RSS

Du croisement de jambes à la façon dont vous dormez.

16 Avr

Drôle de titre me direz vous. Mais pourtant c’est une notion qui a bien plus d’importance que vous le croyez.

Avez vous déjà pris le temps d’observer les gens quand vous êtes assis dans une pièce. Avez vous noté la grande proportion de personnes qui ont les jambes croisées ou encore qui ont les jambes recroquevillées vers leur corps. C’est quelque chose auquel on ne prête pas du tout attention avant de s’intéresser soi même à cette question.

J’ai été une personne qui croisait les jambes, et pas qu’un peu car je faisais un double tour avec mes jambes, un premier croisement au niveau des genoux et ensuite un second au niveau des mollets.Mais savez vous que le fait de croiser vos jambes ou d’être recroquevillé, d’une vous bloquez votre circulation sanguine ce qui engendre des stases veineuses. De deux vous créez des nœuds énergétiques dans votre corps. On oublis trop souvent cette notion de méridien énergétique au travers de notre corps.  De trois le fait de croiser ou de se recroqueviller est un reflet de nos peurs inconscientes, car oui on est bourré  de peur et on ne s’en rend pas compte. Tout cela c’est des choses que j’ai expérimenté, et une fois de plus je ne vous partage rien de plus que mon expérience et ce que j’ai pu apprendre.De ce double croisement chez moi il n’en ai plus rien, et mes pieds sont à plats au sol. Parfois il se croise, mais direct j’ai un message réflexe qui m’est envoyé au cerveau. De toutes les peurs internes dont j’ai pu prendre conscience et m’en défaire, je ne ressentais plus le besoin et l’envie de croiser mes jambes.  Et c’est du vécu que je vous raconte là. Se dénouer de nos peurs pour être dans l’ouverture, l’acceptation et l’accueil. Nos peurs, qu’on en soit conscient ou non elles nous bouffent à l’intérieur.

Et détrompez vous les peurs cela ne concerne pas qu’une minorité d’individus. On vit dans une société bourrée de peur. Et non je n’invente rien, j’observe rien de plus et je me base sur mon expérience de vie. Et à travers mon boulot j’en apprends aussi beaucoup.

Autre point important le fait de croiser les jambes, ou les bras fort  (je ne parle pas des simples poignets posés l’un sur l’autre), et même si c’est inconscient vous créez non pas une ouverture mais de la fermeture face à la personne qui est en face de vous, personne avec qui vous êtes en train de discuter.

De ce croisement de jambe j’en viens à votre façon de dormir et notamment à la position dans laquelle vous dormez. Et là je parle une nouvelle fois en terrain connu.  J’étais une personne qui dormait en chien de fusil (c’est à dire les genoux vers la poitrine ) et de plus avec les points serrées. Pour moi cette position était tout à fait normal. Jusqu’à ce que je rencontre cette personne dont je vous parle souvent , cette personne âgée qui m’a mise face à mes nombreuses peurs. Quand j’allais le voir pour des soins je m’en suis prise des claques et des claques à la figure. Alors oui ça fait réfléchir.  Et quand il travaillait sur moi, il me donnait la signification de ces nœuds. Car oui le corps est très simple au final, mais comme on ne cherche pas à le comprendre on se coupe de lui.  Je me rappelle avoir eu les larmes aux yeux de douleurs, quand il passait sur des points, des nœuds, et aujourd’hui quand je le revois cela ne me fais plus mal vu que les nœuds ne sont plus là. Mais c’est vrai que dans ces moments là, ce n’est pas facile du tout d’encaisser ce qu’on nous dis. Mais ces claques ont été des plus bénéfiques. Et dans ces moments là c’est aussi accepter d’être mis face à soi même. Tout le monde n’est pas près à entendre et loin de là. Dans la famille tous les 4 on est passé dans ses mains. Et j’ai souvenir qu’à force d’entendre ma grand mère parler de ses blocages et trucs divers, mes parents lui ont proposé de la conduire. Ce jour là elle est ressorti en disant  » A plus jamais il m’a fait mal en passant sur des points de mon corps, et il dit des choses que c’est pas vrai, non ce n’est pas possible, il dit que c’est dans ma tête , ah mais non ce n’est pas possible, plus jamais, plus jamais ». Mais il avait fait juste que la porter face à elle même, mais elle n’acceptait pas.

Cette personne, au delà de certaines douleurs que j’ai connu, est la personne avec qui j’ai le plus douillé dans ma vie, et pourtant je suis dur au mal. Mais qu’est ce que je lui dis merci, car vous ne pouvez pas vous imaginer dans quel état j’étais un big sac de nœuds. je me rappelle quand il travaillait sur mes nœuds, et qu’ensuite il s’arrêtait et me regardait serait ses poings, ramenait les points vers la poitrine, se recroquevillait, et disait, peur, peur , peur, peur, peur, peur. Il relâchait tout et me regardait et me disait voilà comment tu es à l’intérieur de toi. Ah oui cela je vous garantis que des claques (non pas physiques) avec lui je m’en suis pris. Mais qu’est ce que je le remercie, car sans lui jamais je ne me serais réveillée et aujourd’hui je serais sous terre probablement. Mais comme il me disait je suis une des personnes les plus coriaces qu’il avait connu, ah oui je n’ai pas fais les choses à moitié.

Donc cette position de chien de fusil, les points serrés est un pur reflet de nos peurs internes.Et il s’agit donc d’aller chercher en nous qu’elles sont ces peurs. Cela prend le temps qu’il est nécessaire, des années si il le faut. Aujourd’hui je dors le corps détendu, les points relâchés, cela aurait été impensable il y a quelques années, et si par pur hasard je me réveille un peu contracté sur moi, cela ne passe pas inaperçu, et je vais alors essayer de comprendre ce qui me travaille.

Petite anecdote à ce propos, un jour au boulot, une dame je lui faisais un conseil, elle était très stressée mais en même temps un moulin à parole, avec des peurs de ne pas arriver à je ne sais plus quoi d’ailleurs. Puis là elle me dit le matin quand je me réveille j’ai mal partout dans les bras, les épaules. Et moi  je la regarde et je lui demande comment elle dort . Et là elle me réponds ben j’en sais rien moi comment je dors, je dors. Moi: « Vous dormez les poings serrés ou pas? « . Elle a éclaté de rire en me disant « Vous croyez que je sais cela moi, mais je vais essayez d’observer ça et je vous en donnerai des nouvelles ». Ma collègue au préparatoire, elle était pétée de rire, et elle m’a fait  » parce que toi tu sais comment sont tes poings quand tu dors, tu t’occupes de savoir ça? « . Mais une semaine plus tard ma patiente elle revient et elle demande à être servie par moi, et là elle me fait  » l’autre jour vous m’avez fait rigoler quand même, car on m’a jamais demandé de savoir comment je dormais, mais j’ai fais attention, et vous aviez raison j’ai observé un peu mais ce n’est pas évident. Mes poings sont bien serrés.   »

Cette anecdote est une belle illustration de la façon dont on est totalement déconnecté de notre corps, le corps et le mental sont à des milliers de kms, alors qu’ils devraient faire qu’un.

Alors vous allez voir à votre tour, que plus vous allez vous défaire de vos peurs, après les avoirs identifiées et plus votre corps va naturellement se relâcher, et que plus jamais vous ne dormirez en chien de fusil.

Tout cela ne vous parle peut être pas, mais croyez moi c’est plus que véridique.  Identifiez vos peurs, détachez vous en, en prenant le temps nécessaire (moi cela a nécessité bien des années pour aller au delà) et vous allez voir comme la vie est merveilleuse.

 
11 Commentaires

Publié par le 16 avril 2013 dans Santé divers

 

11 réponses à “Du croisement de jambes à la façon dont vous dormez.

  1. ingridunamourvache

    16 avril 2013 at 2109 23

    ah-ah ! article intéressant !!
    moi je dors en chien de fusil de temps en temps, surtout en hiver, parce que j’ai froid.
    et j’aime bien cette position, je la trouve sécurisante.
    mais je dors aussi étalée de tout mon long 🙂

     
    • indiantigre

      17 avril 2013 at 505 50

      Securisante tout à fait parce que c est in cocon royal face a la peur. Je la trouvais securisante avant jusqua ce que jen comprenne son sens plus profond

       
  2. janic

    17 avril 2013 at 606 38

    bonjour, bon article
    la position en chien de fusil est une recherche de la position foetale sécurisante, mais effectivement chez un « adulte » ce geste instinctif ne règle pas les problèmes accumilés d’où ces noeuds. le déblocage des noeuds va permettre de retrouver la position du bébé dans son lit: bras et jambes étendus.

     
  3. Marie44

    17 avril 2013 at 1111 00

    Très intéressant! ça fait longtemps que je fais attention à ne plus croiser mes jambes.
    Pour ce qui est de ma façon de dormir, j’ai constaté que je me réveillais souvent avec les poings serrés, pouce en dedans.
    très belle journée ensoleillée

     
  4. caro

    20 avril 2013 at 1806 50

    J’avais lu également quelque chose sur la position de la couverture quand on dort : si on la remonte jusqu’à la bouche c’est qu’on est renfermée, très timide (en relation avec la peur de l’autre), si on la laisse en dessous les bras, on est ouvert etc…

     
    • indiantigre

      20 avril 2013 at 1907 36

      oui cela me parait très juste également , c’est quelque chose que j’ai expérimenté aussi

       
    • Lisa

      25 janvier 2014 at 1402 30

      …ça dépend aussi de la température du lieu où l’on dort !!!

       
  5. ingridunamourvache

    22 avril 2013 at 2109 02

    depuis ton article, je veille à ne pas dormir en boule et points fermés 🙂
    hihi

     
  6. Ouzaid

    1 mars 2016 at 2311 21

    Moi je me réveille avec des rougeurs au niveau de la face interne du genoux et une douleur matinal à la marche sans oublier des algies musculaires aux bras.

     
  7. garcia

    28 mai 2016 at 707 12

    Attention à la psychologie?,pour certains,ç’est vrai et pour d’autres ,ça ne marche pas!alors ,la psychologie,c’est la méthode COUE…..je vais bien….et tout va bien……Quand on a compris qu’il faut croire en quelque chose,avoir des occupations saines,et bien on a pas besoin de voir un Psy!Combien de personnes ont vu des Psy pendant 20 ans(il y en a des centaines parmi les gens connus!),et au bout de 20 ans ,ils ont été guéris par le seul fait de penser qu’ils avaient données des milliers d’euros pour RIEN!Moi,je crois aux vertus du sport,un footing de 40mn le mardi ,jeudi et samedi,(éviter plus de 50mn,car ça de vient tromatique,et à 60 ans ,des tas de problèmes squelettiques arrivent!
    Pour ce qui est de la position pour dormir;:
    1-je peux dormir en chien de fusil,tout simplement pour provoquer un étirement de mon dos.
    2-je voudrais bien dormir sur le dos,mais cette position fait ronfler,donc ma femme me réveille
    3-je dors sur le ventre,mais attention à la lordose,cette position est certainement la moins bonne.
    Donc ,rien à voir avec la psy!

     
  8. Mirka

    5 novembre 2017 at 2311 43

    Je ne peux pas maîtriser ma façon de dormir . Le corps adopte une posture tout seul pour se mettre en sommeil. Je dors sur le côté gauche et mon genou droit pèse sur le gauche et fait valdinguer le coussin que je mets pour les séparer. C’est pourtant la cause que ma douleur sur la face interne du genou gauche. Les bras c’est pareil ! On ne peux pas à plus de 70 ans re-conditionner ses postures inconscientes !

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :