RSS

Un bout de tissu , pas si anodin

03 Déc

Aujourd’hui chez une personne de sexe féminin,  les seins sont considérés comme la partie la plue érotique. Ainsi que les soutiens gorges qui y sont associer. Selon une étude de l’institut Kantar pour le Salon international de la lingerie, 88% des hommes considèrent cela comme indispensable dans la panoplie d’une séductrice. Les chiffres, no comment quoi, comme si la féminité devait se résumer à un bout de tissu.

Pourquoi la femme devrait se torturer à longueur de temps: le port de talon permanent (et il y a long à dire sur le sujet), le port de soutien gorge, la prise de pilule..cf Bien dur la pilule à digérer

Tout cela par pression sociale, mais sortons des sentiers battus.

Pression sociale transmise également par notre propre mère.

En voici une petite étude fort sympathique que l’on peut notamment retrouver sur le site de Michel Dogna (auteur que je vous recommande si vous ne connaissez pas )

Déjà des les années 30, les premières études ont révélé les effets négatifs du soutien gorge.

Et dire que c’est un homme qui a inventé le soutien gorge, ben c’est sur que la comparaison n’est pas facile. Voici un résultat d’enquête stupéfiant :  Une étude sur le cancer a révélé que 3 femmes sur 4 qui ont un cancer du sein, portent régulièrement un soutien-gorge contre 1 femme sur 168 chez celles qui n’en portent pas du tout. Le risque d’avoir un cancer du sein est donc 125 fois supérieur si l’on porte un soutien-gorge. Porter un soutien-gorge donnerait donc 12 fois plus de risques de cancer que de fumer (et la plupart des fumeuses portent un soutien-gorge).  Soutien-gorge et circulation lymphatique :   Une très récente étude menée par deux médecins anthropologues, met à nouveau en évidence le lien entre le port du soutien-gorge et le cancer du sein.  Le soutien-gorge compressant les divers ganglions et canaux lymphatiques, les toxines ne sont plus éliminées naturellement par le drainage lymphatique, et s’accumulent dans le sein faisant apparaître au fil du temps, kystes, fibrokystes et tumeurs cancéreuses. 

Les capillaires lymphatiques sont sous cutanés et microscopiques. Leur compression se fait par simple pression et empêche la lymphe chargée de déchets d’aller se déverser dans les vaisseaux ou même dans les ganglions.Cette lymphe devient alors stagnante, les toxines qu’elle n’a pas pu évacuer feront des dégâts sur place. Les soutiens-gorge plus ou moins serrés par leurs élastiques, leurs armatures ou par leurs bonnets qui remontent les seins compriment ces capillaires et vaisseaux lymphatiques, bloquant toute circulation.  En outre, les soutiens-gorge par leur tissu enveloppant les seins et par la compression exercée sur eux augmentent sensiblement leur température. Ceci a été prouvé par des études thermographiques.  On sait qu’un sein précancéreux ou cancéreux est plus chaud qu’un sein non cancéreux. Le massage naturel du sein libre : Le mouvement naturel du sein libre, pendant la marche, crée normalement un massage qui fait circuler la lymphe. Lorsque ce mouvement naturel est entravé, la lymphe ne circule plus, les toxines s’accumulent et les kystes et tumeurs apparaissent.  Certains pays (Japon, Provinces de l’Inde, Fidji, Maoris…) n’hésitent pas à faire des campagnes pour un retour aux vêtements traditionnels seins libres, depuis l’apparition du cancer du sein avec l’adoption de la mode occidentale.  En effet, les femmes vivant à la mode occidentale dans ces pays développent des cancers pendant que les autres qui vivent seins libres, de façon traditionnelle, n’en développent pas. 

Un faux besoin Depuis 1978 : Plusieurs études médicales en France, aux USA, au Japon et en Grande Bretagne ont mis en avant que, contrairement aux idées reçues, le soutien-gorge peut augmenter la chute des seins  Pourtant, les lobbies de l’industrie textile n’ont de cesse de clamer ce qu’aucune étude médicale ne confirme. De plus, le port de cet article de lingerie et le manque d’exposition au soleil réduit le taux de mélatonine reconnu comme une molécule anti-cancéreuse. « >Certaines études parallèles au Japon, et aussi en France avec le Professeur Jean Denis Rouillon, médecin du sport au CHU de Besançon, ont démontré que le port du soutien-gorge, favorisait l’affaissement de la poitrine « >« L’arrêt du port du soutien-gorge est bien supporté par les femmes, en termes de confort et d’esthétique. Contrairement aux idées reçues, le sein ne tombe pas mais il se raffermit, remonte, et la qualité de la peau s’améliore. »  En effet, les ligaments Cooper et les muscles peaussiers qui sont les soutiens naturels de la poitrine ne travaillant plus, ceux-ci s’atrophient et la poitrine, perdant sa fermeté, s’affaissent encore plus rapidement avec le temps.   Le sein est donc enveloppé dans une membrane mince et très solide, d’autant plus costaud qu’elle travaille. Il est également suspendu comme un filet à provisions par ses ligaments reliés à la peau.  D’où parfois, lors de l’arrêt du port du sous-vêtement, une désagréable sensation de tiraillement pouvant durer quelques semaines avant qu’ils ne reprennent de la vigueur.  La croissance chez la jeune fille : Chaque mère, conditionnée par notre société affuble sa fille de cet accessoire dès que sa poitrine devient naissante.  Ceci contribue déjà à la chute de la poitrine parce que les éléments anatomiques de suspension du sein, à la fois musculaire (platysma) et conjonctif (fascias) se renforcent lors de la croissance car la pesanteur ou les contraintes mécaniques appliquées aux seins libres s’exercent.  Les tissus composants les seins ne se distendent donc pas sans soutien-gorge malgré une augmentation du volume mammaire. Le sein n’évolue pas vers la ptôse (poitrine trop affaissée) et s’avère plus ferme.  

Un maintien mécanique naturel : En posant des capteurs sur des athlètes, des chercheurs sportifs ont pu découvrir que la poitrine parcourt 6 cm de haut en bas et 9 cm de gauche à droite au cours des diverses pratiques sportives. Ce sont ces mouvements (réduits de 70 % avec un soutien-gorge) qui permettent au sein de s’adapter et de multiplier naturellement les formes de maintien. « >Constatation à la fois déconcertante et ahurissante, malgré toutes nos idées reçues, leur poitrine après 3 ans d’études n’a pas mollie, s’est encore moins affaissée et s’est même carrément rehaussée ! 

font-size: x-large; »>Étude médicale sur l’évolution du confort sans soutien-gorge (2009) : Au début de l’étude, 42 % des sujets ressentaient un inconfort sans soutien-gorge. 3 mois après, plus aucune gêne. 3 ans après, aucun sujet ne ressentait de douleur, aucun n’était gêné par l’absence du soutien-gorge dans les activités courantes, y compris les activités sportives. « >L’angle de l’axe du mamelon par rapport à l’horizontale augmente en moyenne de 180 % ! « >Il s’agit d’une évolution esthétiquement favorable puisque inverse de la ptôse. Le sein libre se fortifie. Ne jamais porter de soutien-gorge donne donc une poitrine naturellement plus ferme et plus haute, contrairement aux idées reçues.  Disparition de douleurs par la suppression du soutien-gorge : Deux chirurgiens des seins britanniques ont conduit des essais dans 2 cliniques en Angleterre et Pays de Galles.  Ils ont étudié des femmes pour voir si le fait de ne pas utiliser de soutien-gorge pouvait diminuer les douleurs de poitrine.  Leur étude a conclu que pour la majorité des femmes, il y avait diminution de la douleur pendant une période de 3 mois sans soutien-gorge.  Pour l’étude, ils ont demandé aux femmes de remplacer le soutien-gorge par une sorte de tee-shirt souple ou un débardeur, ou encore rien du tout. A la suite de l’étude, aucune femme n’a souhaité retrouver l’usage du soutien-gorge car elles avaient gagné aisance et confort.  Un docteur en médecine a publié ces résultats dans le traitement de la douleur des épaules chez les femmes à forte poitrine.  Dans cette étude de 5 ans, il a été suggéré que les patientes soulagent le poids sur leurs épaules pour une durée de 2 semaines, en allant sans soutien-gorge.  L’étude a indiqué que les résultats à longs termes étaient l’absence de douleur aux épaules si l’on n’utilisait plus de soutien-gorge. 79 % des patientes ont ensuite décidé de décharger le poids de leur poitrine de leurs épaules de façon permanente en éliminant définitivement l’utilisation de soutien-gorge parce qu’elles se sentaient libérées.   •  Chaque année, 42.000 femmes sont victimes d’un cancer du sein en France.  •  12.000 en sont décédées en 2000.  •  La pression sociale est le plus grand ennemi de votre santé.  •  Est-il mieux socialement d’avoir un cancer du sein que de vivre sans soutien-gorge ?  Reproduit avec l’autorisation du Journal de Michel Dogna. Source : http://www.santenatureinnovation.fr…  PS : Nous vous conseillons par ailleurs la lecture de l’ouvrage intitulé « CES VÊTEMENTS QUI NOUS TUENT » des Dr Anna Maria Clément et Dr Brian Clément

Ces_vetements_qui_nous_tuent

Pour ma part, oui j’ai osé franchir le pas

Mais franchement qu’est ce que j’ai gagné en confort, personnellement j’ai jamais supporté cela , et c’était vraiment une contrainte pour moi et d’autant plus de pression que je m’imposais. Et non je n’ai pas une poitrine menue,et bien sur la pression sociale a énormément reposé sur mes épaules .

 
19 Commentaires

Publié par le 3 décembre 2012 dans Santé ( au naturel

 

19 réponses à “Un bout de tissu , pas si anodin

  1. La Kapsule

    4 décembre 2012 at 012 56

    Mon amie n’en porte pas et c’est très bien ainsi.

     
  2. ingridunamourvache

    4 décembre 2012 at 1705 24

    Je n’en porte plus depuis six mois environ. C’est une véritable libération ! Depuis longtemps je considérais le soutif comme une cage que l’on est obligé de mettre. Cet été, je n’ai pas non plus caché cette poitrine que l’on ne saurait voir ! Je n’avais que le bas (j’aurai aimé trouvé un lieu nudiste, ça aurait été encore mieux niveau confort). Maintenant la grande question est comment aller à la piscine qu’avec le bas. En vacances, ça ne posait pas de problème que j’aille à la piscine qu’avec le bas. Mais là… j’ai un gros doute ! On se prend déjà des remarques si on ne s’épile pas (le maillot, les aisselles et les jambes), alors pas de haut à la piscine… >_<

     
    • indiantigre

      4 décembre 2012 at 1907 22

      une vraie libération comme tu dis.

      Pour la piscine moi j’y nage en une pièce donc la question ne se pose pas, car pour faire des longueurs le deux pièce c’est super génant

       
  3. yann

    4 décembre 2012 at 2109 43

    Je trouve cet article super, je suis un homme et je trouve pas le soutient gorge super sexy non plus c’est tellement plus jolie une femme au naturel 🙂

     
    • indiantigre

      4 décembre 2012 at 2109 47

      contente de voir des hommes qui s’y retrouve par cet article

       
  4. Caroline

    6 décembre 2012 at 707 08

    Ca me rappelle qu’il y a quelques années, j’avais arrêté de mettre un « soutif » pendant l’hiver, j’en avais remis un au retour des beaux jours et des tshirts, par pudeur/peur des regards. Mais je crois que là, c’est le bon moment pour ranger à nouveau ces bouts de petits bouts de tissus au placard! Et ton article va sans doute m’encourager à les oublier pour longtemps! Merci! 🙂

     
  5. ambrase

    6 décembre 2012 at 1503 46

    Super blog et article …
    Je peux donc avouer librement ici sans choquer que je n’ai Jamais aimé les soutiens gorges et je n’en porte pas .sauf des brassières quand je fais du sport ..
    …Restons nous même 🙂

     
  6. Marie Wolf

    3 janvier 2013 at 1705 56

    Tu me conforte dans mon choix de limiter mon port du soutien-gorge (qu’en est il des brassières, moins « soutenantes », d’ailleurs?)
    Je viens de partager cet article avec mes ami-e-s.

     
    • indiantigre

      4 janvier 2013 at 2008 17

      la brassière est je pense bien moins pire, même si elle limite le mouvement naturel du sein

       
  7. Soizic

    16 février 2013 at 909 50

    J’ai toujours passé les mois d’été sans soutien-gorge, et l’hiver avec le moins possible, surtout sans armature, car aucun n’est adapté à ma poitrine très ronde; Depuis que j’ai pris un peu de poids, (j’ai 55 ans) j’ai une poitrine magnifique et tonique, alors que je ne peux plus tout mettre de soutien-gorge, suite à un accident qui me prive d’une main…

     
  8. nolwenn

    4 mars 2013 at 2109 49

    pareil, je ne me suis jamais senti à l’aise avec. Au final je n’en porte que quand je sort de chez moi avec une préférence pour les brassières. Par contre pour la CAP j’en mets des qui soutiennent bien :/
    Je vais essayer de limiter au fur et à mesure leurs utilisation du coup! Merci 🙂

     
  9. Yves

    9 novembre 2013 at 1604 09

    Dernières études médicales ci dessous
    http://fr.slideshare.net/Yves971/le-danger-du-soutien-gorge-52
    Bonne lecture… Et bonne santé !

     
  10. maïté

    6 juin 2014 at 1705 00

    je je porte plus de soutien gorge depuis je sais même plus quand et j’ai arrêté la pilule depuis deux mois 😉 , je constate que mes seins sont remontés et plus joli 🙂

     
  11. Liberté

    23 octobre 2014 at 2210 01

    En tant qu’homme je vous assure que le fait que presque toutes les femmes (en France en tout cas) portent des soutien-gorges ne m’a JAMAIS semblé quelque chose de naturel… une impression étrange d’incompréhension depuis déjà tout petit!
    Depuis, je me suis intéressé au sujet il y a 2-3 ans, j’ai obtenu des réponses… et j’ai récemment ouvert un site pour parler des problèmes de santé qu’il provoque, mais aussi pour montrer aux femmes qu’elles peuvent s’en libérer plus facilement qu’elles ne le croient… c’est par ici : http://www.freetheboobies.fr
    Il y a aussi une conférence de Jean-Denis Rouillon à voir, elle porte sur l’amélioration de l’état du sein après la suppression du SG : http://vimeo.com/77976491
    J’espère que tout ça convaincra les indécises! Enfin ici il ne semble pas y en avoir beaucoup 😉

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :