RSS

Archives de Catégorie: Ecologie

Vacances en cyclocamping : Drôme, Vaucluse et Camargue

Un petit retour sur une semaine de vacances en cyclocamping que j’ai pu vivre durant mes dernières vacances en septembre.

J’avais par le passé déjà fait un cours séjour de cyclocamping, cette semaine de septembre à l’inverse a vraiment été une très belle expérience. Cette semaine rejoint  le trio de tête de mes meilleurs vacances.

Nous sommes parti à deux, avec les vélos, les sacoches et la tente. La personne avec qui j’étais  avait lui une très bonne expérience du cyclocamping.

En 5 jours nous avons fait un périple de 400 kms au travers des petites routes et voies vertes, vu de merveilleux paysages, traversé des endroits magnifiques, des petites routes de campagnes, des villages pleins de charmes,  reçu un très bon accueil  dans les différents campings où nous avons séjourné. De plus le soleil a été au grand RDV tout au long de notre séjour.  Toutes les conditions étaient donc réunies pour vivre une agréable et riche semaine.

1er Jour : Départ de Sauzet non loin de Montélimar dans la Drôme, pour arriver à Vaison  la Romaine. Etape de 80 kms.

La traversée de la Drôme puis du Vaucluse nous a offert des coins magnifiques, des paysages différents d’un endroit à l’autre, de belles énergies en certains lieux.  Nous avons monté un col  sur 6 km au niveau d’Aleyrac avec 500m de dénivelés positifs. Malgré le poids des vélos il passait relativement bien.

La ville de Vaison la Romaine est magnifique.Il y aune belle architecture. Les gens y sont très accueillant.

La cathédrale est d’une beauté architecturale impressionnante.

20150924_115817 20150924_115806

2eme jour: Vaison la Romaine/ Saint Rémi de Provence

Une nouvelle étape de 80 kms, une belle étape où nous avons traversé la route des grands vignobles.

A l’arrivée au camping, nous étions entourés d’Anglais.  Il a fallu que je fasse travailler un peu mes méninges notamment pour demander un marteau à nos voisins d’emplacement. Mais je me suis faite comprendre  c’était le principal.

20150924_130937 20150924_131136

3ème jour : Saint Rémi de Provence / Le Grau du Roy

la plus longue étape de notre périple : 110 kms ce jours là. L’étape je dirais peut être la moins belle  du parcours , certes elle avait aussi tout son charme. Je dirais peut être un peu plus chiante en terme de parcours car nous avons passé des tronçons de routes et nous nous sommes perdus par endroit.

Sur la route nous avons trouvé de très bons fruits à des prix très abordable, et des fruits d’une qualité gustative exceptionnelle.

Quand nous avons rejoins la Camargue nous nous sommes pris des volés de moustiques en pleines figures au bord de la rivière, les pauses n’étaient alors plus possible en cet endroit :).

Nous sommes arrivés dans la ville d’Aigues-Mortes, très jolies ville rempart, nous avons fait un petit tour dans la ville fortifié, puis nous avons continué notre route en direction du Grau du Roy, en longeant la berge. Là malgré la fatigue qui se faisait sentir et l’envie de se poser, nous avons été pris d’une grande vague d’énergie dans les jambes.

Nous nous sommes pris des bancs mais des bancs de moustiques entre Aigues-Mortes et le Grau du Roy. Nous sommes arrivés sous un magnifique couché de soleil au Grau, pour une arrivée sous la nuit au camping. Là nous avons monté la tente aussi rapidement que nous avons mis pour nous mettre à l’abri des moustiques. Bien qu’ayant mis rapidement des jambes longues, un bonnet pour protéger ma tête, une veste, je me suis faite bouffer.

20150925_185425 20150925_185415 20150925_192726 20150925_192752

4ème jour : Du Grau du Roy aux Saintes Maries de la mer

très belle étape de 43 kms  dans la Camargue, en plein coeur de celle ci.  C’était une étape magnifique où nous avons longé les étangs de la Camargue et vu une très belle faune et flore.

Nous sommes passés à la maison de la Camargue, une visite très intéressante tant culturellement que pour la beauté du site et l’initiative derrière cela.

Les flamants roses étaient bien sûr de la partie.

Dans certains coins de dune la conduite des vélos demandaient un peu de pilotage on va dire.

Nous sommes passés devant le phare de la Gacholle;

Une fois au camping, à flan de mer, une nouvelle fois l’étape de la tente face aux piqûres de moustiques. Ils ne m’ont pas ménagé ces petits , en deux jours j’avais plus de 70 piqûres de moustiques, et oui je me suis amusée à les compter.  Un beau coucher de soleil nous a accueilli.

SAMSUNG

20150926_144639 20150926_151655 20150926_151658

20150927_113330 20150927_113332 20150927_113352 20150927_114442 20150927_115341 20150927_122509 20150927_125659 20150927_125855

20150926_200112

5ème jour : Des Saintes Maries de la Mer à Arles.

65 kms

Dernière étape de notre périple qui a commencé par un réveil au gré du son des vagues juste à côté.

Puis un petit arrêt sur la plage, l’eau était bien fraîche.

20150927_110319 20150927_111012

PUis nous avons continué notre traversé de la Camargue, à la découverte d’une tout autre Camargue.

Très belle étape également.

On s’est posé au bord d’un étang pour un moment de détente, être là pieds nus dans cet étang faire quelques mouvements de yoga et laisser le soleil imprégné mon visage c’était trop bon.

Nous sommes arrivées à Arles, nous avons pris nos billets de train pour remonter vers Notre point de départ.

Puis là nous nous sommes posés sur une place à regarder les anciens jouer aux boules. C’était un moment paisible;

Après le moment de train nous sommes arrivés à Montélimar et avons repris les vélos en direction de Sauzet, avec  la nuit qui tombait.

Notre périple terminés nous étions ravis de ce séjour et avec l’envie de renouveler cela.

SAMSUNG

20150927_143209 20150927_143206

Ce fut un magnifique périple qui laisse des souvenirs gravés à jamais.

La gestion de l’alimentation :

En ce qui concerne l’alimentation pour ma part je suis végétalienne, mon ami l’est majoritairement également. Nous avions pris des aliments secs pour la cuisson comme du quinoa/ des lentilles sinon nous achetions des fruits frais et légumes quasi au quotidien car nous profitions des bons producteurs que nous trouvions sur nos routes. Et nous préparions des salades le soir.

Et nos petits alliés étaient les smoothies de la marque innocent, bien pratique sur le vélo.

 

Ces vacances ont donc été à la fois dépaysante, économique, écologique, ensoleillée, et surtout un vrai régal.

Un immense merci à celui qui se reconnaîtra en lisant cet article.

 
1 commentaire

Publié par le 29 novembre 2015 dans Ecologie, En vrac, Nature, Paysages, Sport

 

Les aléas de l’air qui nous entoure …

L’air qui nous entoure en fonction de l’endroit où on vit peut être plus ou moins sain.

Je suis une personne qui a un grand besoin de nature et il est vrai que j’étouffe vite au sein d’une grande ville. De façon générale j’ai de toute façon besoin de la nature pour me ressourcer. j’y recharge mes batteries je me sens bien, j’aime trouver le calme que la nature nous offre au quotidien. Cela m’est d’ailleurs indispensable sans quoi je ressens un certain manque à l’intérieur de mon corps. Et c’est comme ça depuis que je suis petite.

Peut importe cette nature, cela peut être la mer, la montagne, la forêt, un lac je trouve toujours l’occasion de m’y rendre très régulièrement pour ne pas dire quotidiennement,  et de profiter pleinement de ce moment.

Mais au delà de cette nature il y a des éléments que l’ont ne maîtrise pas forcément et notamment la pollution de l’air.

Certaines régions sont plus polluées que d’autres, et y compris des régions auxquelles on ne penserait pas en apparence.

Je vis actuellement dans un département montagnard des Alpes, la Haute Savoie et contrairement à ce que l’on pourrait penser la qualité de l’air en Vallée n’est pas du tout au top. Nous avons un air très pollué. C’est simple quand on monte rien qu à’ 700 m on voit le nuage de pollution en dessous.

On peut avoir un brouillard épais en Vallée et montée un peu en altitude et retrouvée un beau ciel bleu.

Cela tient à la pollution industrielle mais aussi au émanation de chauffage. Cependant au passage je souligne un aspect qui me semble également important. On incrimine très souvent la pollution extérieure, parlant même de masque antipollution ( j’ai pour ma part de temps à autre des demande au comptoir )  ais c’est en oublier la pollution intérieure. Car avec toutes les émanations des matériaux qui trouvent leur place dans une habitation que cela soit par le biais des meubles mais aussi via les peintures, l’air ambiant que vous respirez dans votre habitat est loin d’être sain et même si on n’en parle pas parfois moins sain que l’air extérieur.

Cependant à cette pollution de base extérieure, s’ajoute des épandages aériens et autres perturbations ponctuelles. Tout cela pouvant être relativement agressif pour les voies respiratoires. Si vous vous intéressez un peu à ces notions d’épandage aérien vous n’êtes pas sans savoir que les dernières semaines cela à balancer assez fort.

J’en ai fais les frais il y a 10 jours, bonne séance de footing dans une phase où on était bien pollué, le lendemain bonne réaction allergique qui commençait les yeux gonflés, ça coulait comme de l’eau par les yeux et par le nez, les oreilles qui étaient sous pression, c’était clair c’était une réaction allergique. Et je sais pertinemment à quoi cela est du , je connais très bien les réactions de mon corps et je ne suis pas du tout allergique aux pollens. La réaction a été assez forte, la réaction allergique s’est un peu calmée mais s’est transformée en réaction à moitié asthmatique. Bien sur hors de question pour moi d’aller chez le médecin, je suis mon propre médecin et je sais ce que je dois prendre en phyto  pour y remédier. Et bien qu’étant chez mes parents cette semaine ce n’est certainement pas eux qui allaient me mettre la pression pour aller voir un médecin  car ils savent très bien ce que je fais en phyto. Au programme inhalations deux fois par jour. « Grog » de citron chaud/cannelle/ gingembre.  Réglisse pour la réaction asthmatique , et de l’autre Radis noir et Sureau  pour désengorger tout cela.

La respiration va mieux mais est encore un peu difficile par moment. Hier je n’avais pas la force au sport et ce matin quand je montais le cardio je sentais que c’était par moment fort sur le souffle.

Donc tout cela pour dire que ce n’est pas l’alimentation qui est le seul et unique facteur de votre santé, mais les conditions environnantes sont aussi des facteurs à ne pas négliger.

Et dès mon arrivée ici je me suis pris une grande bouffée d’air marin sous une tempête avec des pointes à 80km/h, donc un grand ressourcement et une respiration à plein poumon pour nettoyer tout cela.

20150329_134349 20150329_134351 20150329_134354 20150329_134359

Et très prochainement je serais entourée de montagne, perchée à 900m avec une vue à 180 degrés sur la chaine du Mont Blanc et je pourrais donc profiter encore plus intensément de mon environnement immédiat avec notamment une meilleure qualité de l’air.

20150316_153751

 
Poster un commentaire

Publié par le 3 avril 2015 dans Ecologie, Hygiènisme, Lobbyes, Nature

 

Au RDV des petits carnets

Chez moi j’ai toujours des petits calepin, ou des feuilles de brouillon ou cahier de brouillon pour noter diverses choses.  Y compris dans ma blouse au boulot j’ai au moins trois calepins pour des usages différents  😉

Cela ne vous surprendra guère si je vous dis que j’ai une certaine fibre écologique. J’ai d’ailleurs fait toutes mes études accompagnées de fournitures scolaires respectant notre belle planète. Comme j’en avais parlé dans un article ici .

Je prends également beaucoup de plaisir à les avoir en mains ou écrire dessus.

Là je voulais m’offrir un petit carnet pour un travail  personnel que j’effectue en ce moment. Je voulais un beau carnet, quelque chose que j’ai plaisir à ouvrir, à regarder, à palper et à utiliser.  Je me suis donc rendu à la papeterie de ma commune.

Là à peine rentrée dedans j’ai été comme happée , mes pas ont été directement guidés vers l’étagère des carnets à écrire, je n’ai rien vu d’autre de la boutique avant, mes pas étaient guidés c’était magique. J’ai découvert devant mes yeux les magnifiques carnets de chez Paperblanks

Je les ai pris dans mes mains , il y a avait quelque chose qui se passait. Le choix n’a pas été facile j’hésitais entre deux modèles ayant particulièrement attiré mon attention.  Mais finalement mon choix  c’est arreté sur le modèle « luxure à la Fanfare »

DSC_2576 DSC_2581 DSC_2582

 

 

Un petit cadeau que je me suis offert en ce jour, et je suis fiere de mon achat. Oui j’ose le dire.

Je crois que je vais avoir beaucoup de plaisir et de joie à sortir ma belle plume pour remplir les pages de ce cahier.

Je constate d’ailleurs que mon oeil d’aujourd’hui est beaucoup plus féminins sur certaines choses.  Cela tombe bien les fruits de mon travail personnels sont au rdv et suis remplie de gratitude envers mon être et ceux qui m’ont accompagné dans l’éveil à cette dimension qui sommeillait en moi. Le chemin ne va pas s’arrêter de si tôt bien entendu au contraire un grand vent d’impulsion m’accompagne en ce sens.

Ce carnet va venir accompagner un autre carnet, lui aussi magnifique qui m’a été offert à Noël par un couple d’amis très cher.

DSC_2590

Deux usages différents mais deux usage noble et qui m’accompagneront au quotidien.

 
4 Commentaires

Publié par le 13 janvier 2015 dans Ecologie, Qui suis je?, Vie pratique

 

Documentaire : Produire bio, un buisness comme les autres?

A la base l’agriculture bio est une très belle démarche, une démarche qui se veut à la fois respectueuse des sols et des producteurs. Une pratique qui favorise l’économie locale et le maintien de l’agriculture paysanne.

A l’heure actuelle le bio connait de nombreuses dérives, l’industrie s’est emparée du bio y voyant là un secteur porteur. Mais cela n’est pas sans conséquences. Tout cela se fait au détriment des petits producteurs honnêtes, qui se battent de plus en plus pour le maintien de l’agriculture paysanne mais qui doivent ramer de plus en plus  pour ne pas se faire écraser par les industriels.

Je le dis et le répète depuis très longtemps le bio de grandes surfaces n’a de bio que le label.

Je suis très attachée au contact avec les producteurs et j’ai toujours eu beaucoup de plaisir à aller sur les marchés à leur rencontre, pouvoir parler avec eux de leurs pratiques. Je connais différents maraichers qui se battent pour redonner du sens à l’agriculture paysanne, mais pour qui l’Europe est un vrai danger.Ils m’ont parlé de ces notions de subventions, de pressions qui reposent sur leurs épaules et c’est triste.

Favorisons le maintien de l’agriculture paysanne. C’est à nous d’agir et de devenir consom’acteurs.

Voici un reportage sur le buisiness du bio.

 
 

Le défi Alternatiba

Alternatiba est un projet que je viens de découvrir et que je ne peux que vous partager. Ce projet Alternatiba me parle profondément.

Ce projet construit  autour du défi climatique, du changement climatique et de la nécessité de se mobiliser dans le plaisir et la joie, afin d’avancer sur le chemin de la résistance créatrice.

De nombreuses impulsions Alternatiba ont vu le jour dans l’Hexagone et s’étendent doucement  à l’Europe.Tout cela pour une société plus agréable à vive, une solidarité autour du retour à l’agriculture paysanne, la consommation responsable, l’entraide, la partage des richesses et bien d’autres choses.

Voici un film sur ce projet

 

 

 

 

S’habiller une question de choix éthiques

L’habillement est une question de choix et à travers ces choix il est possible de faire porter nos valeurs éthique.

S’habiller avec des choix conscient et réfléchis est aussi  un beau moyen de devenir consommateurs.

Etant vegan les choix éthiques passent aussi par mon habillement. A savoir que je ne porte pas de matières issues de l’animal.  De même je ne souhaite pas, autant que possible, cautionner l’esclavage humain. je dis autant que possible car parfois il n’est pas toujours très simple de trouver des vêtements à la fois éthique, à prix raisonnable et qui nous conviennent au niveau de la coupe et de la forme du vêtement.

De toute façon j’ai toujours aimé les matières naturelles et je ne suis absolument pas à l’aise dans des matières synthétiques, je sens alors le rayonnement de mon corps qui se ferme. J’aime être à l’aise dans mes vêtements et pouvoir bouger avec aisance. Je ne supporte pas avoir des choses trop serrées sur mon corps.

J’aime beaucoup le lin et j’adore en porter. J’ai à ce titre découvert une très jolie boutique dans les ruelles d’Annecy il y a quelques semaines.  Sinon autant que possible mes choix se dirigent sur le coton bio et équitable.  Car la simple mention coton bio est un pur aspect marketing.

Je préfère avoir peu d’habits mais des habits de qualités et qui vont durer dans le temps. Je ne me soucis absolument pas de la mode de l’année d’ailleurs c’est bien un sujet sur lequel je suis toujours larguée pour avoir ce qui est tendance de l’année ou pas.

Pour le choix de mes chaussures c’est pareil elles sont vegan c’est à dire sans cuir. A ce titre il y a une marque que j’aime beaucoup c’est FYE.

Aujourd’hui j’aimerais vous parler de quelques marques de vêtements que j’apprécie beaucoup.

En premier TUDO BOM.

C’est une marque Brésilienne, de coton bio et équitable. J’aime l’éthique et le style de la marque. Des vêtements très confortables et agréables. Cela fait 4 ans que je l’ai découvert je crois et franchement je n’ai absolument rien à redire. Une marque avec des textures fluides, des couleurs pleines de punch.

970814_10151633187499889_591938496_n

J’aime beaucoup, le service clientèle est vraiment très agréable. Et de plus l’éthique de cette marque est très intéressante dans sa coopération avec ces producteurs Brésiliens.

Ensuite vient BAMBOO Fashion idem des matières qui respirent, des matières solides, et une belle démarche derrière la marque avec des valeurs engagées. Également une marque très colorée et agréable à porter.

Il y a également la marque ETHOS

Pour trouver les vêtements il ya les boutiques quand on vit dans des grandes villes je dirais sinon  j’aime beaucoup les deux sites suivants

Modetic et Greenweez

Se vêtir n’est pas un acte anodin , c’est un acte de consommation qui porte des valeurs et des choix de consommation .

 
2 Commentaires

Publié par le 11 mai 2014 dans Ecologie, Engagement, Vegan

 

Mes 3 indispensables pour le ménage de façon écologique

Il y a déjà fort longtemps que pour le ménage les produits toxiques sont bannis de mon habitat. D’ailleurs de mes souvenirs dès mon tout premier appart, c’est à dire dès mes 18 ans seul les produits écologiques étaient à mes  côtés pour entretenir mon logis.

Aujourd’hui je voudrais vous parler de mes 3 indispensables dans un logis. Ceux avec quoi on peut quasiment tout faire.

J’ai nommé le bicarbonate de sodium, le vinaigre d’alcool et la pierre blanche.

Avec du bicar je nettoie les légumes si je ne peux pas avoir accès à du bio. Je m’en sers pour le détartrage avec l’eau calcaire, je m’en sers pour me laver les dents.

Avec le vinaigre blanc je m’en sers comme adoucissant pour le linge, pour le détartrage des canalisations en association au bicarbonate.

Et enfin la pierre blanche, avec ça je nettoie toute les surfaces que cela soit la salle de bains, la cuisine. J’utilise ce produit depuis très longtemps et j’en suis merveilleusement satisfaite. Y compris pour nettoyer des taches tenaces, mes parents utilisent la pierre blanche pour nettoyer la vitre de leur poêle à bois c’est dire son efficacité. Je parle là de condition d’utilisation pour un poêle qui est le seul  moyen de chauffage de la maison et donc qui est utilisée de façon quotidienne.  Sincèrement si je devais me passer de la pierre blanche je pense que j’aurais grand mal à lui trouver des alternatives équivalentes.

La pierre blanche qu’est ce c’est?  c’est un mélange d’argile blanche, de savon végétal, d’huile végétale, d’huile d’aiguille de pin et d’eau. Tout simplement aucuns produits toxiques, pas de test sur les animaux (à la différence des autres produits) .

On peut absolument tout nettoyer avec ça. De l’inox , du plastique, du marbre, du carrelage, etc. C’est donc un produit idéal pour nettoyer la salle de bain, la cuisine y compris les casseroles et plaques de cuisson, le mobilier de jardin.. Bref quasiment tout.

De prime on fait super longtemps avec une pierre c’est donc très économique.  Par contre il existe différentes marques de pierre blanche que l’on peut trouver à droite et à gauche sur les salons. Par expérience je ne jure que par celle figurant sur la photo si dessus. Pourquoi car elle ne devient pas friable en séchant après utilisation, elle a eu odeur agréable.

En parlant de ménage je vous invite à découvrir le livret de Raffa, le grand ménage, que vous pouvez trouver Ici

A part ces trois produits j’ai dans ma maison de la lessive écologique qu j’achète à la coop et un produits écolo que j’utilise pour le sol bien que je pourrais user de la pierre blanche. Voilà c’est tout, pas d’odeur de chimique qui vient m’empester et avec ça je fais tout ce que je veux.

 
3 Commentaires

Publié par le 29 avril 2014 dans Ecologie