RSS

Des activités en lien avec son environnement ET ses convictions

22 Nov

En fonction de notre environnement extérieur nous allons pouvoir faire différentes activités selon les régions.
Certaines régions sont particulièrement porteuse d’activités saisonnières. La mer avec la voile la montagne avec le ski, enfin dans l’esprit de bon nombre de personnes.

Pour ma part je suis bretonne pure souche donc j’ai été éduqué auprès d’un environnement de grande beauté.

Je viens actuellement d’arriver en zone montagnarde et la première remarque de nombreuses personnes a été, ah super tu vas pouvoir skier tu as trop de la chance. A vrai dire je suis loin d’être une fana de ski car les stations de ski représentent de vraies catastrophes écologiques. Les pistes, les poudreuses c’est loin d’être clean pour l’environnement. Tant de pétroles, tant d’eau gaspillés.
Oui derrière son manteau blanc les stations de sports d’hiver ne sont pas des plus cleans.

J’étais déjà sensibilisée sur la question mais c’est surtout en 2009 que j’ ai vraiment regardé les tenants et aboutissant de cette question.

Donc non je suis loin d’être une fan de ski. Mon mode de vie est un global et repose sur une certaine cohérence par choiw.

Donc non ce n’est pas demain qu’on le verra sur les pistes de ski a gogo . Peut être que j’irais y faire un tour ça je ne peux le dire pour des randos raquettes essentiellement.

La montagne pour ma part c’est surtout l’été que je m’y régale ou j’aime la rando.

Voilà pour mon point de vue qui répondra à certaines questions. Ce n’est donc pas pour le ski et loin de la que je suis ici.

 
8 Commentaires

Publié par le 22 novembre 2013 dans Ecologie

 

8 réponses à “Des activités en lien avec son environnement ET ses convictions

  1. Bob Weyn

    22 novembre 2013 at 1212 18

    Tout à fait d’accord avec toi sauf que…
    J’ai découvert l’Oisans lors de la préparation d’une cyclo sportive (la marmotte) un an avant. Au retour de course on me découvre un cancer très agressif.
    J’étais tombé amoureux de la vallée et décide de tout quitter.
    Je roule toujours sur mon Scott, je cours en montagne, et je skie mais pas en station, en ski alpinisme, bien loin des stations du bruit et de tout ce monde artificiel auquel je n’appartiens plus. Cela fait cinq an, Je suis en récidives j’ai refusé tous traitements, je suis passé au cru, raison pour la quelle je passe souvent ici.
    Je te remercie pour tout ce que j’ai appris de toi,
    Sportivement,
    Bob Weyn.

     
    • indiantigre

      24 novembre 2013 at 1604 23

      Merci beaucoup Bob pour ce très beau témoignage, très beau témoignage de régénération
      en effet cette vision du ski me parle beaucoup plus, une belle vision proche de la nature , à laquelle je n’ai pas pensé en écrivant cet article du fait que lorsqu’on m’en parle pour les gens il s’agit du ski classique.
      c’est marrant je souhaite m’acheter un vélo route, et je vise la marque Scott entre autre. en tout cas c’est super ton témoignage de guérison, et je te souhaite vraiment plein de bonnes choses à venir , plein de plaisir sportif et au plaisir de te lire
      merci encore une fois pour ce très beau témoignage

      bien sportivement
      Sabrina

       
  2. univerzoro

    22 novembre 2013 at 1301 06

    depuis qq temps je me remets à la marche, et au lieu de faire des km, je m’adapte autour de chez moi, les collines c’est pas la montagne mais je peux retrouver le plaisir de marcher en nature, je m’adapte même à la marche autour du village, l’un ou l’autre, 4 à 5 km par jour, puis viendra le temps où j’irai faire les 100 km necessaire en voiture pour me retrouver entre 1400 et 1800; faut savoir adapter son budget, ses capacités et prendre plaisir à découvrir son environnement. idem pour l’achat de légume, les marchés et les fruits et légumes de saison, made in local la plupart du temps. avant j’allais toutes les semaines en montagne mais quand même 200 km aller retour, il y a des choix à faire. le ski ne m’a jamais attiré de toute façon, alors je me contente d’apprécier ce que je peux faire avec ce que j’ai 🙂

     
    • indiantigre

      24 novembre 2013 at 1604 25

      merci pour ce témoignage, très intéressant, comme tu dis s’adapter à son environnement, à ses contraintes tout en gardant à l’œil l’environnement

       
      • univerzoro

        25 novembre 2013 at 1402 05

        cela m’a aussi permis de constater que malgré les grands incendies (+ 10 ans avant) , la pollution de l’industrie chimique (shell, total, autre chimie), l’aeroport marseille provence pas très loin, 2 autoroutes proches, la ligne TGV, la construction d’un gazoduc, la colline à cet hauteur de 150/200 m conserve des espèce typique comme le lavendin sauvage, la sariette et celles habituelles (thym, myrte, romarin, chènes, etc) et en + nous avons a priori un couple d’aigle venu se réimplanter ! donc on peut découvrir même dans un endroit à priori hors de la « pleine » nature mais qui reste tranquille et peu cotoyé en direct. y ‘a donc de l’espoir ! si ça ne rebrule pas, mais les communes reboise peu, c’est dommage aussi …

         
  3. Isis

    22 novembre 2013 at 1907 00

    Bon, je crois que je vais compter les points communs que j’ai avec toi Indiantigre, parce que là… ça commence à faire beaucoup… rires… j’ai abandonné le ski pour les mêmes raisons. Trop de monde, pollution, gâchis du paysage, embouteillages… bref, une rando en raquette est juste le top en hiver, ou alors chaussée en bon équipement sur des pistes tassées.. en pleine nature c’est fantastique !
    Ce que nous voulons avant tout, c’est profiter de la neige, et il y a bcp de façon pour cela, hors ski, loin des pistes bondées. Clin d’oeil.

     
    • indiantigre

      24 novembre 2013 at 1604 19

      oui je crois que l’on va pouvoir, c’est super génial en tout toutes ces similitudes entre nous.
      oui profiter de la neige en limitant notre impact environnemental et ainsi nous relier à lui

       
  4. Bob Weyn

    25 novembre 2013 at 2109 16

    J’ai gagné une petite bataille mais pas la guerre, dans six mois j’en saurai plus, la maladie gagne du terrain doucement, j’ai pour arme pour l’instant, tous les jus que j’ai répertorié chez toi et les vidéo de Thierry + le sport!
    Je sais que je vais gagner.
    Si je peux me permettre un petit conseil, concernant le Scott CR1, celui ci était réputé raide inconfortable sur de longue distance parce que trop rigide et c’est vrai en plus monté avec des Campa Neutron elles aussi très rigide cela en faisait un super vélo de montagne.
    Pour un gabarit mince ce Scott très léger et raide ne perd pas de puissance dans un confort illusoire.
    Je l’avais fait monter en Record compact 34/50, cassette montagne 11/29 je suis toujours passé partout et le 11/50 me permet une allonge de 72 km/hr en descente.
    C’est un vélo qui demande un pédalage tonique pour le ressentir pour ma part et dans le groupe avec le quelle j’ai appris à rouler c’était 100tr/’ à plat 80tr/’ en côte, 60tr/’ en col, donc le maître mot est vélocité.
    Tu l’auras remarqué, je l’aime bien mon p’tit vélo. Si tu as un gabarit de grimpeur alors c’est un vélo pour toi!
    Attention au montage, à refaire je le prendrais en Sram, je trouve Shimano trop lent, plus confort mais moins rapide mais je pense peut être encore trop en terme de compétition!

    Bien à toi,
    bob,

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :