RSS

Montrer l’exemple et non pas convertir

14 Mai

Très nombreuses sont les personnes, qui pleines de convictions veulent convertir les gens qui les entourent. Si bien que cela tourne même à l’obsession, sans arrêt prendre l’autre en faute pour le faire culpabiliser et tenter de le faire adopter un autre point de vue.
Croyez vous que faire culpabiliser quelqu’un soit une solution?
Je ne pense pas car rien ne vaut un cheminement issu d’une réflexion personnelle.
Si une personne y vient non pas par conviction, mais par culpabilité il y a fort à parier qu’il va vite se casser les dents.
On peut donner les pistes oui cela il n’y a pas de doute, mais on ne peut pas forcer la main, et pousser quiconque à agir d’une autre façon que part lui même.
Il n’y rien de plus sincère qu’une démarche qui vient de la personne en question.

Vous qui me suivez ici, vous avez pu découvrir que je suis pleine de convictions. Des convictions qui peuvent être vu comme extrémiste par certaines personnes.
Pourtant je suis tout sauf extrémiste au quotidien, et je fais preuve d’une immense tolérance vis à vis d’autrui, et surtout d’un profond respect, quelque soit les choix de chacun..

Je ne pense pas avoir tenté une seule fois de vous imposer mon point de vue ici. Si c’était le cas merci de m’en tenir informée.

En terme de convictions chez moi il y a notamment le végétalisme au niveau alimentaire, mais qui est poussé dans sa dimension plus lointaine car je suis vegan, et straight edge (cf les articles en questions sur ce blog même)
au delà du veganisme je suis crudivore, sur l’option frugivore.
Ecolo, et dans la simplicité volontaire, je ne vais pas vous faire un listing. Le but n’est pas là.
Certains pensent que c’est mon éducation qui vaut cela.
Détrompez vous tout de suite je suis issue d’une famille où la viande et le fromage ont toujours eu une grande place. Mes parents sont des enfants d’agriculteurs.
Certes des principes assez diététique, de part mon père qui est très sportif.
Et d’ailleurs une bonne partie de mon hygiène de vie tiens à ce que j’ai vu avec mon père.
Moi j’ai juste été bien bien plus loin.

Pour autant à la maison je n’ai jamais tenté d’imposer mes choix.
Et il ne valait mieux pas sinon j’aurais entendu parler du pays.

J’ai affirmé mes choix, mes parents ne sont jamais opposés même si il n’était pas forcément ok sur tout.
Comme mes choix étaient suffisamment raisonnés et non pas issu d’un coup de tête, ils m’ont toujours encouragé à voler de mes propres ailes.La seule condition exigée était que je sois en bonne santé.
Comme me dit ma mère, j’ai des choix parfois qui surprennent mais j’ai la tête sur les épaules donc ils ont confiance en moi.

J’ai semé ma graine, je vivais ma vie, eux ils mangeait leur viande, et jamais ils n’ont eu droit une remarque de ma part. Je n’étais pas là pour faire de la propagande.
Idem mes amis à la fac ils ont des choix assez opposés aux miens et jamais je ne leur fais de remarques, quand on partage un petit pique nique combien de fois je n’ai pas eu droit de beaux compliments comme quoi ma gamelle pleine de couleurs faisait envie. Mais je ne prends surtout pas cela pour prétexte à rebondir sur leur alimentation.

Quand il me demande comment je fais pour géré mon quotidien, avec mon emploi du temps, je ne leur réponds pas que c’est une question de choix.Je ne souhaite pas entrer dans la polémique.
Il constate sur moi que je suis pleine d’énergie c’est tout, et d’ailleurs cela leur a bien retirer des préjugés de la tête.

J’ai une règle ne pas m’imposer, mais je réponds aux question quand elles me sont posées. Et j’en ai d’ailleurs souvent. J’ai pas trop eu des attaques, où le peu de fois que j’en ai eu, je ne rentre pas dans le jeu donc la situation ne vire pas de bord.
A chaque fois que les questions ont surgis , les personnes m’ont remercié pour l’échange ensuite, et pour ne pas avoir tenter d’imposer.

Donc pour en venir là où je voulais, montrer l’exemple est ce qu’il y a de plus parlant, et cela aide la personne en face à faire son cheminement personnel si il est intéressé par le sujet, et cela est vrai dans de très nombreux domaines.

J’ai commencé mon chemin en 2000, cela fait 12 ans.
Ma famille c’est très vite ouverte sur les médecines naturelles, et de plus en plus au fil des années.
Sur l’écologie et le bio c’est pareil ils ont fait un grand chemin.
Et maintenant c’est du côté de l’assiette, jamais je n’aurais pu imaginer cela il y quelques années.
La démarche est venue d’eux, et ils ont été heureux de me l’annoncer. Ils ont diminué leur consommation de viande et de fromage. Je n’attends pas d’eux qu’ils deviennent végétariens, et ils ne le seront jamais probablement.
Ma mère a augmenté de façon considérable sa part de fruit et légume ainsi que sa part de cru, et elle était heureuse de m’en parler, et je l’ai encouragé ayant vu le positif du changement en elle.
Après plusieurs années de mon chemin, sans jamais avoir laisser un seul texte sur l’alimentation entre leur main, à m’observer, ils ont pris de la graine et ont commencé à s’y intéresser.

Ma mère a certes toujours tout fait maison, et les fruits et les légumes étaient assez présent.Aujourd’hui mes parents chez moi le plus souvent ils mangent cru, et cela a été une demande de leur part.

Ma mère qui pour rien au monde avant n’aurait mangé des algues, met des algues en paillette quasi tous les jours dans son assiette. Et même si ce sont des petits changements pour moi ils sont énormes car mis bout à bout cela fait quelques choses.

Idem quand je suis invitée chez min frère, ma belle soeur me prépare un repas entièrement cru, et pourtant je ne lui ai jamais demandé, mais à force de m’observer chez mes parents, elle a tenté et a voulu me faire la surprise.

Et je l’ai également constaté avec de nombreux amis, simplement après avoir ouvert la discussion, ils s’y sont intéressés et ont alors décidé de faire les choix qui leur parlaient le plus.
Mais jamais je n’ai imposé ma démarche.

Je n’ai pas de problème à manger avec des gens qui consomment de la viande, qui ne sont pas ceci ou cela.

Sans jamais chercher à imposer, vous verrez on vous respectera d’avantages, et les critiques se feront rares.
A l’extérieur vous ne vous sentirez pas étranger, mais vous pourrez partager de très nombreuses choses avec des gens de divers horizons.

Rappelez vous soyez vous même et restez ce que vous êtes, n’agissez pas pour faire plaisir, et ne tenter pas d’imposer ou de convertir.
De nos jours les gens ont besoin d’être rassuré, alors ce n’est que par l’exemple qu’il sera convaincu,tant sur les points de santé, que de partage (versus isolement etc)

Alors réfléchissez à l’avenir avant de tenter d’imposer votre mode de vie ou de pensée autour de vous.

Chaqu’un est ce qu’il est, et il fait les choix qu’il veut.
Alors méditer bien sur cette question.

Levé du soleil Beg Meil dans le 29

Vous pourrez alors partager des tas de choses, que jamais vous n’aurez imaginé possible avant.
Vivez avec vos convictions mais sans tentez de vous étalez partout où vous passez, et sachez mettre votre langue dans votre poche.
Le monde autour de vous vous dira merci par la suite, de leur avoir ouvert des portes en douceur…….

 

13 réponses à “Montrer l’exemple et non pas convertir

  1. Mark L.

    15 mai 2012 at 707 28

    Merveilleux, inspirant et tellement vrai haha !! Merci !

     
  2. Ingrid

    15 mai 2012 at 2008 04

    Très sage… J'en suis arrivée à la même conclusion avec le végétarisme. Après avoir tenté de convertir tout le monde, aujourd'hui je les respecte. Mais ce qui me titille, c'est avec le cru et la santé. Quand qqun me parle de ses problèmes de santé incurable, je ne peux m'empêcher de lui parler du jeûn, du cru etc. Ca m'attire forcément des problèmes, car totalement à l'opposé de la médecine allopathique.Là, j'ai le soucis avec ma soeur. Thierry en parle dans sa dernière vidéo "la cause des causes". C'est la personne qui a un intestin irritable, hépatite en cours.Je souffre de la voir souffrir et je ne comprends pas son refus d'essayer (enfin si, je comprends que c'est une remise en cause trop dure). Elle est comme toi en fin d'étude de pharma… donc tu dois bien comprendre le soucis.Je sais que j'ai tort de m'emporter quand en gros elle dit que Thierry dit de la merde avec son hépatite. Je comprends que le mot ne veut pas dire la même chose pour les deux. Mais ça me rend folle ! Il s'agit de sa santé ! Et par simple manque de remise en question, d'ouverture d'esprit… Elle va peut-être à la mort !Alors je sais que ma démarche n'est pas positive, mais je n'arrive pas à lui montrer ma désapprobation. (aucun médecin n'a trouvé ce qu'elle a. donc pour elle, personne ne peut trouver. surtout pas un gars qui se prend -au scandale- pour un médecin).Bref… :/Si tu as des conseils pour que je réussisse à gérer, ça serait top.Bizzz

     
  3. Ingrid

    15 mai 2012 at 2008 05

    erratum : à lui cacher ma désapprobation

     
  4. indiantigre

    16 mai 2012 at 606 17

    tu sais Ingrid, c'est très souvent que cela me titille au fond de moi de dire ce que je pense en matière d'alimentation.Mais tu le vois ou non si une personne est réceptif à l'ouverture.Si ce n'est pas le cas il va se sentir agressée, du coup je ne vais pas abordé le sujet.Si eux viennent me poser des questions j'y répondrais, mais ce n'est pas moi qui irait aborder la questionEt ainsi avec ma famille en adoptant cela c'est eux qui s'ouvrent, et non moi qui leur ouvre les portes. Et ma famille du coup avance à son allure, en fonction de leur sensibilité.Tandis qu'à l'inverse, par exemple ce week j'ai rencontré une personne très sympa, avec qui le sujet à été abordé comme si de rien n'était car il était très ouvert.Donc c'est vraiment en fonction de la personne.M^me si tout bouille en toi, ne laisse pas évacuer la vapeur.Et tu verra l'attitude de tes proches sera dans l'ouverture, essaie ici

     
  5. Sonka

    17 mai 2012 at 1402 09

    Tu sais à quel point je suis d'accord avec toi sur ce point, Sabrina. :)Non seulement c'est apaisant dans les relations, mais c'est aussi beaucoup plus efficace que le prosélytisme forcené. Je pense que par nature, l'humain n'aime pas être bousculé dans ces convictions et la démarche doit venir de lui pour réussir. On peut "semer des graines" comme tu dis, donner des idées, mais guère plus. Je l'ai constaté autour de moi, deux exemples : avec le bio, ma soeur. Je ne lui ai pas fait de prosélytisme, mais elle a vu que je ne consommais (presque) plus que ça, ça a coïncidé avec une copine à elle, bio aussi, et avec la lecture d'un livre, et tout ça a fait son chemin lentement, mais sûrement, et elle s'approvisionne aujourd'hui pour une grosse partie en bio.Deuxième exemple, la viande et mon mari : si je lui dis "on devient végétariens" ou même "aujourd'hui on mange végétarien", c'est un scandale assuré. Pourtant, on mange souvent végétarien, mais pour peu que je prenne la peine de faire un chouette repas, avec plusieurs choses variées, il est ravi et se régale. Mais il suffit de ne pas le lui dire frontalement !Après, Ingrid, je comprends ton inquiétude quand on fait face à une maladie plus grave, parce qu'on se sent pressé par l'urgence, on se dit qu'on ne peut pas se permettre d'attendre que l'autre prenne conscience par lui-même… Je n'ai pas la solution mais je pense quand même que la méthode brusque n'arrange rien…

     
  6. Aurélie

    24 mai 2012 at 1503 23

    Quel bel article. Je partage cette vision pour en être actrice. Le pire quand on cherche à convaincre c'est que cela peut vite devenir une obsession et se retourner contre soi. Comme si l'on cherchait plus à se convaincre d'être dans le vrai et que tout le monde à tort. Alors qu'on est juste une personne parmi tant d'autres qui a trouvé ce qui lui correspond.

     
  7. indiantigre

    24 mai 2012 at 2008 30

    très bien dis ça Aurélie

     
  8. Emmanuelle

    9 décembre 2012 at 2109 06

    Bravo!
    Je suis entièrement d’accord avec vous, je découvre votre blog…et je partage!

     
  9. Frédéric

    25 mars 2013 at 1705 19

    Bel article, merci. J’ai dernièrement tenté de convertir certains de mes proches, mais à présent je vais adopter votre attitude : écoute, compréhension, et si jamais l’autre personne pose des questions ou est intéressée, alors je peux discuter du sujet avec elle

     
  10. indiantigre

    25 mars 2013 at 1705 27

    le risque en cherchant à convaincre est de se heurter à un mur, et le fond de notre message ne serra alors pas du tout entendu

     
  11. janic

    26 mars 2013 at 707 14

    bonjour tu es étonnante de maturité pour ton âge!
    Pour les proches

     
  12. janic

    26 mars 2013 at 707 17

    ça a bugué. Je reprends. Pour les proches, malheureusement, on ne peut vivre leur vie par procuration et il n’est pas possible de tirer sur le germe d’un gland pour en faire un chêne, il faut être patient et se dire que nombre de glands ne deviendront jamais des chênes

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :