RSS

ALimentations frugivore: carence suite et fin

26 Jan

La vitamine B12

La fameuse B12.

Je ne suis pas une experte en la matière car c’est un sujet  qui je dirais est assez complexe, et difficile de trouver les arguments en la matière.  Même si mes cours d’hémato me sont d’une grande aide sur le sujet.

Sur le sujet j’ai cependant la chance d’avoir pu échanger sur le sujet, avec une femme médecin, qui vit dans le Sud de la France, cette femme est frugivore,  et c’est une dame qui est calée de chez calée. D’ailleurs d’ici un mois et demi  environ sa thèse de médecine sera publiée. Cette thèse traite de l’origine frugivore de l’homme en lien avec la bible. Cette thèse c’est un gros pavé hyper argumenté, c’est du lourd. Je vous en dirais plus à sa publication.

Là c’est  un des éléments où la référence à la prise de sang est peut être utile, non pas pour le taux de B12 lui-même mais pour la formule sanguine, sur laquelle je vais revenir.

Le taux de B12  (cobalamanine) pure ne reflète rien.  Une carence en B12 se traduirait par  un taux inférieur à 200pg/ml  + signe cliniques et/ ou biologiques. C’est-à-dire qu’un taux bas sans signes cliniques ni biologiques peut difficilement être considéré comme une carence.

Pour les signes biologiques cela reposent sur la NFS (numération formule sanguine), en s’intéressant à la partie des globules rouges.

Dans le cas d’une carence en B12 on a une hémoglobine abaissée (anémie)   le VGM (volume globulaire moyen) est augmenté.   On regarde également le  TCMH et le CCMH   de la prise de sang, ainsi que le taux de réticulocytes. C’est l’ensemble de ces facteurs qui permet de conclure.

Je ne vais pas vous donner le terme scientifique de cette anémie  car je n’ai pas envie de vous embrouillez  mais si cela vous intéresse je vous donnerais les explications.

Pour les signes biologiques on peut observer :

Signes cutanées : type perlèche, mycose (notamment génitales), langue dépapillée

Paleur

Troubles des sensations cutanées.  (Signes neurologies)

Ce n’est donc qu’à partir du taux de B12 correlé aux signes biologiques et ou cliniques qu’on peut conclure à une carence en vitamine B12. Mais attention ce n’est pas la peine d’aller chercher u n symptôme isolé pour aller vous faire des films, j’ai bien précisé que c’est un ensemble.

Le taux inférieur à 200pg/ml sont dit faibles, mais il y a des personnes crudivores vegan de longues dates, avec des taux proche de 70pg sans aucune anomalie qu’elle soit physique ou biologique) et qui donc ne sont pas en carence  d’après la définition même de cette carence.

La B12 on se focalise dessus, mais sachez que cette B12 est uniquement productrice par des bactéries, et notamment les bactéries du sol. Ensuite c’est une question de chaine alimentaire, les animaux ingèrent des végétaux, puis l’humain de l’animal. Voilà pourquoi on dit que les produits animaux en contiennent

Quand on mange une nourriture aseptisée, cultivée sur une base de pesticide,  astiquée et épluchée, oui là il n’y a plus rien  et notamment les précieuses bactéries qui produisent la B12.

On aseptise tout par peur de soi disant parasite. Mais à tout aseptiser notre corps ne sait plus se défendre face aux agents externes.

Alors commençons déjà par les bases, à consommer des légumes le plus bio possible et si ils le sont inutile de les éplucher et de les laver.  Et là c’est tout l’intérêt des sols en permaculture. Personnellement je ne lave pas mes aliments puisqu’ils sont bio et achetés sur les marchés, (bio de grande surface no comment)   sauf les carottes que je brosse bien évidemment.

Un petit peu de terre n’a jamais tué personne.

Si carence il y a, alors supplémentation.

Mais ce n’est pas n’importe qu’elle supplémentation qu’il faut choisir la méthylcobalamine. Forme qu’on trouve de façon très rare en France. Les supplémentations qui existent sont de la cyanocobalamine. Cette forme n’est pas une forme vraiment assimilée par le corps. On trouve des supplémentations en ampoule.  Qui sont pour infos fabriquer par des labos qui cautionnent les tests sur animaux en long et en large.

Point important la vitamine B12 est détruite à 90 % par la chaleur.

Donc un individu lambda n’est pas plus protégé. Mais point très important, il est un fait c’est que beaucoup d’aliments sont aujourd’hui enrichis en vitamine B12, et y compris les animaux dont lesquels on consomme la chair ensuite (si on mange des produits animaux)

La carence chez une personne végétalienne crudivore n’a donc pas plus de risque d’être là que chez une personne omnivore, qui obtient des apports par supplémentation de son alimentation.  Donc les taux standards se basent sur des personnes supplémentées. Et c’est là que le bas blesse.

Je ne vais pas en dire plus car le sujet est il est vrai complexe.

Perso je ne me supplémente pas, et c’est très bien ainsi.

Le fer

Le fer dans l’esprit de beaucoup de personne on en trouve uniquement dans la viande rouge.

Mais c’est en oublié qu’on trouve également du fer dans les végétaux, et notamment dans les feuilles vertes. Oui j’y tiens à mes feuilles vertes.

Certes on distingue le fer héminique et le fer non héminique, mais le combat n’a pas forcément lieu d’être.

Les végétaux contiennent uniquement du fer non héminique, les produits animaux en contiennent les deux.

Donc nous avons un fer héminique plus assimilable, mais de l’autre côté nous avons des aliments végétaux dont la teneur en fer est supérieur à celle des produits animaux. Le ratio est parfois jusqu’à 10 fois plus. Le fer non héminique contrairement à ce qu’on nous dit est assimilé par le corps, dès lors qu’il est associé à de la vitamine C. C’est le cas des végétaux donc cela tombe bien.

Or il faut savoir que le fer est un puissant oxydant cellulaire, il s’en suit donc toute une série de dommage, si le

Dans les végétaux, il y a énormément de fer, qui est assimilable. Ce que  l’on oublie dans la nutrition courante c’est qu’un aliment est un tout et donc une association de minéraux. Et que pour permettre l’assimilation d’un élément il faut la présence des autres.

Or ces différentes synergies permettent une meilleure assimilation. Et également une lutte contre l’acidification des tissus.

Point important il faut aussi en revenir à la définition de l’anémie. Dans mes cours de biochimie j’ai bien étudié toutes ces notions d’anémies. Anémie par définition c’est une diminution de la quantité d’hémoglobine. Ce paramètre se voit sur la numération formule sanguine.

L’hémoglobine c’est quoi ? C’est une protéine qui est responsable du  transport du dioxygène vers les différentes cellules. Cette protéine est dite une protéine héminique de part la présence d’un noyau héme qui possède en son centre un ion métallique le fer. ? Et voilà où il intervient le fer, qui est présent sous sa forme Fe2+.  Cette structure va permettre l’affinité avec l’oxygène.

structure hémoglobine, (structure plane)

structure hémoglobine, (structure plane)

C’est donc bien l’hémoglobine qui est important, et les réserves en fer n’importe que très peu au final. Dernière analyse de sang il y 2 ans j’étais à plus de 16g/dl  ce qui correspond à des valeurs haute chez une femme. Donc mon sang était très très bien oxygéné et mon taux de fer  pourtant n’explosait pas les chiffres, bien au contraire.

Donc c’est bien plus une question d’oxygénation du sang et des tissus qui est à prendre en compte

Et en cela les végétaux sont hypers puissants pour l’oxygénation.

Grâce à ces végétaux, notamment à feuilles vertes foncées, on comble largement nos besoins. Aucune supplémentation n’est nécessaire.  Surtout que le fer pris en supplémentation sur un corps qui n’en a pas besoin, crée une oxydation importante dans notre corps, ce dernier devra alors lutter en puisant dans ses réserves anti oxydantes.

Ce fer est d’autant mieux assimiler sous forme liquide notamment à l’aide de smoothie ou de jus. Car on ne mâche pas forcément de grandes quantités de verdures. Un petit tour du côté des épinards, du kale (le chou frisé) du persil, mais aussi de la belle ortie (plante si merveilleuse)

 

Les oméga 3

C’est l’élément sur lequel je pense il est important de mettre un point d’honneur. Car les oméga 3 ont des fonctions physiologiques ultra importantes  (comme la synthèse du thomboxane qui est un facteur de la coagulation, action sur les canaux ioniques, je ne détaille pas car on entre dans le plus complexe)

Les omégas 3 sont des lipides, et nous avons besoins de lipides pour le fonctionnement normal du corps, notamment le renouvellement des membranes cellulaires, les fonctions hormonales. Mais nous n’avons pas pour autant besoin d’apport massif de lipides, 10% de notre ration calorique est largement suffisant  (et non 30 % comme on nous dit).

Nous sommes aujourd’hui dans un rapport oméga 6/oméga 3 sur du 10/1 voir même du 30/1 ; Alors que ce rapport devrait être au mieux de 5 pour 1 et dans l’idéal 1 pour 1.

Les omégas 6 sont apportés par les graisses saturées, (à savoir toutes les graisses animales), les huiles de tournesol (qui son très utilisées par l’industrie alimentaire). Or les omégas 6 sont pro inflammatoires dans le corps.  Vous n’êtes probablement pas sans savoir que les maladies inflammatoires explosent.

Les omégas 3 agissent aussi sur la répartition de vos graisses corporelles,  avec une déficience en oméga 3 qui favorisent la prise de masse grasse abdominale .

On distingue principalement  3 acides oméga 3. ALA  acide alpha linolénique , EPA (acide eicosapentaénoique) et le DHA (acide docosahexaénoique ) .

L’EPA et le DHA peuvent être synthétisé dans l’organisme à partir de L’ALA. Mais la conversion n’est pas forcément optimale. Donc ne pas se baser uniquement sur les ALA pour espérer une synthèse d’oméga 3.  Après si cela vous intéresse de connaitre la cascade réactionnelle en détail je peux vous ressortir mes cours de biochimie.

Les omégas 3 non, cela ne se trouvent pas que dans les poissons gras.

On trouve l’huile de colza, mais qui n’est pas une panacée pour autant. Elle ne contient que 10%d’oméga 3.  Elle contient des oméga 9, donc l’avantage c’est que l’on a pas d’action proinflammatoire.

Mais encore faut-il consommer des huiles.

Les graines de lin, qui renferment 58% d’ALA. Précisions à consommer moulue sinon vous n’aurez que pour unique action une action sur le transit. Donc essentiellement de l’ALA ce qui n’est pas optimal pour autant.

Nous en arrivons à mes deux chouchou, la graine de chia et la graine de chanvre.

Le chanvre c’est ma préférée. Des graines de chanvre moulue, avec leur petit gout de noisette, hummmm c’est trop trop bon.

image chanvre-bio.com

image chanvre-bio.com

Je vous vois sourire de loin. Le chanvre  non ce n’est pas destiné qu’à être fumé. Et il a différent type de chanvre  (Cannabis sativa) qui se distingue par leur teneur en THC  (tétra hydrocannabinol). Le THC étant l’élément psychotrope recherché par les consommateurs de hasch. Sur un chanvre alimentaire on est très très faible en THC. (Max 0.3%).

Le chanvre est un aliment exceptionnel à tout point. D ailleurs à titre informatif est riche en globuline, qui est une protéine présente dans le lait maternel.

Le chanvre est riche en oméga 3 de type DSA qui est très facilement assimilable par le corps humain.

On a un rapport 3/1 ce qui est un rapport idéal. Donc elle a de nombreux atouts cette petite graine.

Et cette graine peut être locale, il y a une chanvrière pas si loin que ça de chez mes parents. J’ai déjà pu rencontrer le gars qui tient la chanvrière, un type passionné par ce qu’il fait.  Le chanvre oui on en trouve en France donc inutile d’aller acheter du chanvre canadien.

Et le chia, une petite graine issue d’une plante de la famille des Lamiacées, Salvia hispanica . Ce sont des petites graines, plus petites que celle du sésame.

Cette graine se consomme saupoudrée sur des plats, ou le mieux est de la mettre à tremper, pour en faire un mucillage, et ensuite consommer le mélange.

Conclusion

 

Après un article en deux parties, que j’ai essayé de faire le plus simple possible pour qu’il soit accessible et facilement compréhensible, j’ai passé en revu les points qui reviennent souvent. Des carences qui font peur, et c’est une chose normale car les dogmes sont mis en place et perdurent.

Mais au final ce sont des carences infondées.

Et elles ne sont pas le propre du frugivore, il y a des personnes qui se lancent dans le végétarisme et qui usent et abusent des céréales et des produits laitiers, résultats terrain acide et donc défaut d’assimilation par la suite.

En espérant que cet article ait répondu à certaines de vos questions, et si les  points ne sont pas clairs n’hésitez pas à me le signaler.

 
 

8 réponses à “ALimentations frugivore: carence suite et fin

  1. janic

    27 janvier 2013 at 707 55

    bon article comme d’habitude. J’attends avec im…patience cette thèse sur le plan scientifique et théologique (qui est mon domaine de prédilection) et où, malheureusement, il se dit tout et n’importe quoi comme sur la B12.

     
    • David

      5 octobre 2015 at 404 09

      Bonjour! merci pour cet article!
      Est-ce possible de trouver la thèse qui traite de l’origine frugivore de l’homme en lien avec la bible.
      merci d’avance!

      DaViD

       
      • indiantigre

        11 octobre 2015 at 1402 47

        bonjour David
        j’ai la thèse de cette personne en version pdf si cela peut vous intéresser
        je vous la fais parvenir par mail
        belle journée

         
  2. Denise

    18 avril 2014 at 1402 43

    pour l’alimentation des chiens et chats voici une info : http://liberationanimale.com/2011/04/02/des-chiens-et-des-chats-vegetariensvegetaliens/

     
  3. maxine

    1 décembre 2014 at 808 15

    Bonjour,

    Je viens de découvrir ton site, que j’apprécie 😀 !!
    A la base, je suis végétarienne je dirait depuis toujours, sauf lorsqu’on m’obliger à consommer des protéines animales étant plus jeunes.
    Depuis peu je suis végan, et je tend vraiment vers l’alimentation frugivore qui je pense me correspond le mieux, sur tous les plans
    J’ai souvent eu des troubles alimentaires, et je pense c’est à cause d’une d’incohérence entre construction sociale et croyance populaire concernant les façons de se nourrir et le ressenti psychologique et physique de notre alimentation.
    J’aimerai savoir comment faire pour consulter la thèse de médecine de la dame calée en vitamine B12??
    Si tu as des lectures à me conseiller qui traite des sujets tel que l’alimentation frugivore, l’hygiéniste, …, je suis intéressée!!
    Je te remercie par avance!

     
  4. ghom

    24 juin 2015 at 1212 58

    Bonjour,
    Moi je suis le régime seignalet pour le traitement de mon rhumatisme, je mange tous les jours au soir du poisson et comme complément alimentaire je prends tous les les jours deux comprimés d’omega 3 et de la spiruline.
    Je ne sais pas si j’ai un excès d’omega 3 ? si oui c’est dangereux?

    Merci pour votre réponse

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :