RSS

Archives de Catégorie: Conseil d’achats

A la rencontre de Rrraw… grand cru de chocolat cru

Parmi les lecteurs de ce blog je ne serais guère surprise qu’il y ait de nombreux amateurs de chocolat

Aujourd’hui je voudrais vous présenter un chocolat qui sort du lot : un chocolat cru, un grand cru !Pour des saveurs hors du commun.

Il s’agit du chocolat de chez Rrraw

558307_306313389436576_1052311472_n

Chez Rrraw les valeurs qui forgent l’entreprise sont les suivantes :

 » RAW, c’est CRU en anglais. Les deux autres R de RRRAW sont ceux de Frédéric Marr, créateur de ces chocolats hors du commun, fabriqués à Montreuil à partir de cacao cru d’Amazonie.

  CRU, adjectif, du latin crudus : qui n’est pas cuit. Pour Rrraw cela signifie que les fèves de cacao n’ont subi ni torréfaction, ni conchage. Fermentées puis séchées au soleil, elles sont ensuite simplement broyées très finement à la meule de pierre sans dépasser 43°c.

 CRU, nom masculin : terroir considéré au point de vue de ses productions. Rrraw contient exclusivement du cacao criollo du Pérou venant d’une vallée inter Andine située à 800 mètres d’altitude. Ces cacaoyers semi-sauvages à très faible rendement produisent un grand cru, qui révèle des saveurs rares et subtiles.

 CRU, par analogie : n’ayant pas subi de traitement ni d’adjonction. Rrraw est élaboré artisanalement à partir d’ingrédients exclusivement végétaux, issus de l’agriculture biologique. Les saveurs associées au cacao proviennent d’épices fraichement moulues, de fruits ou plantes déshydratées et d’édulcorants naturels.

  CRU, par analogie : qui tranche fortement. Sa texture et sa saveur particulière font de Rrraw un chocolat hors du commun. Par ses ingrédients et sa fabrication « à cru », il est extrêmement concentré en principes actifs. Il fait … ronronner, roucouler ou rugir mais ne laisse personne indifférent. »

Je vous invite à découvrir un PDF très intéressant sur le site de Rrraw http://www.rrraw.fr/sites/rrw.a1.tribers.net/files/rtx/file/rrraw,_le_grand_cru_de_chocolat_cru.pdf

 

893350_463457270388853_57446223_o 11051948_794455087289068_6489859693054295719_n

 

 

J’avais découvert la marque en 2011, par une revue si mes souvenirs sont bons. Une dégustation qui surprend le palais par l’exquise des saveurs. Rien à voir avec le chocolat classique

Là c’est elle qui est revenue à moi, et j’ai eu l’honneur de recevoir une boite en métal comme celle de l’image ci dessus, de la saveur souvenir d’enfance.

DSC_2714DSC_2710

Un chocolat qui sur un plan vibratoire s’est montrer toute sa force et sa puissance  : au pendule il répond vraiment bien.

Et c’est avec un grand plaisir que je vous annonce à vous lecteur de ce blog, que vous pouvez bénéficier d’une remise de 10 %  sur le site avec le code VITALITEVERTE.  Il s’utilise lors de la finalisation de votre commande.  Je vous invite donc à une belle dégustation pour vous ou pour offrir .  Vous serrez merveilleusement surpris …

 

 

 

 

 
5 Commentaires

Publié par le 11 mars 2015 dans Conseil d'achats, Sites WEB

 

A la découverte de la mousse de coco Keimling

J’ai eu l’occasion il y a déjà quelques mois de gouter la mousse de Coco Keimling. J’ai tardé à rédiger l’article mais le plaisir de la dégustation est toujours présent.

Cette mousse de coco, crue, est riche de saveur. Un goût vraiment très agréable, à la saveur de coco bien présente.

Par mousse de coco il faut ici entendre chair de coco. A la différence de l’huile qui résulte du pressage de la chaire.  Il faut également savoir que le fabricant est allemand, or en Allemand les purées d’oléagineux se disent Muss , ce qui peut prêter à confusion. Ilse s’agit donc pas de s’arrêter à la dénomination Mousse mais au contraire de savourer ce délicat parfum en bouche.

IMG_20131129_142920 IMG_20131129_143143

Cette mousse pourra être utilisée dans de nombreuses recettes crudivores, à la fois pour donner une texture agréable aux préparations mais aussi cette saveurs des îles.

Pour ma part n’étant pas une adepte de la crusine c’est plus  à la petite cuillère que je l’avais dégusté. Une petite cuillère de temps en temps.

Je remercie Laura de Keimling qui m’a permis de découvrir cette délicate saveur.

Je vous invite à mon tour à découvrir l’entreprise Keimling, chez qui vous pourrez trouver de très nombreux produits pour l’alimentation vivante, que cela soit du matériel mais aussi des fruits secs qualités crudivores, des oléagineux, des  purées d’oléagineux, des olives.

Cette entreprise est également présente sur de nombreux salons notamment en Allemagne.

 
1 commentaire

Publié par le 21 avril 2014 dans Conseil d'achats, Sites WEB

 

A l’honneur la spiruline bretonne de Keratry

La spiruline est une micro algue très ancienne, réputée pour sa richesse en protéines et la qualité de ces dernières.

Cette algue est une cyanobactérie, de forme spiralée. Il existe plusieurs espèces de spiruline, la plus répandue étant Spirulina platensi.

Cette micro-algue est considérée comme un super aliment, cette appellation est largement justifiée de part la composition exceptionnelle de cette dernière. En moyenne 60% de protéines, du fer, du béta-carotène et beaucoup de minéraux assimilables.

La spiruline connait un bel essor, on en trouve donc à de différentes qualités. Elle est présentée en poudre, en comprimé ou encore sous forme de paillette.  La qualité conditionne bien sur son activité.

Aujourd’hui je souhaite donc vous parler d’un lieu de production en Bretagne et plus précisément dans le Finistère.  Le week-end où j’ai soutenu ma thèse je suis rentrée chez mes parents, dans le Télégramme il y avait (journal) un très bel article en dernière page au sujet de ce producteur. Il s’agit de la ferme de Keratry.

001 005

Il ne s’agit pas seulement d’un article lu, mais belle et bien d’une rencontre avec le producteur. Malheureusement je n’ai pas pu me rendre sur la production, ayant un RDV médical pour ma cheville à ce moment, mais ma maman est allée à la rencontre de ce producteur et m’en a fait un excellent retour. Une telle production Bretonne est à encourager et je vous invite vraiment à découvrir ce qu’ils font .

Voici le lien pour l’article paru dans le journal

J’ai acheté leur spiruline, elle se présente sous forme de paillette ce qui présente le grand avantage de ne pas être chauffée à des températures importantes.  Elle est très bonne en bouche, ma maman a même beaucoup aimé elle qui n’aime pas ce genre de produit habituellement.

J’ai conseillé une cure à mon père, dans le cadre de sa pratique sportive.

La spiruline est une algue qui s’intègre très bien dans le cadre de l’alimentation vivante, notamment pour les sportifs, ou pour les personnes en manque de fer.

IMG_20131019_092547[1]

désolée pour le flash sur la photo par contre.

IMG_20131019_092556[1]IMG_20131019_092603[1]

Encourageons les productions locales et de qualité, comme celle là. Étant Finistérienne oui j’ai cœur à partager de telle initiative, et je souhaite vraiment beaucoup de réussite dans cette activité au producteur.

Vous pouvez découvrir son site Ici

 
12 Commentaires

Publié par le 19 octobre 2013 dans Conseil d'achats, Cure

 

Oui mais j’ai la flemme de me préparer des légumes…

Petit article issue d’une discussion avec mon frangin, et qui s’applique à bien plus d’une personne.

Mon frère comme moi, nous avons été éduqué à la même enseigne, à savoir que les légumes étaient bien présent dans l’alimentation, et cela que l’on soit content ou non (en particulier pour mon frère). Mais mon frère a aujourd’hui du mal à garder tout cela.

L’autre jour on s’est vu, on était en terrasse, et mon frère qui me fait « Où je peux acheter des fruits, parce que là on a pas de fruits à la maison, et quand j’étais ici il y en avait toujours plein à disposition, alors cela commence à me manquer grave », mon frère il n’a pas le réflexe d’en consommer si ce n’est pas sous son nez et pourtant cela lui manque. Ensuite trois jours plus tard j’ai revu mon frère, et là il me sort « je m’achète de la salade en sachet, parce que  j’ai la flemme de préparer des légumes, et pourtant j’en ai envie, je sais que ce n’est pas top mais au moins c’est mieux que rien. Ah oui c’est cela en fait c’est la flemme de couper des légumes. » C’est clair que par rapport à ce qu’il a connu, où on a eu que du fait maison ce n’est pas la même chose.

Cette flemme est souvent basée sur un appriori, on pense que cela va prendre une heure. Mais prendre une planche à découper, couper des cubes de légumes, rapper des carottes cela prend 5 minutes. Et c’est aussi trouver des astuces. faire une découpe à la verticale, puis à l’horizontal, et en moins de deux c’est fait.

Utiliser des ustensiles comme le spiroli, ou le spiraliser, qui vous permettent de faire des spaghettis de légumes en moins de deux.

bd9e81b0c8a044cb8cb4b110.L._SY450_spirooli-vegetable-slicer-world-cuisine

Et si tout cela vous parait trop long et que vous ne n’avez pas 5 min à consacrer à la préparation de votre repas il existe le Le « Nicer dicer »  qui peut vous donnez un bon coup de main.

ainsi que la dernière de vidéo de Candice

la flemme est une excuse que vous vous donnez, mais qui peut très bien être contournée, et tout cela pour faire du bien à votre corps. Vous n’aurez ainsi plus d’excuses pour dire que les légumes sont long à préparer.

Il y a aujourd’hui plein d’astuce sur le marcher, alors renseigner vous, et votre santé vous dira merci , si de vous même vous n’arrivez pas à couper vos légumes.

Pour ma part je n’en possède aucuns, mais je me rachèterai un spiraliser à l’avenir pour faire des sphaghettis de légumes pratiques quand on fait des salades diverses.

Je me débrouille de mon côté avec planche à découper, couteau en céramique, râpe et économe. Mais je le redis nous sommes tous unique et chaque personne doit trouver ce qui lui convient. Et c’est aussi à chacun d’y mettre du sien, et non trouver la flemme comme excuse.

Il y a mille et une manière d’introduire les fruits et les légumes dans son alimentation. Je suis de mon côté c’est vrai une adepte de la simplicité.

 

 

Jus: extracteur, blender ou centrifugeuse?

Alors en matière de jus vous allez pouvoir lire un peu des informations dans tous les sens si bien qu’il reste difficile de faire son choix.

En matière de jus vous aurez le choix  (e fait maison bien sur) entre l’extracteur de jus, la centrifugeuse ou le blender.

Notons un fait important pour commencer, les jus que vous trouvez dans le commerce subissent tous une pasteurisation sauf ceux que vous trouvez Ici dont le concept reste très intéressant.  Et tous ces jus pasteurisés n’ont rien à envier aux jus fait maison.

La centrifugeuse

La centrifugeuse est très souvent confondue avec l’extracteur. Mais si le résultat obtenu, à savoir le jus est le même à première vue. Or nous avons là deux appareils qui répondent à une conception technique très différente. Et donc il en découle de la qualité du jus obtenu. La centrifugeuse a vous donner un jus en séparant la fibre du liquide, sous l’influence d’une grande vitesse de rotation en moyenne, 15 000 tours par minutes en moyenne.  Le jus est obtenu par un phénomène de rotation à grande vitesse suivi de l’action de la force centrifuge. L’aliment est déchiqueté à l’aide d’un disque qui tourne à grande vitesse puis va passer sur une grille qui va retenir les fibre et laisser passer le jus.

On voit là que c’est une méthode qui certes est très rapide mais méthode assez brutale pour l’aliment.  Notons que cette grande vitesse de rotation va du coup chauffer l’aliment (et cela même si le chauffage peut rester léger) donc qui dit chauffage dit dénaturation de l’aliment et oxydation de l’aliment du fait de la méthode d’extraction. Ce chauffage est également du à la propulsion permanente de l’aliment dans l’appareil lors du processus d’extraction.  L’oxydation est due à l’action des molécules d’oxygène qui sont introduite en quantité dans le mélange lors de l’action de la force centrifuge. Les phénomènes oxydatifs sont dus pour faire simple à des transferts d’électron entre les molécules ce qui leur donne un pouvoir de réaction dans le corps avec les autres molécules. (je vais vous préparer un article sur le sujet de l’oxydation je pense )

Le jus extrait reste imparfait puisque la fibre reste encore humide dans la majorité des cas.  Et de part cette oxydation importante de l’aliment le jus doit être consommé immédiatement. Apporter à votre organisme un jus oxydé ne sera pas très bénéfique. Et pour savoir ce que c’est l’oxydation vous avez déjà vu une pomme coupée dans quel état elle est vite rendue. Or consommer un aliment oxyder, va demander à votre corps d’aller puiser dans ses stocks en antioxydants. Le stress oxydatif n’est pas le sujet du jour, mais je pourrais développer cette notion si cela vous intéresse.

Les centrifugeuses ont certes un prix très attractif qui peut être très séduisant au premier abord.  Je pense que cela peut être une bonne alternative quand on débute les jus pour découvrir, et si on en fait une faible consommation. Sans quoi si la consommation devient plus importante votre centrifugeuse va vite rendre l’âme.

Autre inconvénient de la centrifugeuse, elle est très capricieuse sur la verdure. Les fruits et les légumes y passent sans soucis, mais le reste je n’en dirais pas la même chose. Oui j’ai expérimenté la centri.  De prime c’est très bruyant par rapport à l’extracteur.

Le blender

Un blender à la différence des deux autres appareils mentionnés ici ne sépare pas le jus de la fibre. Un blender sert à mixer. De part ses lames rotatives un blender va couper et briser l’aliment en petit bout. Et si vous êtes utilisateur de blender vous avez probablement noté qu’il faut ajouter en général de l’eau à votre mixture pour obtenir quelques choses de correct.

Le blender pour réduire l’aliment va avoir lui aussi une grande vitesse de rotation. Et de la résulte l’action de broyage de l’aliment.De cette grande vitesse de rotation, il en résulte une cassure au niveau moléculaire. L’architecture de la molécule d’eau qui en résulte est une structure totalement anarchique.A ce titre je vous encourage à vous intéressez aux travaux d’Emoto.

La vitesse de rotation des lames entraine un chauffage de l’aliment et donc une oxydation.Cette grande vitesse casse toute la structure de l’aliment . Si ensuite de ce liquide obtenu vous souhaiter le passer à travers un linge pour en obtenir un jus. Oui en apparence vous avez un jus, mais si on regarde au niveau structural (phénomène de cristallisation sensible de l’eau) ce n’est pas du tout du même ordre qu’un jus extrait par un appareil permettant cela.

Votre « jus » fait au blender est soumis à une forte oxydation et au même titre que la centrifugeuse, il doit être consommé dans l’heure qui suit.

Pour un blender cette vitesse de rotation, n’est pas le problème en soi, si on utilise le blender pour sa fonction propre qui est celle de mixer. Car pour un blender plus la vitesse de rotation est importante et mieux cela sera car cela va permettre de réduire considérablement le temps de broyage et donc le phénomène d’oxydation.

Si vous voulez en faire un jus cette vitesse n’est alors plus anodine, car le jus que vous allez apporter au niveau cellulaire (le principe du jus est aussi de nourrir le corps plus en profondeur que le smoothie) n’aura pas du tout la même action du fait de la structure de cristallisation de la molécule d’eau.

Donc au blender, vous pouvez filtrer avec un sac à jus, dans le fond. Ce qui va en ressortir c’est un jus un peu moins riche en nutriments (certains auront été détruit par ce phénomène de rotation à grande vitesse, car ne l’oublions pas certains phytonutriments sont très sensibles) et une dégradation de certaines vitamines.

Ensuite utiliser un vortex dans le blender à mon sens ne changera pas grand chose, car on reste dans l’éclatement de la cellule végétal. Pour avoir fait des cours de physiologie végétale,oui le végétale a bien une structure propre avec des cellules au même titre que l’humain. Observer un végétal au microscope selon certain processus, et on y voit toute la vie.

L’extracteur de jus 

Attention là encore à ne pas confondre extracteur pour faire des jus et extracteur pour faire des confitures.

L’extracteur de jus grâce à une force de pressage, par rotation autour d’une sorte de poulie, va permettre d’extraire le jus à froid. En séparant les fibres de la partie liquide par une très faible vitesse de rotation. A l’inverse du blender, pour un extracteur de jus plus la vitesse de rotation est faible et mieux cela sera.

Le jus qui en ressort n’a pas subit de phénomène oxydatif (ou alors très peu). Vous obtenez un liquide séparé de ces fibres, pour ma part cependant je recommande l’opération de filtrage du jus à travers un sac à lait.  Je vous recommande également cet article très intéressant sur le filtrage. iCI; Je précise cependant que même si je cite souvent ce site en exemple, ce n’est pas ça qui m’a fait m’intéresser à l’alimentation vivante. Les jus je les ai introduits dans ma vie, bien avant de connaitre ce site.  Et je le cite pour la richesse de ses articles et de ses vidéos.

Vous obtenez avec un extracteur un jus beaucoup plus nutritif en terme de structure moléculaire. Vous pouvez comparer par vous même le goût d’un jus obtenu à la centrifugeuse et celui obtenu à l’extracteur.  Le liquide obtenu est un liquide très assimilable par le corps, et cela même par les personnes ayant un intestin très abimés et fragilisés par diverses choses.

Le rendement d’extraction avec un extracteur est aussi plus important que celui obtenu par la centrifugeuse.

L’extracteur est certes un investissement plus important, mais sur le long terme il est beaucoup plus durable. L’extracteur vous permet de réaliser des jus à partir de fruit, de verdures et de légumes. Bien plus de possibilités de jus s’offrent donc à vous à la différence de la centrifugeuse.

Donc pour ma part en effet je recommande l’extracteur, associé au filtrage du jus.  Précisons cependant que la centrifugeuse peut être une bonne alternative pour débuter. Et si on doit choisir entre centri et blender pour faire un jus je partirais sur ma part plus sur l’otion centrifugeuse. Après oui si vous avez un blender à la maison, vous n’allez pas avoir 36 milles choses donc vous pouvez opter pour cette option.

Je vous invite à lire mes articles sur le choix d’un extracteur Ici et ici.

Pour les bienfaits des jus je vous invite à regarder l’article avec la vidéo très riche d’information ici et mes différents articles sur le sujet ici. Et n’hésiter pas à regarder la section jus de ce blog.

Ce complément d’article je l’ai fait suite à vos questions sur le sujet, j’espère avoir répondu à vos questions.

 

 

 

Le choix d’un extracteur de jus.

Les extracteurs de jus, sont des appareils fort utile lorsqu’on introduit dans sa vie des jus de légumes.

En ce qui me concerne l’extracteur a fait son entrée dans ma vie, en mars 2008, et c’est le plus beau cadeau que je me sois fait en terme d’achat.

Puis en 2011, j’ai fais la mauvaise expérience d’arrêter les jus, mais un an après j’y suis revenue, car force est de constater la différence en leur absence.

Ces jus sont de grande puissance, pour régénérer nos corps. J’ai écris un article l’an dernier ici.

Aujourd’hui je vais faire un complément.

Alors tout d’abord je précise qu’une centrifugeuse et un extracteur sont deux choses différentes.  L’un tournant à vitesse très rapide (15 000 tours par minute) , et va donc éclater l’aliment. Et l’autre tournant en moyenne à 80 tour par minute.

Ensuite extracteur, versus blender. L’extracteur va séparer la fibre du jus du légume par rotation lente, à la différence du blender qui va broyer l’aliment entier, donc sans séparation de fibre et de la partie jus. La vitesse de rotation est nettement plus élevée sur un blender. Passer un jus fait au blender  à travers un sac à lait ensuite pour filtrer, ne donnera pas le même résultat, car les fibres de l’aliment auront été broyées. Par le processus d’un côté expression et de l’autre broyage, on comprend que ces deux choses différentes. Je ne sais pas si c’est très clair, mais n’hésitez pas à me le dire.  La différence entre le smoothie et le jus est donc de taille. L’un gardant les fibres, et donc va nourrir moins en profondeur les cellules du corps. Car le jus va être digéré rapidement, à l inverse du smoothie qui aura un temps de stagnation dans l’estomac. Le smoothie aura donc beaucoup moins ces propriétés régénérantes que le jus.  Cependant les smoothies à savoir mélange de fruits, verdures, et eau à consistance désirée, sont de très bonnes choses à introduire également, car ils vont vous aider à alcaliniser votre terrain. Les Québécois sont très friands des green smoothies, en tout cas de ce que j’ai pu lire depuis que j’ai commencé l’alimentation vivante.

Les smoothies ont été mis au goût du jour par Victoria Boutenko notamment.Sur le site de Vegan bio vous pourrez trouvez quelques exemples de recettes.

Pour ma part je ne suis pas une fan de smoothie donc il est vrai que sur le blog vous en trouverez peu voir pas du tout. Je vous en donne une cependant épinard, framboise 250g, 10 bananes bien mures, eau à consistance.

Tant que l’on parle de recette, vous trouverez sur ce blog de nombreuses recettes de jus: Ici. Toutes ces recettes ont été faites en suivant mon instinct et mes envies du moment. Car c’est simple je suis incapable de suivre une recette, et pour vous dire je n’ai pas un seul livre de cuisine dans ma maison. Il est vrai que je fais moins de recettes de jus verts maintenant, et que mes jus sont plus fruités.

Donc pour en revenir à mes extracteurs, je vous invite à lire l’article que je mentionne en tout début.

Alors pour le choix d’un extracteur j’ai envie de vous dire cela dépend de ce que vous souhaiter faire comme jus.

A savoir si vous faites beaucoup de jus avec de la verdure fibreuse, des fanes, des plantes sauvages, je vous déconseille les modèles verticaux, car en effet la verdure n’est pas leur fort, et la verdure va avoir tendance à s’enrouler dans la vis d’extraction et bloquer l’appareil. Je vous orienterais vers des extracteurs type oscar DA 900.

image vitality 4 life

image vitality 4 life

De mon côté je ne vais pas vous recommander le green star elite car mon expérience ne m’en a pas donné satisfaction, donc je n’ai pas d’argument à vous donnez. Cependant je sais que de nombreuses personnes en sont satisfaites.

Ensuite si vous ne consommer pas trop de ces verdures fibreuses en jus, et que vous faites beaucoup de jus à bases de pommes, d’oranges, de concombre, courgette, légumes racines types carottes, ou betterave, des verdures comme l’épinard, les branches de céleri vous pouvez vous tournez vers les extracteurs verticaux.

Personnellement j’ai un modèle vertical, et j’en suis satisfaite, après à mes débuts dans les jus cela n’aurait pas été le cas car je consommais d’avantage de verdure que maintenant.  Je fais beaucoup de jus d’orange. Et je me nourris parfois que de jus d’orange pendant quelques jours. Sinon épinard/ pommes, céleri / pommes, céleri/ oranges, concombre / ananas, betterave/pomme, betterave/ananas, pommes/carottes,  en tout cas en ce moment.   Et là quand la pastèque va commencer ça va y aller sur les jus de pastèque.

Ici vous trouverez un autre ensemble d’idée de jus tous faits sur l’extracteur vertical.

Pour les proportions, je fais au pif.

L’avantage que je trouve à cet extracteur c’est qu’il prend peu de place. Et pour moi je le trouve du coup très pratique car je peux le mettre dans un sac à dos quand je rentre chez mes parents.  Comme je fais moins de verdures qu’à mes débuts, il me convient très bien car les fruits il les avale tout seul. Si cela bloque un peu, je débloque la verdure et je m’y retrouve très bien. L’aspect des verdures est peut être le seul inconvénient que je lui trouverais. Nettoyage simple, peut être un tout petit peu plus compliqué que le modèle horizontal.

Mais je pense qu’après l’été je vais laisser celui là à mes parents, car quand il est à la maison, ils prennent leur jus. (à leur demande je précise)  Je sais que le modèle horizontal ils n’en voudront pas car ils vont me dire trop encombrant, et d’eux même ils ne s’achèteront pas l’extracteur. Donc j’aimerai bien leur laisser le mien . Et je m’en achèterais un autre comme mon ancien c’est à dire type oscar DA 900.

Par contre je vous déconseille fortement le modèle Hippocrates car il y a un cône pour les verdures, un cône pour les fruits, alors changer les cônes au plein milieu d’un jus je trouve ça gal_ère. J’ai testé avec un ami, qui d’ailleurs le mettait de sortit que dans les soirées, et finalement c’est moi qui devait m’en occuper.

Pour vous en procurez. Je vous note notamment le partenariat qui existe au travers le site vivre cru. Et notamment cette idée de parrainage.  Vivre cru

Pour ma part il est vrai que je préfère faire travailler les entreprises françaises et pour un prix que je trouve également plus intéressant. Mais là c’est mon avis.

Voici quelques sites

Vitality 4 life

Bien et bio

Nature et vitalité

Moulins d’Alma

N’hésitez pas si vous voulez plus d’informations

 
82 Commentaires

Publié par le 20 avril 2013 dans Conseil d'achats, Jus

 

et la journée continue sur les bonnes choses

Donc ce jour animation graine germée dans un magasin bio à Nantes.
Mais pas un magasin original puisqu’il est dans une ancienne chapelle des Jésuites, un cadre exceptionnel.
Où ça change des magasins bio avec le chariot, là c’est autre chose.
Le bio au centre de Nantes, pour revoir le bio dans un cadre de proximité et non réserver à certaines personnes.
En plus les créatrices de ce magasin sont vraiment sympa.

On a beaucoup parlé.
Bref j’adore ce commerce dans Nantes et on va dire que j’y vais régulièrement, et c’est là bas que je prends ma caisse de banane justement.Les prix ne sont pas plus cher qu’ailleurs. Et vraiment je vous encourage à y aller si vous passez par là.
Et surtout que je faisais ça pour l’association végétarienne on a beaucoup parlé sur le sujet avec les deux patronnes.
Elles vont référencés le kit du végétarien débutant, et le tableau nutritionnel publié par l’AVF.
Génial!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
A venir animation sur les algues puis protéines végétales.
Et pour couronner le tout je me suis vu offrir ma marchandise à savoir 6 salades,  (3 salades par jour ça va vite) 4 oranges, 4 citrons.
Je ne demandait pas mieux, mes courses gratuites en contre partie de l’animation, échanges de services comme elle ma dit la patronne.

Donc voilà je suis super contente de ma journée.
N’oubliez pas de changer d’heure  😉