RSS

Partage article « la passion retrouvée, l’art de faire l’Amour avec Amour « 

01 Déc

Ce matin en ouvrant  La presse Galactique,Site que je vous invite fortement à découvrir si vous intéressez en grande partie au domaine de la spiritualité.Ce site est riche d’articles très intéressant, de très beaux articles même.Je suis tombée sur l’article que je vous copie ci dessous.

Cet article m’a beaucoup^parlé pour plusieurs choses.

Premièrement les photos sont celles des sculptures Isabelle Jeandot, une artiste que j’ai découvert il n’y a pas longtemps, d’abord sur son site, puis au gré d’une exposition. Ces œuvres m’ont royalement scotchées, tellement il en ressort une immense beauté. Je vous invte vraiment à découvrir ce que fait cette femme, je pense que vous n’allez pas rester indifférent devant cet article.

Deuxièmement ce que dit cette femme dans cet article me parle.

Troisièmement le texte qu’elle partage est un texte que j’ai lu il y a de cela quelques jours, un texte qui est loin de m’avoir laissé insensible à sa lecture.

Quatrièmement la vidéo, de Darpan un auteur que j’aime beaucoup écouter. Si vous ne le connaissez pas je vous invite à aller à la découverte de ces vidéos. Cette vidéo était encore une fois très belle. De plus cette vidéo au moment où il parle de la collecte des énergies divines rejoins un livre que j’ai lu qui se nomme « Faire l’amour de manière divine » de Barry Long.

Voici donc l’article en question, par Lydia Manchettes :

Isabelle-Jeandot

Après trois jours d’errance, de lassitude, de sensation de vide, je retrouve enfin la passion d’exprimer ce qui donne un sens à ma vie, la foi en l’humain divin. Mais celle-ci se vit de l’intérieur et mon « erreur » c’est d’avoir lu trop de messages spirituels qui m’ont éloignée de ma vérité, celle que je ressens, celle qui fait vibrer mon cœur. Se nourrir de lecture est utile quand on n’a pas encore trouvé la connexion à son âme, au divin intérieur mais lorsque c’est réalisé, il est nécessaire d’entretenir la flamme du feu intérieur. Certainement que le fait de réviser ma conception du couple a dû participer à ce flottement. J’ai tant de fausses croyances à ce sujet qui en plus correspondent à la réalité, du moins celle que la plupart des hommes et des femmes vivent présentement, qu’un « nettoyage » s’impose.

Le truc, c’est d’innover totalement, de lâcher toute illusion de prince charmant, très ancrée dans l’inconscient collectif et nourrie par le monde. L’autre ne comblera pas le sentiment de vide intérieur, le manque quel qu’il soit, affectif, financier…

Cette complétude se trouve en unifiant les polarités intérieures et à moins de la réaliser, on sera toujours une « moitié » de soi. La connexion au divin, à l’âme, permet de se libérer des attentes extérieures. Tant qu’on n’en fait pas une occasion de se fermer parce que là aussi, la peur peut être le moteur.

Quand on se connaît de l’intérieur et qu’on trouve la profondeur de ce que nous sommes en vérité, la recherche au trésor amène à découvrir des aspects lumineux tout comme des ombres qu’il faut alors apprendre à « marier ». En accueillant les pensées, émotions, issues de la peur, celles-ci révèlent la force de l’essence divine, libèrent l’énergie de création et l’amour de soi, pallie les carences. Je devrais dire l’amour du Soi, de cette part éternelle qui vit en chacun et par ce fait nous place tous à égalité les uns envers les autres mais aussi dans le cœur de la source. Nos origines communes, notre unité se révèlent à mesure que l’exploration intérieure s’effectue. On comprend alors que pour devenir UN, il nous faut aimer tout ce que nous sommes. Chaque trait de personnalité, chaque « défaut » deviennent des marques de notre singularité lorsqu’ils sont accueillis dans l’amour sans conditions. Le mental a du mal à y croire mais le cœur n’en doute pas une seconde et c’est lui que je veux suivre même s’il m’amène parfois dans des lieux très obscures ou encore dans un espace infini où la perte de repère peut déstabiliser.

L’intuition, le ressenti, sont à prendre au sérieux.

La notion de bien et de mal très persistante peut néanmoins être libérée avec foi et patience. Ce n’est qu’en sortant de la dualité qu’on s’ouvre à la vision entière et réelle de tout ce qui est.

Tant qu’on reste convaincu du bien fondé de la séparation, on est coincé dans le mental, on se prive de l’ouverture du cœur qui permet d’établir la paix en soi et avec l’extérieur. Si j’insiste sur ce point c’est qu’il est essentiel de changer sa vision, son mode de pensée. Le mental agit, réagit à partir de la peur et l’inconscient s’associe à cet élan motivé par l’instinct de survie dans ce qu’il a de plus destructeur. Nous pouvons désormais agir à partir du cœur, de l’amour, nous sommes soutenus par l’invisible, le subtil, en nos corps et à l’extérieur.

Il n’y a jamais eu d’ennemi.

Chaque fois que j’accuse l’autre, l’extérieur, les entités « mauvaises », je sors de mon centre, je perds ma souveraineté, mon pouvoir de choisir l’amour. Cette énergie est la seule qui soit réelle. La seule qui nourrisse la vie. Je ne parle pas de l’amour romantique qui n’est qu’une moindre expression de la source de tout ce qui est. Ni même de l’amour philos, Éros, agape…ce sont des échantillons, des fréquences de différentes vibrations, des parcelles d’amour. Celui qui me semble se rapprocher le plus de la source, c’est l’amour inconditionnel, l’acceptation. Ceci ne veut pas dire qu’il faille se résigner, subir. Il est plus question de prendre conscience que nous sommes créateurs de tout ce qui est en nous, de notre vie, de nos pensées, de nos émotions. Accepter de ne pas tout comprendre et s’en remettre à l’intelligence du cœur demande beaucoup de courage, celui d’aller à contre courant.

Maintenant que j’en suis là, je peux considérer tout mon vécu, mon parcours comme un chemin initiatique dont chaque scène a été formatrice, m’a amenée sur la voie du cœur. Mon côté rebelle, marginale est une force qui aujourd’hui me permet d’avoir les c… de choisir l’amour en toutes circonstances. Ce qui implique d’accepter d’avoir des peurs, des doutes et des limites. Tout ce qui en soi est rejeté s’exprimera avec force tant qu’il n’y aura pas d’acceptation. Accepter c’est reconnaître que ce qui est en soi, est tout à fait légitime selon notre histoire, nos vies passées, nos croyances, notre pouvoir créateur. Quand on accompli cet acte d’humilité, la faiblesse devient force. Je ne parle pas de culpabilité mais bien plus qu’ayant le libre arbitre, nous avançons dans la compréhension de qui nous sommes en vérité et surtout de ce qu’est l’amour qui est la structure même de tout ce qui est, tels des enfants, des explorateurs, des découvreurs. L’erreur est humaine, elle enseigne, permet de se diriger, de s’orienter, d’affirmer ses choix. Le tâtonnement est le signe de notre liberté d’être, d’expérimenter. Apprendre à faire danser les énergies complémentaires en soi, est un jeu merveilleusement épanouissant pour peu qu’on s’autorise à être des apprentis. Une part de nous possède cette maitrise et elle enseigne notre personnalité humaine à travers notre état d’être. Lorsque je sens la passion, l’élan, l’enthousiasme, je sais que je suis sur ma voie, celle qui me fera grandir en amour et en sagesse. Mais ça ne veut absolument pas dire que j’aurais raison par rapport aux autres. Ce chemin est intérieur et l’extérieur me le reflétant n’a pas à déterminer mon pas. Il me montre ce qui est à réviser en moi, ce qui a besoin de lumière et d’amour. M’invite à regarder en dedans ce qui est déséquilibré afin de retrouver l’harmonie intérieure.

Si je veux voir un monde aimant, je dois apprendre à aimer mon propre monde. Celui de mes corps reliés aux chakras du bas, mes pensées, mes émotions, ma vie, mon passé, ma chair et tous ses attributs. Tant que je diabolise, que je rejette une part de ce qui fait qui je suis, je me prive de complétude, de cohérence et surtout d’amour.

Dès que je juge ou que j’accuse, je suis dans le rejet d’une part de moi-même et lorsque je m’indigne des injustices dans le monde, ce qui est légitime humainement, j’apprends à regarder en dedans ce qui est traité injustement. Ce n’est pas mon attitude intérieure à elle seule qui crée le monde tel qu’il est mais l’addition de tous les humains qui ont un regard négatif sur eux-mêmes.

L’histoire nous démontre qu’aucune révolution n’a résolu les problèmes d’inégalité. Les progrès concernant le respect de tous et de chacun sont nés de manifestes, de textes qui ont proclamé les droits de l’homme, de la femme et de l’enfant. Les poètes, les écrivains, les cinéastes, les chanteurs, tous ceux qui ont rêvé d’un autre monde, ont permis de changer les mentalités. Aucune manifestation ne résout les problèmes elle ne fait que creuser l’écart entre les opposants. La seule qui puisse être efficace c’est celle qui consiste à devenir responsable de soi, de ses pensées, de ses émotions et de ses actes, ses propres manifestations. L’amour de soi, l’acceptation de ses ombres, ou de ce que nous jugeons comme tel, permet de voir l’autre dans sa lumière, dans ce qu’il est véritablement et ainsi de lui donner l’occasion de se révéler à lui-même.

Le plus beau cadeau qu’on puisse faire à quelqu’un c’est de l’accepter tel qu’il est, de ne pas chercher à le changer. Et c’est tout à fait possible quand on a cette même attitude vis-à-vis de soi-même. Permettre à ce qui est de s’exprimer, sans juger, en se contentant d’accueillir, d’observer, libère de toute attente et donc de la déception. Ce qui nous fait souffrir, c’est de vouloir que les choses ou les autres soient selon notre désir. C’est en plus complètement arbitraire et irréalisable.

Je sais que nous sommes UN au niveau du cœur, de la source et que lorsque je me situe dans mon cœur, non seulement je m’autorise à être qui je suis mais l’autre ne me dérange plus. Son comportement lui appartient et vouloir le changer n’est pas mon rôle. Ma seule mission, c’est d’aimer tout ce que je suis afin de créer l’harmonie intérieure de sorte que mon monde soit bâti sur des fondations solides et que celui-ci soit le reflet de tout l’amour que je m’autorise à laisser circuler en dedans.

Pour rafraichir ma conception du couple, je continue de regarder comment je réagis à certaines lectures, points de vue et en étant ouverte, dans un mode réceptif tout en accueillant les énergies, émotions et pensées qui sont révélées, j’avance dans ma compréhension. Mon cœur sait parfaitement ce qu’est une relation homme femme riche, épanouissante, élévatrice qui permette de communier, de fusionner à tous les niveaux mais mon mental est encore bien chargé d’idées préconçues, de peurs et il n’est pas question de le forcer à adopter la vision du cœur.  Pour le moment, j’accueille les émotions liées aux pensées de peur à ce sujet afin d’y voir plus clair. Puis peu à peu, je libère les fausses croyances, ce qui n’est pas conforme à l’amour. Puisque deux voies s’offrent à nous, celle de l’amour ou celle de la peur et que l’une épanouit, nourrit la vie alors que l’autre détruit, mon choix est fait.

Je partage un texte et une vidéo qui ont amené un peu d’eau à mon moulin. Pour le texte, j’avoue que j’ai quelques réticences. Une part de moi trouve résonance et l’autre bloque sur plusieurs phrases. Bien que je ressente que mon cœur adhère, tant que mon mental ne comprends pas le sens de ces « concepts », je ne cherche pas à le persuader de suivre le cœur. Je laisse remonter en surface tout ce qui fait barrage, tout ce qui m’empêche d’envisager une relation qui soit fondée sur le respect mutuelle, la considération réciproque, l’acceptation des différences de l’autre, la compréhension de son mode de fonctionnement…Les peurs de s’engager, de perdre sa liberté, de perdre son êtreté, de devoir suivre, s’obliger…ont besoin d’être équilibrées. Puisqu’elles sont légitimes et permettent de se situer, en les libérant de leur charge émotionnelle, elles seront utiles et même bienfaitrices. Elles peuvent devenir les gardiennes de mon intégrité plutôt que d’être des freins.

Même si je suis convaincue de l’importance d’écouter et de suivre son cœur, je ne suis pas capable de le faire aveuglément et la compréhension mentale doit être associée à l’élan du cœur. Je me connais trop bien et un moment viendra où la rébellion sabotera toute tentative d’aller vers l’autre. Là encore la recherche d’harmonisation de tout ce qui me constitue me préserve de tomber dans les extrêmes. J’ai renouvelé ma foi et mon désir de suivre le cœur en ces termes :

Je me connecte à la Terre Mère afin de sentir ce lien d’amour et d’appartenance, signe d’acceptation de cette incarnation, de ma bonne volonté à nourrir et à répondre aux besoins de ma personnalité humaine, trop négligés jusqu’alors et par la bienveillance de mon âme, de la Source, je renouvelle mon désir de vivre dans la paix, l’amour, la joie, l’équilibre, l’harmonie, la liberté d’être, de faire et d’avoir en abondance. Je suis reconnaissante de savoir qui je suis en vérité et pour tout le confort, mental, physique et émotionnel que l’amour vrai de soi me permet de vivre. Merci mon âme d’être là, de répondre à mes appels et de t’associer à la présence divine afin de guérir et grandir ensembles.

Voici donc un texte écrit par  Amagyemang, trouvé sur le site « femmes ». J’y suis arrivée via Facebook où Catherine Dame de cœur l’a partagé avec Isabelle Jeandot, entre autres. La sculpture qui illustre cet article est l’œuvre d’Isabelle Jeandot. Je suis plutôt inculte niveau art mais c’est volontaire, je peux ainsi être en mode réceptif et laisser mon cœur me dire ce qui le touche, sans me préoccuper des appréciations extérieures, sans suivre les modes.

jeandot1207

« Sève » Isabelle Jeandot

« Si tu veux changer le monde aime un homme… aime le vraiment. Choisi celui dont l’âme appelle véritablement la tienne, celui qui te voit, et qui est suffisamment courageux pour avoir peur. Accepte sa main et guide-le doucement vers le sang de ton cœur, où il peut sentir ta chaleur autour de lui et s’y reposer, et brûler toutes ses lourdes charges dans tes flammes. Regarde le dans les yeux, regarde au plus profond de lui, et vois ce qui s’y trouve, endormi ou éveillé, timide ou impatient. Regarde le dans les yeux et vois ses pères et grands-pères et toutes les guerres et autres folies que leurs esprits ont combattues dans des contrées lointaines il y a longtemps. Regarde leurs souffrances et leurs luttes, leurs tourments et leur culpabilité; sans jugement. Et laisse cela partir. Ressens son fardeau ancestral, et comprends que ce qu’il recherche en toi c’est un refuge sûr. Laisse le se fondre dans ton regard stable, et sache que tu n’as pas besoin d’être le miroir de cette rage, parce que tu as un utérus, une porte douce et profonde qui soigne et purifie les vieilles blessures.

Si tu veux changer le monde, aime un homme… aime le vraiment. Assieds toi devant lui dans toute ta majesté de femme, dans le souffle de ta vulnérabilité, en jouant l’innocence enfantine, dans les profondeurs de ton invitation à une mort florissante, te soumettant avec tendresse pour permettre à sa puissance d’homme de faire un pas vers toi… et nagez ensemble dans l’utérus de la Terre, dans un silence entendu. Et quand il se retire… car il se retirera… fuyant par peur dans sa caverne… rassemble les Grands-mères autour de toi, enveloppe toi de leur sagesse, entends leurs doux murmures, apaise ton cœur de petite fille apeurée qui t’immobilise… et attends patiemment son retour. Assieds toi et chante près de sa porte le chant du souvenir, pour qu’il soit encore une fois rassuré.

Si tu veux changer le monde, aime un homme… aime le vraiment. N’amadoue pas le petit garçon avec des ruses et des tours, de la séduction et des pièges pour le leurrer vers une toile destructrice, vers un lieu de chaos et de haine plus terrible encore que toutes les guerres combattues par ses frères. Ce ne serait pas Féminin, ce serait une revanche, ce serait le poison de l’abus des époques, le viol de notre monde. Et cela ne donne aucun pouvoir à la femme, elle se diminue en le castrant. Et elle nous tue tous. Et que sa mère l’ait soutenu ou pas, montre-lui la vraie Mère, tiens-le maintenant et guide-le dans ta grâce et tes profondeurs brumeuses jusqu’au centre de la Terre. Ne le punis pas parce que ses blessures ne correspondent pas à tes besoins ou à tes critères. Pleure pour lui de douces rivières, et ramène tout à la maison avec ton sang.

Si tu veux changer le monde, aime un homme… aime le vraiment. Aime-le suffisamment pour être nue et libre, aime-le suffisamment pour ouvrir ton corps et ton esprit au cycle de naissance et de mort. Et remercie-le pour l’opportunité de danser ensemble dans les tempêtes qui font rage et les bois silencieux. Sois assez courageuse pour être fragile, et laisse-le s’abreuver aux pétales doux et capiteux de ton être. Fais-lui savoir qu’il peut te tenir, et se lever pour te protéger. Tombe en arrière dans ses bras et fais-lui confiance pour te rattraper, même si on t’a déjà laissée tomber des milliers de fois avant. Apprends-lui à se rendre en te rendant toi-même, et fusionnez dans le doux néant du cœur de ce monde.

Si tu veux changer le monde, aime un homme… aime le vraiment. Encourage-le, nourris-le, autorise-le, entends-le, tiens-le, guéris-le. Et à ton tour tu seras nourrie, soutenue et protégée par ses bras forts, ses pensées limpides et ses flèches affûtées. Car il peut, si tu le lui permets, être tout ce dont tu rêves. Si tu veux aimer un homme, aime toi, aime ton père, aime ton frère, aime ton fils, aime ton ancien partenaire; du premier garçon que tu as embrassé au dernier pour lequel tu as pleuré, remercie pour les dons, des débris dans lesquels tu te trouvais jusqu’à la rencontre avec celui qui se tient devant toi maintenant. Et trouve en lui la graine du renouveau et du solaire, une graine que vous pouvez nourrir pour aider l’émergence d’un nouveau monde, ensemble ».

Amagyemang (texte original en Anglais dont l’auteur n’est pas précisé)

Puis au fil de ma promenade sur Facebook, je suis « tombée » sur cette vidéo de Darpan que j’apprécie particulièrement. Sa façon d’envisager l’humain, le divin, le cœur et l’amour résonne parfaitement. Une part de moi sait que ce qu’il dit est tout à fait vrai une autre un peu hésitante a besoin de le vivre, de le sentir, pour le valider…Tout l’art d’être humain divin…

Darpan  « L’art de faire l’amour avec amour »

 

Une réponse à “Partage article « la passion retrouvée, l’art de faire l’Amour avec Amour « 

  1. gollum elite

    1 décembre 2013 at 1806 42

    Cool, je mourrai moins bête… car c’est la première fois que je vois un wombat. Je ne savais même pas que ces petites bêtes existaient (quelle ignare !). Quant aux « painted Cliff », cela me fait penser aux glaces Viennetta au caramel ! Quelle gourmande je fais. Encore un très bel article qui nous fait voyager et rêver… Profitez bien de votre séjour et plein de gros bisous sur le groin de Saladolar.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :