RSS

Un apercu sur la cuisson solaire

13 Sep

Comme vous le savez tous je suis pour ma part crudivore, et il peut m’arriver en famille de manger quelques légumes cuits de temps à autre. Je ne vais pas en mourir pour autant

Et je ne conseille à personne de sauter à pieds joins dans le cru, le plus important est de trouver son équilibre. C’est à mon sens bien plus important que d’être trop radical avec soit même.

Des légumes vapeurs, des pommes de terres, du riz, cela ne va pas vous tuez et au contraire cela peut vous aidez à trouver votre équilibre.

Etil y a un domaine qui est la cuissson où on peut vite être amené à utiliser de grande quantité d’énergie.

Parlons un peu de cuisine au four solaire, un sujet qui mérite d’être étudié!
Un communiqué ainsi que le nom d’un site très intéressant (il sera référencé dans les liens dès que ceci auront migré de blogspot vers wordpress)

www.atlascuisinesolaire.com

« Nous nous sommes adressé à Romain, webmaster du site Atlas de la Cuisine Solaire et devenu expert sur la cuisson solaire pour avoir travaillé avec de nombreuses organisations dans ce domaine, en Europe et en Afrique.

Saviez-vous qu’un Européen utilise à 80% des énergies fossiles pour la cuisson de ses plats quotidiens de manière directe ou indirecte en consommant soit du gaz soit de l’électricité. Une famille composée de 5 personnes pourrait économiser beaucoup car cela représente une facture de 120 à 160€ par an TTC hors abonnement et une empreinte Co2 allant de 200 à 280 Kg de Co2, soit environ 2000 km parcourus avec une voiture moderne. Il faut ajouter à cela, pour les familles cuisinant « tout électrique » 60 grammes de résidus nucléaires radioactifs sont produits et à isoler de plomb puis à placer quelque part pour des milliers d’années.

 

Une alternative pour alléger nos économies et les maux de notre planète est la cuisson au four solaire, ces dernières années de nombreuses associations et entreprises ont développé différent types de fours solaires pouvant durer plus d’années que votre gazinière et également pratiques et efficaces permettant d’économiser tout en protégeant la planète ! Un four solaire concentre les rayons du soleil dans une boite isolée ou l’on peut entreposer divers ustensiles de cuisine. Il atteint en moyenne une température de cuisson stable de 160°C, l’équivalent d’un four électrique à thermostat 5 en 30 minutes approximativement. Même s’ils peuvent atteindre les 230°C à vide, peu de fours solaires dépassent les 180°C pendant la cuisson. Il s’agit donc d’une cuisson de 2 à 3 fois plus lente qu’avec un four classique, mais tout aussi efficace ! Il existe aussi un modèle de four solaire appelé « cuiseur parabolique solaire» qui s’utilise comme une cuisinière normale. Les rayons du soleil sont concentrés en un point focal ou l’on peut entreposer divers ustensiles de cuisine. Le modèle Alsol 1.4 développe ainsi une puissance équivalente à celle une plaque à induction de 600 à 800 watts, largement suffisant donc pour cuisiner ou même frire sans émissions de co2!

 

C’est dans les pays en «voie de développement» que les fours solaires ont le plus d’impact positif, remplaçant le bois et le charbon. Chaque famille qui utilise l’énergie du soleil pour la cuisson là-bas évite de brûler 2,5 tonnes de bois par an environ, l’équivalent de 4 tonnes de Co2 et des centaines d’heures de marche généralement inculpées aux femmes pour aller chercher le bois. Mais la cuisine solaire c’est aussi moins de désertification des sols et une meilleure santé pour les peuples qui évitent  ainsi de respirer des fumées mauvaises pour la santé. En France, 68% de la population Française possède un jardin et/ou une terrasse et pourrait théoriquement cuisiner solaire régulièrement. Le potentiel est de 130 jours par an dans la moitiée nord de la france et plus de 230 jours par an au sud de la France, soit les trois quart de l’année. Au niveau économique, pour une petite famille Française, un cuiseur solaire permet facilement d’économiser 50€ par an, mais elle diminue surtout une empreinte écologique déjà bien profonde. Au niveau des impacts sur l’environnement, les émissions de Co2 dues à la fabrication de cuisinières solaires vont de quasiment 0 pour les modèles en carton réutilisés à 150 Kg pour les modèles en aluminium et en acier, les plus durables. L’effacement de l’impact écologique est donc de quelques années en Europe par exemple pour le modèle Alsol 1.4.

 

Pour plus de détails et pour connaitre les sources utilisées, les modèles de cuisinières solaires et les entreprises, consultez l’Atlas de la Cuisine Solaire ou également le site d’IDcook. »

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :