RSS

Du besoin de solitude au repli sur soi.

16 Avr

Solitude et replis sur soi sont deux choses qui en l’apparence sont proches mais qui pourtant sont très différentes.

Le besoin de solitude peut être une chose ultra bénéfique et un grand moyen de ressourcement interne.
Le replis sur soi est à l’inverse beaucoup plus négatif et un comportement qui reste destructeur dans le fond. Je précise que je fais une différence entre le repli sur soi, qui a des conséquences sur néfaste sur notre santé, et le retrait sur soi. Peut être que la nuance est faible, mais pour moi elle existe. Le repli peut être que c’est vrai c’est conditionné par mon travail, je l’associe au négatif. Mais je me trompe peut être, d’où ma nuance.

Dans le repli sur soi (dans ma définition) on enferme en nous de la peine, de la déception, de l’amertume. En quelque sorte on alimente la cocotte minute en nous. On se fait du mal à soi car on fuit quelque chose qui est trop douloureux à regarder en face. On met notre masque de fuyant.
Une réalité que l’on ne veut pas voir. D’un côté c’est normal car la chose est trop douloureuse dans l’instant présent à accepter.
Mais le repli sur soi est à mon sens une bombe à retardement. Et de tous ces non dits cet enfouissement à l’intérieur de toi il se forme des mémoires corporelles ultra puissantes. Des mémoires corporelles de peur, de rejet qui seront ensuite propice au développement cancéreux si on adopte ce comportement durant de longues années. En médecine énergétique c’est un aspect important.
J’ai été une personne qui a tout gardé en soi. C’était un truc de dingue. Et tout cela en a fait des dégâts et le jour où la soupape a explosé cela n’était pas triste. Mais d’un côté c’est une immense chance qu’elle est explosée assez tôt à savoir au sortir mon adolescence. J’ ai appris à ne plus me replier sur moi. Cela n’a pas été chose évidente au départ. J’ai encore des choses où parfois je me replis sur moi mais ce n’est quasi rien vis à vis d’avant. Et il y a pas longtemps c’est un ami pour qui je suis très reconnaissante qui m’a aidé à faire sortir de moi cette chose douloureuse.
Oui le replis sur soi j’ ai connu et pas en demi mesure.Du repli sur soi j’en ai retenu la leçon que c’est avant tout à soi qu’on se fait du mal, et qu’on alimente notre douleur en fuyant. Et je dis encore merci à une personne chère à mes yeux, cette personne que je vois un peu comme mon grand père. Les claques, d’être mise face à moi même oui je m’en suis prise des dizaines et des dizaines  mais c’est ce qui m’a permis d’avancer et de défaire tous mes schémas de fonctionnement. Et ce n’est pas parce que j’ai été dans le replis que je dois le rester toute ma vie, il faut un moment poser les cartes et déconstruire nos schémas destructeurs de fonctionnement. Schémas que ‘lon croit bon car on n’a jamais connu autre chose, et parce que d’un côté ils nous aide à conservé notre coquille. Ce n’est pas évident de faire tomber la carapace.

Mais du repli sur moi, je suis passée à une attitude de retrait. Dans le repli, on garde une mémoire énergétique très forte, et qui laisse des dégâts à terme, et parfois de longues années plus tard, car on a enfouis en soi. Et ça je le vois tous les jours à mon boulot. Les cancers qui flambent chez des gens qui ont une bonne hygiène de vie, sans facteur de risques environnementaux (tabac, alcool) , des gens où la peur a pris le contrôle de leur vie (y compris peurs inconscientes) , et qui se font bouffer à l’intérieur d’eux par leur mental.

De l’autre côté du repli sur soi, il y a donc le besoin de solitude. Comme je le disais en introduction c’est une chose totalement différente. Le besoin de solitude peut être quelque chose de très ressourçant. Je suis pour ma part une grande solitaire. Même si j’ai créé le lien social autour de moi, j’ai un grand besoin de solitude. Et ce sont des moments de ressourcement intense.  J’ai besoin d’être seule, et je n’ai pas besoin de voir du monde en permanence. Au contraire d’ailleurs. Et ce besoin de solitude ce n’est pas parce que je vais mal,c’est un besoin permanent. Tout le monde ne le comprend pas, cela oui je le sais.  Ma famille a plus ou moins compris avec le temps, même si parfois ce n’est pas évident à leur faire intégrer.Je n’ai pas besoin de voir du monde en permanence pour être heureuse. Ces moments de solitude sont quelque chose d’ultra précieux pour moi. Pas plus que je suis pendu à mon téléphone, je ne suis pas une fana de téléphone, mais en aucun cas c’est un manque pour moi.

Si cela ne convient pas aux personnes qui m’entourent, ben tant pis elles passent leur chemin. Et si le besoin de solitude doit faire du ménage autour de soi, il fera du ménage positivement. Mais moment de solitude est pour moi bien différent de replis sur soi. L’un étant positif et l’autre destructeur. La solitude je l’associe, au retrait et donc à notre construction dans une sens.

Besoins de solitude ne veut pas dire être antisocial. Bien au contraire le lien social est très important. Et du lien social cela je n’en manque pas. Du lien avec du partage et de vraies et belles valeurs humaines.  Besoin de solitude ne veut certainement pas dire être égoïste ou individualiste.

Mais oui besoin de solitude et repli sont proches en apparence mais pourtant très différent.

Après c’est peut être ma vision qui est erronée .

 

6 réponses à “Du besoin de solitude au repli sur soi.

  1. Mlle Nathalie

    16 avril 2013 at 1907 38

    Pour beaucoup le repli sur soi (par expérience et par échange avec d’autres personnes) est source de chose positive et extrêmement joyeuse, saine, libératrice et surtout constructrice, sans bombe à retardement, ni amertume, ni non dits, ni enfouissement, etc.. c’est tout le contraire.. il est dommage que tu est eue une expérience négative la dessus. Comme quoi tout le monde vit les choses différemment. Sinon, l’article est très intéressant. Car en effet repli de soi et besoin de solitude peut paraitre proche mais sont différents.

     
    • indiantigre

      20 avril 2013 at 1806 03

      moi je parle plus de retrait , mais peut être que ma définition est erronée
      car oui en effet le retrait sur soi, la connexion à soi, est un profond moment de ressourcement
      on parle de la même chose mais sous une expression différente du coup

       
  2. janic

    17 avril 2013 at 606 28

    bonjour
    je propose ici une image (qui n’est pas de moi) pour expliquer ce replis sur soi. Ce qui est enfermé doit un jour sortir comme n’importe quelle pathologie. C’est donc comme un petit pétard enflammé: si on le tient main ouverte, il va juste bruler la main; si on le tient la main fermée, c’est la main entière qui va se trouver arrachée.

     
    • indiantigre

      20 avril 2013 at 1806 01

      oui je suis d’accord avec cette image
      elle illustre bien le propos

       
    • SCHMITT

      25 septembre 2013 at 1111 31

      COMMENT FAIT ON POUR SORTIR TOUT CA SURTOUT SI LA LISTE EST LONGUE ?

       
      • indiantigre

        27 septembre 2013 at 808 34

        bonjour
        les choses doivent se faires pas à pas, car on ne peut pas tout sortir d’un coup
        il est donc important de se faire entouré de personne à qui on va pouvoir vider ce qui est enfoui en soi

        et accepter que les choses vont se dénouer les unes après les autres

         

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :