RSS

Quand les choix alimentaires posent soucis

26 Jan

Un sujet qui revient souvent d’actualité  et en lien avec l’article Peu importe le contenu de l’assiette,

et en lien avec des mails que je reçois, les nombreuses questions sur le sujet, la vie sociale etc et autre, je constate que les choix alimentaires sont parfois très dur à vivre pour certain, et une immense source de conflit. N’oublions pas une chose un individu est un être entier, et certainement pas un résumé par le contenu de son assiette.

Mais avant tout je tiens à repréciser les choses, ce n’est pas parce que l’on fait des choix pour diverses raisons qui nous sont propres qu’il faut pour autant devenir extrémiste et  rentre dedans. Vos choix sont les vôtres et on a aucun droit de les imposer aux autres. La liberté de chacun c’est important. C’est se respecter soi et respecter l’autre.
Entrer dans les polémiques autour d’un repas ne sert à rien mais alors à rien du tout, le repas n’est pas fait pour cela, et c’est le dernier des moments.

Et il y a un proverbe africain que j’aime beaucoup c’est « si tu ne sais pas où tu vas, regardes d’où tu viens « . Alors pensez à ce que l’on a pu être auparavant, permet souvent de relativiser bien des choses.

Moi personnellement j’ai un père qui travaille dans l’industrie de la viande, et je suis restée sur le cul quand plus d’une fois on m’a sortie  » mais tu peux regarder ton père dans les yeux aujourd’hui ?, ». Non mais faut arrêter le délire là quoi.

Mon père c’est quand même l’être qui m’a élevé, et quelque soit son métier, j’aurai toujours du respect pour lui. Et mon père est la personne qui a toujours le plus accepté mes choix dans ma famille, et je me rappelle très bien le jour où ils ont eu connaissance de mon végétarisme, même si ils s’en doutaient pleinement,  ma mère m’a posé des questions en tout genre, et pourquoi ceci pourquoi cela. Mon père lui m’a dit « ma fille tu fais ce que tu veux,c’est ta vie, tu es libre, moi tout ce que je te demande c’est d’avoir la santé « . Et je n’ai plutôt pas intérêt à rentrer dedans avec mon père sinon je vais bien entendre parler du pays.

Oui il y est parfaitement normal que votre entourage se pose des questions ,car ils ont peur pour votre santé, et moi la première, et mes parents m’avaient déjà vu tellement mal, que pour eux je leur faisais un beau cadeau en prenant soin de moi. Mon petit frère, lui était plus inquiet au départ, et il en a fait des recherches sur le net, pour savoir si on pouvait vivre en pleine santé ainsi, savoir quelles célébrités étaient végétaliennes. On a discuté, j’ai répondu à ses questions sans jamais lui rentrer dedans.

Quand je rentre dans ma famille, le moment le plus important est le moment que l’on passe ensemble, le contenu de l’assiette de truc ou machin, est devenu le dernier de nos soucis. Cela a été une préoccupation de leur côté je sais, mais ils ont vachement lâché prise. Ma famille mange de la viande, et alors où est le problème, je prends mon repas avec eux, je m’installe avec eux.

La seule chose que j’ai demandé à ma mère c’est de ne plus me demander de lui faire des commissions à la boucherie quand j’étais chez eux.

Quand est ‘il des repas en extérieur?

Moi perso depuis que je suis crudi je mange bien plus souvent en extérieur qu’avant. Et ce n’est pas parce qu’une fois occasionnellement vous mangerez cuit qu’il y aura mort d’homme. Bien sur soyez réfléchi et faites vos choix en conséquences. Car très souvent là où je vais manger je trouve des salades, donc pour moi no prob. Et tout cela n’est possible que par l’ouverture, si vous partez du principe que vous ne trouverez pas chaussures à votre pied, oui c’est sur vous allez vous isoler. Et vous raterez probablement des occasions.Et si l’option salade n’est pas possible Des légumes cuits, pas de gluten, et vous verrez vous n’en serez pas malade.
Mais cela est possible à une seule et unique  condition, que votre repas vous le preniez avec AMOUR, et que vous apprécier le moment partagé.  Si vous vous dites non je suis crudivore, il ne faut pas que je mange ce plat parce que les légumes sont cuit, parce qu’il n’est pas bio. Etc  (non je suis réaliste car je me base sur des témoignages)  et si je le mange je serais malade, etc alors oui là c’est succès garantie ce repas vous restera en travers de la bouche.
Mais à l’inverse si vous mettez beaucoup d’amour dans le plat que vous êtes en train de manger, de remercier l’aliment que vous ingéreZ, que vous prenez votre repas dans le calme, et sans une pression que vous même pouvez vous mettre sur les épaules, cela fera une immense différence.

Perso en tant que colopathe, je sais parfaitement que mon abdomen est le siège de mes tensions et si je me fou de la pression c’est garantie que j’aurais des douleurs importantes.

Mais bien sur c’est suivre ces propres principes sans en arriver à l’extrémisme.
Le végétalisme est un point sur lequel je ne ferais pas d’entorse, j’ai mes convictions éthiques et je sais les énergies basses que cela apporte sur mon corps, le gluten également aucune entorse possible sinon c’est 10 jours de douleurs articulaire. Non merci . Et je mange cuite de fazçon très très occasionnelle, j’ai ma ligne de conduite et je la tiens .

Mes études je suis dans un milieu très hostile, et les personnes que je côtoie tant par mes collègues de travail (boulot actuel, et mes deux précédents postes) tant mes amis de la fac ils ne me font jamais de remarques désobligeantes et ils sont respectueux, même si ils n’approuvent pas.

Les hostilités les plus importantes c’est du côté des milieux vegan que j’ai pu les voir, alors que je suis moi même vegan.

C’est aussi intégrer que nos actes ont toujours des conséquences, intégrer bien cela et si vous voulez vous faire respecter commencez par respecter autrui.

 

 

 
9 Commentaires

Publié par le 26 janvier 2013 dans En pratique/ aspect social

 

9 réponses à “Quand les choix alimentaires posent soucis

  1. janic

    26 janvier 2013 at 1705 03

    bonjour
    je suis partiellement d’accord avec toi. Ce qui se fait avec amour c’est le moment du vivre ensemble, pas dans ce qui est absorbé sinon pourquoi pas de la viande pour un VG. Il faut être exigeant, ou ferme si tu veux, dans ses principes et très tolérant envers les autres dont les choix doivent, aussi être respecter, ce qui ne sous entend pas faire comme eux.
    Par ailleurs, (c’est l’expérience qui parle) être Vg, c’est aussi être dans le colimateur pour que soient soulignées les contradictions comportementales et ce sont ces dernières qui seront retenues « Ouais, je connais une ou une VG qui se dit ceci ou cela, mais tu l’aurais vu se goinfrer de….. » Il y a des cas où il faut savoir être ferme et inébranlable « à l’extérieur » et souple avec ses proches à condition qu’ils sachent avec précison ses propres critères de vie;

     
  2. indiantigre

    26 janvier 2013 at 1705 08

    euh je suis désolée si tu lis correctement mon article j’azi précicé qu’il est bien important de garder sa ligne de conduite,
    faire une entorse au végétalisme dans mon cas est impensable,
    mais entre un aliment cru et cuit on est pas sur une question d’éthique à ce que je sache.

    et amour ne veut pas dire faire n’importe quoi, moi je suis hyper mais hyper ferme sur mes positions et pourtant je n’ai mais alors jamais de remarques désobligeantes

     
  3. xapiema

    26 janvier 2013 at 2008 18

    Salutation à toi chère indiantigre ^^

    Appelle moi Lullaby. Si tu cherches à comprendre pourquoi j’ai choisi ce nom, alors lis Lullaby de J.M le Clézio dans son recueil  » Mondo et autres histoires ». D’ailleurs, je te conseille de lire tout le receuil, tu vas sans doute avoir une superbe révélation, si ce n’est pas déjà fait.

    Voilà, je suis une jeune étudiante, en première année de licence à la fac de montpellier,je suis une formation qui me prépare au concours d’orthophonie. Mais peu importe. D’ailleurs en ce moment je suis plutôt attirée par tout ce qui est naturopathie. Et j’ai il y a deux jours consulté pour la première fois une naturopathe qui me soutient dans un jeûne de sept jours que j’ai entrepris hier. Pour moi c’est une sorte de rite d’accomplissement, autant sur le plan physique, que mental et que spirituel. En fait je cherche à me recentrer car je suis totalement dans les extrêmes encore je pense. Je précise du coup, par rapport à cela que je suis anorexique-boulimique depuis à peu près deux ans.Et d’ailleurs c’est pour ça ue me sens très proche de toi d’une certaine manière. Habitant auparavant sur Paris avec ma mère, avec toute une année à se faire vomir tous ses repas,je suis venue chez ma cousine à Montpellier pendant l’été pour  » réapprendre à manger ». Comme elle et son copain son plutôt végétariens, voire végétalien, je me suis donc réorientée vers cette alimentation ( que j’avais déjà expérimentée avant mon anorexie mais plus par conviction que pour la santé). Cela m’a été très bénéfique à ce moment là. Mais j’ai eu une rechute un peu après la rentrée à cause du cancer de a mère qui est arrivée comme une bombe. Depuis mon état s’est dégradé et j’ai repris tous mes anciens réflexes d’avant. Pourtant, ces temps-ci, j’ai l’impression que je suis sur le point de monter une marche,de passer un stade. C’est trop étrange…Je ressens que bientôt, je passerais sous peu à un autre degré qui me rapporchera de plus en plus à ce fameux moi-même. D’où ce fameux jeûne d’ailleurs. Mais j’aimerais pouvoir te parler directement car tu m’as l’air d’être hyper interessante. Ca te dirait qu’on discute ?
    Fais moi signe en tout cas.

    Plein de belles révérences

    Lullaby

     
    • indiantigre

      8 février 2013 at 1010 18

      as tu reçu ma réponse?
      SUR TES deux adresses sinon contact moi via le formulaire de contact rubrique à propos en haut du blog
      merci et belle journée

       
  4. guyomep

    26 janvier 2013 at 2109 44

    Cette semaine j’ai mangé au restau avec tous mes collègues. Le cuistot m’avait concocté 2 bons plats rien que pour moi, végétaliennes et tout cru hormis quelques pommes de terre. Mes collègues avaient foie gras et entrecôtes mais ils regardaient mon assiette avec envie. Je n’ai pas eu de question de leur part, il faut dire qu’ils savaient déjà que je ne mange pas comme eux. Comme quoi ça n’empêche pas du tout d’avoir une vie sociale.

     
  5. indiantigre

    26 janvier 2013 at 2210 11

    je suis hyper d’accord avec toi guillaume, à Noel quand je vois le super repas que l’on m’a concocté, et c’est par l’ouverture que l’on récolte ce que l’on sème. J’ai une vie sociale beaucoup plus remplie depuis que je suis crudi.

     
    • Mark L.

      29 janvier 2013 at 1010 14

      Oh quel beau post bien sensé tu nous fait Indian !! en plus j’adore le nouveau look de ton blog !!!

       
      • indiantigre

        29 janvier 2013 at 2008 29

        Mark quel plaisir de te lire, qu’est ce que tu deviens?
        Merci pour ton gentil commentaire

         
  6. Mark L.

    4 février 2013 at 909 16

    tout roule Indian 🙂 La santé! Le sport, les fruits, les points d’interrogations et les défis de la vie, qui nous pousse a aller au dela de nos limites et a avoir une conscience plus complete et moins nombriliste avec le temps.
    je ne sais pas trop ce que je deviens, mais mes aspirations elles, evoluent belle et bien 😀

    Toujours en Irlande avec ma femme ma fille et mon frere, essayant de simplifier ma vie au maximum.

    Au plaisir de te lire.
    Sincerement,
    Mark L

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :