RSS

Entre passions, douleurs et amour impossible

06 Déc

Il y a un an ami, un ami, m’a demandé d’écrire un article sur l’amour impossible. Il avait lu bien des articles sur mon blog et savait donc ce que je suis capable d’écrire.

Ce jour là je lui ai dis que je voulais bien essayer mais que je ne m’en sentais guère capable, que je n’aurai pas assez matière à écrire.

Aujourd’hui, je le livre, à ma façon comme j’ai pu, en faisant de mon mieux.

Je n’ai pas connu la passion directement, mais j’ai essuyé les plates bandes de l’après-passion, sous deux de ses expressions. J’en parlerais un peu plus bas. Bon en même temps je ne suis pas née sous le signe de la vierge pour rien.

Quand j’ai connu un de mes amis, il sortait d’une relation passionnelle, nous avons discuté en toute amitié, je me rappellerais toujours de ce  jour dans ce café où un moment j’ai vu dans son regard d’homme cette immense douleur, les yeux parlant énormément.

Il y a encore quelques jours cet ami me disait c’est très dur de sortir de la passion, d’oublier et de tourner la page.

Pourquoi ? 

La passion c’est comme une drogue, les mots pour la décrire sont souvent très forts, car c’est un sentiment très déstabilisateur, un sentiment qui donne semble t’il l’impression d’être vivant à travers l’autre,  l’autre devient notre raison d’être.

La définition du « PETIT Larousse » est la suivante : « mouvement violent, impétueux de l’être vers ce qu’il désire : émotion puissante et continue qui domine la raison ». Ce qui domine la raison, c’est si bien dit. L’impression de ne plus contrôler ce qui se passe en soi, où l’autre devient l’objet de la passion.

La passion crée un lien, un attachement très profond, une sorte de dépendance à l’autre. La passion est à la fois merveilleuse et à la fois douloureuse.

L’ivresse des corps prend le dessus, l’envie de partager le charnel pour s’envoler dans les plus hauts sommets.

En effet la passion amoureuse peut faire vivre un peu des montagnes russes. Donnant le sentiment de vivre les choses intensément, prêt à tout pour l’être aimé, prêt à tout pour faire plaisir, au point même d’accepter la venue d’un enfant pour le simple fait de faire plaisir, l’impression de ne pouvoir vivre sans lui ou elle, mais aussi une alternance d’euphorie et de manque. Le manque cruel de l’autre en son absence.

Ce n’est pas un hasard si le mot passion, dans un de ses sens étymologique veut dire grandes douleurs, souffrances vu de ce point.

L’amour passion est une zone où on se laisse bercer par l’imaginaire, cette soif profonde d’être aimé. La passion permet en quelque sorte de s’oublier, de se sentir exister par le biais de l’autre, par le biais du regard que l’autre porte sur nous.  On devient obséder par l’autre, que l’on ne peut plus se laisser de place à soi-même.

La passion des débuts est normale au début d’une relation et elle peut ensuite se transformer en amour authentique. Là où les choses se compliquent c’est quand seule la passion prend le dessus. Mais dans la première l’amour, ce sentiment si fort nous domine en quelque sorte, on ne contrôle plus rien dans l’amour authentique à l’inverse on le contrôle.  Dans la passion, la simple baisse de la passion constitue un drame en quelque sorte dans la relation, dans l’autre type d’amour au contraire cela construit le ciment du couple.

La passion aussi belle soit elle, ne dure généralement pas. Enfin si je pense qu’elle peut durer si cette passion est transformée en passion constructrice. 

La douleur

Le passionnée se fait du mal tout seul, il souffre souvent même, souffre du manque de l’autre.  Quand la passion s’essouffle c’est alors la désillusion qui prend place, on n’est plus aveugle comme on l’était dans la passion (et oui la passion rend aveugle), de la désillusion s’en suit  malheureusement très souvent la séparation, puis la profonde douleur, celle d’un couteau dans le cœur.

Une douleur qui vous saisi corps et âme, qui vous fait connaitre les profondeurs abyssales. Les amants essaient alors de récoler les morceaux, s’en suivent une série de séparation/ relation, où la douleur se fait oublier à travers le plaisir charnel.   

Puis vient le moment où on n’arrive plus à recoller, où les déchirures sont trop fortes.

De cette dernière séparation plusieurs sentiments peuvent prendre le relais.

Le sentiment de haine de l’autre, on finit par hair, l’entre temps aimé quelques temps avant.  L’autre est vu avec une haine atroce.

Le sentiment de manque, celui d’être hanté par l’autre peut aussi prendre le dessus, l’impression de continuer à vivre à travers l’autre, d’attendre au fond de soi que l’autre revienne.  Mais de cette attente une petite voix vous dit non ce n’est pas une bonne chose, si on se remet ensemble on serra malheureux.

Comme me disait mon ami « je sais que cette femme n’est pas fait pour moi, je cours au malheur si je retente quelque chose avec elle, je ne le souhaite plus ». C’est ce que l’on appelle l’amour impossible d’ailleurs.

Vers l’amour impossible

L’amour impossible où l’autre constitue en quelque sorte un idéal, un idéal d’une beauté, un idéal du plaisir charnel. Mais trop souvent un idéal autour de valeurs superficielles, et non de valeur de partage indispensables à la construction de l’amour. L’amour entre les deux êtres s’annoncent alors réellement impossible, dans la mesure où on aime un idéal et non l’autre pour celui ou celle qu’il est. Que dans cette recherche d’idéal on est aveugle, mais que lorsque l’on voit les défauts tout chavire.

Très rarement les passions les plus intenses se transforment en amour authentique. Malheureusement. Après avoir vécu la passion, on peut être continuellement dans cette recherche de passion, comme si seule la passion devenait notre raison d’exister, que sans passion la personne n’arrive pas à se sentir être pleinement.

Quand on a vécue la passion, on connait les hauteurs des sommets mais également les profondeurs des abysses.  Si on la recherche après la passion après en avoir vu ses différentes facettes, c’est qu’on en a besoin, que dans le fond elle nous construit. Mais il faut comprendre une chose, c’est que les sentiments on ne les maitrise pas, que cela nous prend aux trippes sans crier gardes, mais si on replonge dans cette élan passionnelle c’est nous et nous seul qui faisons le premier pas vers la chute qui suivra.

Enfin si vous êtes capables et assez fort en vous pour remonter la pente après avoir touché le fond de l’après passion allez y.

Comme je le disais en introduction la passion en elle-même je ne l’ai pas connu mais j’ai connu les ravages que cela laisse.

Non seulement j’ai vu les ravages sur un ami, dans l’état où il était après la sortie de sa relation passionnelle, le fond qu’il a touché, je l’ai vu dans sa remonté, comment les choses ont été dures pour lui de tourner la page. Je l’ai vu démoli. Ce sentiment comme il dit « avoir tremblé comme si il allait mourir », c’est pour dire l’intensité de la douleur.

Ensuite j’ai essuyé les plates bandes sous deux facettes. La première pas belle du tout, celle de la haine, celle où la haine dégoulinante à pris place. Franchement je ne souhaite à personne de vivre une relation auprès d’une personne qui porte en lui tant de haine pour son ex. Ce n’est pas beau du tout, vir cette haine dégoulinante c’est très dur.

Autre facette celle de l’attachement, cette sensation pour l’autre d’être hanté par la personne ayant partagé sa vie auparavant. La pression qui a alors reposé sur mes épaules, même si lui ne s’en rendait probablement pas compte, la pression de ne pas être à la hauteur.  D’une passion passée qui empêche de tourner la page et d’essayer de construire autre chose. Vous avez bon offrir à l’être aimé un amour profond, si le deuil n’est pas fait, si les chaines ne sont pas brisés, vous ne pourrez rien faire, et il vous serra alors impossible de construire la relation, sinon vous en souffrirez. Aussi fortement que vous aimez cette personne si elle n’a pas fait son deuil les choses seront tout simplement impossible à construire, même en tentant à plusieurs reprises de construire la relation.

La passion ce n’est pas forcément mieux que l’amour construit de façon authentique, cet amour qui vous élève dans la relation.

Entre ce que l’esprit veux, l’idéal qui nous attire et ce que le cœur a envie dans le fond, le choix est parfois dur, mais c’est la raison que l’on doit écouter et oublier les idéaux de perfections   (c’est de moi cette phrase  )

Voilà le bout de cet article, écrit au mieux que j’ai pu.

 
 

5 réponses à “Entre passions, douleurs et amour impossible

  1. flipperine

    6 décembre 2013 at 1907 51

    On peut être passionné de qq chose mais pas de qq avec l’amour qui se veut être ou pas

     
  2. univerzoro

    7 décembre 2013 at 012 15

    c’est intéressant il y a plusieurs aspects dans votre article, entre l’amour passion, l’amour impossible et les conséquences. je rajouterai aussi la connaissance de soi, pour la personne qui essaie de comprendre ce qui se passe dans la relation à l’autre et à soi, ça comprend l’apprentissage de la vie, de l’amour, il me semble. aussi les valeurs qu’on acquiert ou au contraire les leçons qu’on ne tire pas de nos expériences vécues, le manque d’analyse ou de distance à soi. de même le dilemme entre la « sagesse » et vivre pleinement pour certain, la navigation entre l’épicurisme et le stoïcisme peut être.
    j’ai vu dernièrement un reportage et un moine bouddhiste disait que toute relation contenait sa séparation, tout comme toute naissance contient la mort. mais encore faut il en faire le constat ou l’apprentissage, celui-ci passe t il toujours par l’expérience vécue ?et donc la douleur ?
    l’amour passion est il l’apanage de « l’innocence » voire de l’ignorance pour pouvoir la vivre et en jouiret donc d’une certaine façon le pouvoir de la vitalité, de l’instant présent, de là on peut en tirer des philosophies contraires, il y en a qui se jettent à corps perdu, quand d’autres se retire dans une sorte de retraite. peut on concilier les deux, il doit y avoir moyen …
    l’amour passion est en qq sorte un amour vécu, l’amour impossible est basé lui sur un constat, soit qu’il ait été vécu et parait donc imcomptatible, un amour passé donc ayant perdu sa vitalité, du moins une expérience passée qui s’exclu d’une vision nouvelle, et d’autre part « impossible » soit qu’il n’a pas été vécu , restant dans l’idéal et la non confrontation mais une voix dit que cela ne fonctionnera jamais. voilà les qq remarques que je me suis fait en lisant votre article …

     
  3. gabriella

    8 décembre 2013 at 1705 28

    J ‘aime bp cet article, il est rare de voir une telle maturité de jugement et d opinion sur une jeune personne ou alors c est justement parce que tu es jeune que tu peux avoir cette distance.Je suis totalement d accord et vécu presque tous les cas de figure cités. Douleur, touché le fond pr remonter mais pas sans y laisser des plumes. Je vis actuellement une histoire avec une personne angoissée de perdre ce qu il a au point que son angoisse me bloque totalement et augment, de ce fait, sa peur, cercle vicieux. Il lui est totalement impossible de vivre cet amour sereinement mais je me sens dans une cage, infernal et impossible de lui faire entendre raison. Peut-être lui faire lire cet article serait bénéfique……

     
  4. Noisa

    1 juillet 2016 at 1604 17

    L’amour passion….dévastateur . C’est tellement Beau et violent à la fois. Violent dans le chagrin qui suit la rupture!!!!!!!!! Il est en vous, profondément ancré dans vos entrailles! Combien je souffre pour essayer d’avancer maintenant.

     
  5. Cristiano Doppio

    5 août 2016 at 1301 32

    Très bel article…tout est dit

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :