RSS

D’une vie qui tient d’un cheveux à une vie qui déborde d’amour.

22 Mai

Un petit message qui retrace un petit parcours de vie et qui vous donnera peut être envie de croire que oui on peut voir le bout du tunnel. Ceci n’est qu’un partage s’appuyant sur mon expérience de vie.

Une vie qui est loin d’avoir été un fleuve tranquille mais une vie dont je ne regrette rien sans quoi je ne serais pas celle que je suis aujourd’hui. Car tout cela m’a forgé. On me dit souvent qu’est ce que j’aurai aimé être comme toi à ton âge, mais je suis juste l’être que je suis rien de plus et détrompez vous tout cela n’est pas tombé du ciel par hasard. Déjà pour moi le hasard n’existe pas. Rien n’arrive par hasard dans la vie. (cf la prophétie des Andes si vous voulez de la lecture).

Une enfance renfermée sur moi.
Un monde où je ne me sentais pas à ma place. Je ne m’aimais pas du tout.
Septembre 1999 la chute au enfer a commencé.
Algodistrophie, tous les effets secondaires du traitement. La goutte qui fait déborder le vase.Un vase beaucoup trop plein un cumul global de plein de choses un ras le bol général, la détermination à me punir d’exister. Mais me punir a petit feu. Pas la force suffisante de me foutre en l’air car un quelque chose me rattachait à la vie.
Je plonge je plonge mon état de dégrade. Le mental très puissant me tient. Je me plais à me faire du mal considérant qu’enfin je n’ai que ce que je mérite. Je sors à mes parents  » je n’ai demandé à personne de venir au monde. Ma place est sous terre. » Je me suis prise une claque la première fois que j’ai sorti cela. Ma mère n’a pas sentit la claque partir quand sa main est arrivé sur ma joue elle s’est rendue compte.

Je continue de sombrer. Je fais deux Ts. Je connais plusieurs hospitalisation rien n’y fait.
Je sombre je sombre de jour en.jour.
2003 point le plus bas. Là je fleurte avec la mort. Mon foie et mon coeur sont en train de se détruire pour alimenter mon cerveau.
J’étais à deux doigts du coma. Je sens cette mort en moi. Mon corps me fait terriblement mal.
Je vois la mort très fortement. Les médecins sont étonnés que le coma ne m’ ai pas encore gagné. Mais le mental me tient. Mon mental impressionne.
Et seul ce mental me tient car je ressemble à un vrai cadavre. J ‘ai une photo qui fait très peur.
Je vais mal très mal. Une personne qui était très connectée à moi dit à ma mère Sabrina est en train de partir, plus personne peut la sauver le dernier fil qui la tient à la vie est en train de se rompre.
Je suis en train de perdre ma connexion avec elle. Cette dame dont je ne souhaite pas évoquer la connexion que nous avions ici. Mais tout cela je ne le savais pas ma mère me l’ a raconté plus tard.Cette dame qui est la marraine de ma mère, a demandé à ma mère quand j’étais mal si elle pouvait travailler sur moi. Elle lui explique un don qu’elle a.( je n’en parlerais pas ici) Ma mère accepte se disant qu il n’y a rien à perdre même si tout ça ne lui parle pas.

Donc ma vie est en train de s’éteindre. Le fil se casse. La mort est très très proche.Au fond du fond quelque chose m’ appelle à la vie.
Là j’appelle à l’aide. Enfin j accepte l’aide. Je demande l’hospitalisation je sens mon mental qui part. J’ accepte l’internement.
Ne croyez pas que ma famille a rien fait avant. Au contraire ils ont tout fait.
Et les gens qui entouraient mes parents leur ont dit qu’à leur place beaucoup de couples auraient claché et que eux même ne savaient pas si ils auraient eu la force de mes parents.
Un couple qui étaient pourtant très fragile avant que je tombe dans mon anorexie.
Mais cette épreuve les a profondément souder. ( attention je ne suis pas la pour me porter en exemple ce sont juste les faits et les choses qui m’ont été rapportées bien plus tard).
Je remercie profondément ma famille d’avoir été à mes côtés.

Je vais connaître les 5 pires mois de ma vie.
A ce propos je vous invite à lire mon article le vrai visage de l’anorexie.
Un internement dont j’ai toutes les images dans ma tête même si ce passage n’est plus douloureux à évoquer et j’ai fais la paix avec tout cela. Par contre tout ce que je viens d’écrire à fait sortir quelques larmes. Probablement car c’est la première fois que j’en parle aussi profondément. Ecrire me fait du bien il est vrai. Mais à ce jour j’ai entièrement fait la paix avec mon passé.

De cet internement je me maintiens en vie. Je sors en octobre 2003 après que mes parents aient signé une décharge. Ils voient que je me suis remaintenue en vie mais que à coté de ca je commence à péter les plombs avec ce que je vis dans l’internement. Ils n’en peuvent plus de me savoir dans ces conditions.

Le travail sur moi se fait doucement grâce a tout ce que j’avais fait avec cet homme dont je vous ai déjà parlé. Mais de 2003 à début 2008 je ne fais au final que me maintenir en vie.
Je me sens toujours pas a ma place. Toute cette jeunesse qui recherche l’ivresse, Les fêtes, Les interdits. Les plaisir du corps. La musique et les sorties en boites pour illustrer le tout.
Moi je fuie tout cela. Je refuse les invitations au soirée  et préfère être seule. Seule la nature me ressourçait. Je retrouvais des amis en journée mais pas le soir. Et de toute façon quand tu es dans la merde là tu vois vraiment tes amis.
Avec moi c’est simple mes parents n’ont jamais connu ce que c’était les sorties en soirée. Mon frère lui me reprochait de ne pas sortir. Mais je ne pouvais pas me forcer tellement tout cela me mettait
mal à l’aise.
Je fuyais tout cela.

2004 j’ entre en apprentissage. 2005 je change de patron et.là je vis un harcèlement moral jusque juillet 2006.
Période très dur.
J’enchaine sur deux ans de concours de pharma où je me donne à fond. Seul le sport et les cours comptent. Je ne prends pas le temps de m’occuper de mon bien être intérieur.
Mais là je n’en peux plus j’ai envie de rencontrer du monde et ne plus me sentir une extraterrestre. Envie de m’occuper de moi.
Début 2008 je mets tout en place dans ma vie pour cela.
Bien sur de 2003 à 2008 je faisais un travail sur moi. Je prenais ressourcement dans la sagesse amérindienne.
Mais quelque chose restait à la traine je n’arrivais pas à retrouver la joie de vivre. Je ne rigolais pas.

2008 je décide que cela ne peut plus continuer et qu’il est temps que je m’affirme. Que je n’ai plus à tenter de rester malgré tout dans le moule, moule dans lequel je n’arrive de toute façon pas à me fondre.
Je commence alors à aller sur la toile. J’allais jamais sur le net avant mes 21 ans.
Et là je découvre enfin des gens dans la même mouvance. Je rencontre du monde sur Nantes. Et de là tout c’est enchainé à une vitesse folle. Je rencontre à partir de 2008 des gens formidables e dans ma vie, des échanges humains d’une immense richesse
Je reste cependant avec mon tempérament solitaire mais je reprends goût à la vie. Tout le travail fait depuis 2003 et même avant avec ce fameux monsieur enfin j’arrive à le mettre en place.
Mon visage s’illumine de plus en plus.
Je rigole. Le plus beau cadeau pour mes parents.
Je me rappellerais toujours de ce premier fou rire après des années et des années sans avoir rigolé une seule fois. Et oui 10 ans sans avoir rigolé une seule fois c’est très long.
Donc ce jour là je suis chez mes parents, il y a du feu dans le poêle (notre seul moyen de chauffage depuis 25 ans et c’est méga trop génial). Et là je vais mettre la soupe dans la casserole la louche me pette entre la main et là je suis partie dans un fou rire sans savoir pourquoi. Mes parents ont été cloués et ce fut un vrai bonheur pour tous les trois. Une joie immense nous a envahit.
Je continue mon cheminement je découvre en moi la joie, le bonheur, la paie intérieure et aussi le début de l’amour de mon être.
Tout cela s’accentue de jour en jour.
C’est miraculeux ce que je vie et tout ce potentiel de vie que je découvre à l’intérieur de moi.
Ce qui c’est passé en 2008 je suis incapable de vous l’expliquer je ne voyais aucun thérapeute ou autre. Ce rattachement soudain à la vie. Peut être les mots très forts de mon petit frère qui ont raisonné des jours et des jours entiers en moi.
Depuis 2008 je récolte dans ma vie que des trucs mais géniaux. J ai évoluer beaucoup dans mon alimentation a partir de cette période également.
Et plus les jours passent plus les choses sont fortes. Avec au passage des choses bien moins sympathique c’est sur.
Début 2009 dans ma soif de connaissance je commence à vouloir créer d’ avantage de connaissance et là je rencontre cette personne arrivée dans ma vie le 30 janvier 2009. Je vis des choses très intenses avec elle. ( et c’est à ce jour une personne qui compte énormément pour moi. la distance nous sépare puisqu’elle vit en Belgique mais jamais rien ne pourra détruire ce lien très fort entre nous. De cette rencontre dans ma vie en ont découlé toutes les suivantes.
Mais des rencontres qui n’ont été possible que parce que je rayonnais mon propre amour intérieur.
Un amour grandissant de jour en jour. Une joie et paix intérieure immense.
Je ne comprenais pas moi même comment je pouvais vivre d’aussi belles choses à l’intérieur de moi.

J’accueillais en moi et surtout j’ apprenais à lâcher prise et à me respecter moi. c’était le jour et la nuit avec ce que je vivais encore quelque mois auparavant.

Et depuis 2008 je récolte des choses extraordinaires dans ma vie, que jamais je n’aurai cru possible. Ma vie est un vrai rayonnement d’amour. Je n’ai qu’à demander et je récolte. Et cela dans tous les domaines de ma vie. Tout c’est accéléré début 2012 et là je dis un grand merci à mon ex de m’avoir jeter de façon très brutale. Car cela a accéléré bien des choses dans ma vie et mon amour propre.

En particulier dans ma vie professionnelle en ce moment. Déjà mon stage de fin d’étude sur lequel je n’aurais pas pu mieux tomber. Et tout cela il faut dire que j’ ai tout fait pour avoir ce stage. Mon stage qui s’ est fini samedi dernier et là ma patronne qui m’ a écrit une carte avec des mots très touchant de la part d’un patron.  Et qui entre autre m’a proposé des choses assez fortes en termes de carrière si je peux dire, et vu ce qu’ elle m’a proposé ce ne sont pas des choses qui se disent comme ça sur un coup de tête. J’envoie un message à mon frère ce jour là et il me répond  » ouh putain tu sais que tu me fais très plaisir toi ? C’est énorme ma soeur, tu te rend compte? »  non justement je ne réalise pas trop ce qui est en train de se passer. Mais la chose ne m’intéresse pas des masses cependant. Aujourd’hui j’avais un entretien pro, annonce à laquelle j’ ai répondu sans attendre trop de réponse pensant que j’avais peu de chance.  Là le type m’ a répondu en deux jours comme quoi mon profil l’intéressait très fortement et qu’il tenait à me rencontrer. j’ ai traversé toute la France et là le truc qui correspond pile à ce que je cherche ( comme je m’y attendais un peu vu l’annonce ) et entretien d’une heure et il me dit « cela fait un an que je cherche j’ ai vu beaucoup de monde, des cv venant de toute l’Europe, mais je n’ai pas trouvé le profil pour ce poste, et là vous correspondez parfaitement à ce que je cherche.  » bon j’ ai un cv qui parle  à lui tout seul aussi et une motivations aussi très forte. Donc je laisse faire les choses et je verrais.  Tout comme j’ai décroché un boulot d’été en deux jours. Là un ancien patron qui m’envoie une proposition de boulot. Pour ma part je suis obligée de refuser du boulot depuis déjà un petit moment.  et pourtant la profession commence à connaitre fortement le chomage.

Et des mots qui m’ont été dire hier ont beaucoup raisonné en moi  » ne doute pas de ta valeur » et c’est donc de profond merci envers la personne qui les a prononcé.

Tous les jours je reçois des mails qui me touchent énormément, des gens qui me remercient de leur apporter ce que je leur apporte. je ne m’en rends pas forcément compte de ce que je vous apporte oui il est vrai, et les mails, messages et autres que je reçois les derniers temps me touchent très profondément. Mais à travers ce blog je ne suis rien de plus que moi, avec le coeur à partager et rayonner autant que possible cet amour intérieur qui n’est amené qu’ à grandir encore et encore.

Vos mots me touchent énormément et je sais que j’ai encore parfois du mal à accepter les compliments.  Ces mots très intenses, qui ont un effet dans le plus profond de mon coeur.

Aujourd’hui je ne peux plus m’arrêter et pourtant j’ai été très loin de tout cela. je vous invite ce soir à croire en votre potentiel de vie, en votre source d’énergie vitale et à la laisser prendre vie en vous, doucement, car oui aujourd’hui pour moi tout est possible dans la vie. Je vous invite à laisser entrer la lumière en vous et à être aimant envers votre vie. Oui le bout du tunnel existe et croyez y. Vous allez voir comme la vie est magnifique de l’autre coté. Ne baissez pas les bras et croyez en vous, osez aller vers la lumière même si c’est l’inconnu qui est au bout. N’ayez pas  peur de ne pas être à la hauteur. Si vous saviez tout ce que j’ai appris sur mon chemin de vie au jour d’aujourd’hui et que j’ai coeur à partager avec vous. Alors croyez au bout de ce tunnel, prenez votre vie en main et vous verrez comme le soleil brille en l’intérieur de vous.  Soyez amour.

 

4 réponses à “D’une vie qui tient d’un cheveux à une vie qui déborde d’amour.

  1. Aurélien

    23 mai 2013 at 808 17

    Très beau message. Je ressens cet amour universel, de plus en plus. Aujourd’hui et demain sont beaux.

     
  2. Cédric

    23 mai 2013 at 1212 07

    Cela m’a touché, j’ai eu qq larmes.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :