RSS

Faire de ma sensibilité une force

03 Sep

Dans notre monde actuel la sensibilité est souvent mal comprise, voir même vu comme une faiblesse.  Je reçois régulièrement des messages sur le blog  ou également en consultation qui me demande comment je gère les choses au quotidien en ce sens.

J’en ai moi même souffert pendant longtemps, avant de la voir comme  une force en moi qui me permettait d’être plus à l’écoute de mon être intérieur.

Pendant longtemps j’ai essayé de m’adapter à autrui et de ne pas écouter cette sensibilité. En faisant ainsi je reniais une part de mon être profond.

Depuis que je suis petite cette sensibilité est présente. Mes proches m’appelaient la sauvage d’ailleurs.  J’ai grandi à la campagne, entourée de nature. Mon enfance s’est passée à jouer dans les rounds ballers, faire des cabanes dans les arbres, jouer dans les rivières.  Mes parents m’ont éduqué dans des valeurs proches de la nature et de part ma personnalité je n’étais pas du tout attirée par la télévision donc je faisais beaucoup d’activité en extérieure. On en rigole souvent avec mes amis d’ailleurs car quand ils me parlent des souvenirs de télévision de leur enfance, je suis une ignorante sur le sujet c’est du chinois pour moi.

A l’entrée dans l’adolescence c’est là que cette sensibilité a commencer à être dur à gérer. Plus tard je préférais partir dans la nature que de rejoindre mes amis. Je partais avec ma chienne des heures et des heures durant dans la nature.  Mon plus grand lieu de ressourcement était la nature.  C’était un besoin vital. Personne ne savait où j’étais, je partais et rentrais quand bon me semblait.

De plus en plus la vie a fait que je ne pouvais pas renier cette sensibilité, que je devais au contraire l’honorer. C’est avec beaucoup de bienveillance envers moi même que j’ai appris à honorer ma sensibilité et ne plus la voir comme une faiblesse. Je me sentais tellement incomprise par mes amis à l’époque. Honorer ma sensibilité avec bienveillance est passé par de longs moments, très longs moments de solitude. Je fuyais le monde car tout simplement je ne pouvais pas m’adapter à ce monde qui m’entourait.  C’était une telle agression. C’est dans cette solitude que j’ai appris à ne plus voir cette sensibilité comme faiblesse.

C’est dans la solitude que j’ai pu trouver ce chemin de gratitude et de bienveillance, et de plus en plus j’ai pris soin de créer ces espaces intérieurs qui me permettaient de me ressourcer tout en ayant cette ouverture vers le monde.  Alternant ainsi les périodes de contact social et les grandes périodes de solitude. C’était là un besoin et cela l’est encore. Pendant longtemps j’ai fuis le monde qui m’entourait puis j’ai appris à recomposer avec ce monde en changeant d’une part totalement mon état d’esprit intérieur (ceci bien sur ne s’est pas fait en un claquement de doigts, mais le fruit d’un long chemin intérieur) mais aussi le type de personne que je fréquentais.

A un moment de ma vie, j’avais 22 ans, j’étais en fac de pharma, période où mes amis de fac ne pensaient qu’à sortir, je me suis posée avec le constat suivant : je ne dois pas être la seule extra-terrestre de ce monde, il doit bien y avoir des gens autour de moi qui ont les même sensibilités.  Et je me suis mise à l’œuvre, j’ai posé les intentions et la loi de l’attraction a alors porté ses plus beaux fruits. Et depuis ce jour je n’ai pas cessé de poser les intentions en ce sens, et je suis à présent d’entourer d’amis qui comprennent et respectent ma sensibilité.

L’autre jour un ami me disait « tu m’impressionne par ta capacité à nouer du lien social à créer du lien avec les gens hyper rapidement partout où tu vas.  » Et je lui ai répondu  oui il est vrai j’ai énormément de connaissance, j’ai le contact très facile, mais je reste une solitaire.Je lui expliquai que j’écoute avant tout mes besoins, car si je répondais à toutes les demandes de mes connaissances pour me voir, qui veulent passer du temps avec moi en mettant mon besoin de solitude au second plan cela serait me faire violence et qu’au bout d’un moment mon corps me rappellerait à l’ordre.

De part mon métier j’ai beaucoup de contact humain au sein d’une journée. Je suis pharmacienne et quand j’étais totalement en pharmacie, jusqu’à peu, je voyais donc des centaines de personnes chaque jours; Autant dire qu’en étant très sensible sur le plan énergétique cela fait un meltingpot énergétique qui défile tout au long d’une journée.  Donc créer mon espace de ressourcement au quotidien était donc une nécessité.

Pour cela le yoga matinal à sa place dans mon quotidien, je passe également énormément de temps en contact avec la nature. En connexion avec la nature c’est à dire que je vais connecter les éléments de la nature au plus près. J’ai besoin d’aller m’isoler dans la nature. Quand je nage dans un lac par exemple je vais avant tout sentir la connexion de mon corps avec l’eau, et au niveau du ventre je vais ressentir très rapidement la connexion avec l’eau et je laisse mes sens se faire inonder. Et c’est seulement à ce moment que mon corps peut se laisser aller dans le mouvement. Si je nage au mental le mouvement n’est pas fluide et je ne me sens pas en symbiose dans mon élément.

Ce besoin de contact « intime » avec la nature a souvent été mal compris par mes compagnons. Car quand je pars en nature je sais quand je pars mais pas forcément quand je rentre. Dans une relation de couple expliquer qu’on a besoin d’être libre dans la nature ce n’est pas toujours simple à faire accepter, où l’autre peut se sentir rejeter.  Cela demande donc beaucoup de diplomatie.

Au delà du yoga, de la nature, il y a le choix des musiques que j’écoute, mais aussi le choix de ce que je mets dans mon assiette. Cela a pu m’arriver de manger des choses qui ne me conviennent pas au niveau vibratoire, mon corps me le fait vite savoir. On n’y pense pas assez mais le contenu de notre assiette est très important pour accompagner la sensibilité.  Cela passe aussi par l’état d’esprit par cette alliance entre le conscient et l’inconscient. Avoir des pensées positives n’est pas suffisant si l’inconscient vibre dans le négatif. Faire le lien entre les deux est donc un chemin nécessaire à l’accueil de cette sensibilité.  Et tout cela contribue à faire de la sensibilité non pas une faiblesse mais une force intérieure qui amène à respecter les besoins profonds de l’être intérieur.   A côté de cela il y a l’hygiène énergétique que j’accomplis chaque jour, non pas en suivant des rituels mais en suivant mes intuitions de chaque jour. Chaque jour est alors unique et j’adapte chaque jour ce que je vais faire, tantôt des pierres, tantôt de la musique, tantôt de la sauge, tantôt des huiles, parfois le tout, c’est au ressenti que je décide ce que je fais.

Une autre agression pour moi c’est le bruit.C’est une agression que là par contre je ne maitrise assez mal et dans ces moments le bruit m’est très agressif.  Donc quand je suis en compagnie de personne proche où le bruit m’agresse j’essaie de le dire, mais je n’arrive pas forcément à formuler les mots . Donc dans ces moments là je crée ma bulle, si je peux je prends des écouteurs et lance une musique en 432 HZ que je mets à un volume sonore qui me permet de couvrir les bruits externes.  Et une fois la bulle créer, le calme retrouver, la pression retombe et je peux me détendre intérieurement, ou sinon je sors et vais prendre l’air. Et ceci me permet de respecter ma sensibilité et donc de ne pas me faire violence énergétiquement car en la reniant cela me demande ensuite d’aller puiser dans d’autres ressources.

C’est donc tout un ensemble de technique qui m’a permis de voir ma sensibilité non pas comme une faiblesse mais comme une force. Et surtout de rester à l’écoute de mes besoins intérieurs et non plus de chercher à les renier pour m’adapter à autrui.

C’est cette sensibilité qui en étant écoutée, m’a permise de développer d’autres choses dans ma vie, et de cheminer toujours plus avec pour valeur la gratitude et la bienveillance au quotidien.  Écouter ma sensibilité m’a permis de découvrir des ressources que jamais je n’aurai imaginé présente en moi, il y a quelques années.

Écouter et ne plus renier ma sensibilité m’a notamment permise de m’affirmer, et d’exprimer mes besoins. Ecouter ma sensibilité m’a permis de prendre des décisions très importantes dans ma vie et de faire des choix de vie qui m’apporte un grand bonheur au quotidien.

Alors aujourd’hui j’ai envie de vous inviter à aller au cœur de votre sensibilité à trouver les différents moyens qui vous permettent de venir au centre de votre être et d’apporter à votre être intérieur beaucoup de gratitude et de bienveillance pour accueillir cette sensibilité intérieure. De ne plus chercher à vous renier dans votre sensibilité en vous adaptant à autrui. Oser écouter votre sensibilité, c’est le plus beau cadeau que vous pourrez faire à votre être.

Osez honorer votre sensibilité, ne cherchez pas à vous adapter à autrui pour étouffer votre sensibilité.

Osez faire ce chemin vers vous pour observer toute la beauté qui se vit en vous et qui demande à être écouté (tout en accueillant ses parts d’ombre)

Osez être dans la gratitude et la bienveillance envers vous, être dans l’Amour de la Vie et de votre être intérieure.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :