fois mon pied droit qui est touché

     

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :