RSS

Archives de Catégorie: En vrac

Vacances en cyclocamping : Drôme, Vaucluse et Camargue

Un petit retour sur une semaine de vacances en cyclocamping que j’ai pu vivre durant mes dernières vacances en septembre.

J’avais par le passé déjà fait un cours séjour de cyclocamping, cette semaine de septembre à l’inverse a vraiment été une très belle expérience. Cette semaine rejoint  le trio de tête de mes meilleurs vacances.

Nous sommes parti à deux, avec les vélos, les sacoches et la tente. La personne avec qui j’étais  avait lui une très bonne expérience du cyclocamping.

En 5 jours nous avons fait un périple de 400 kms au travers des petites routes et voies vertes, vu de merveilleux paysages, traversé des endroits magnifiques, des petites routes de campagnes, des villages pleins de charmes,  reçu un très bon accueil  dans les différents campings où nous avons séjourné. De plus le soleil a été au grand RDV tout au long de notre séjour.  Toutes les conditions étaient donc réunies pour vivre une agréable et riche semaine.

1er Jour : Départ de Sauzet non loin de Montélimar dans la Drôme, pour arriver à Vaison  la Romaine. Etape de 80 kms.

La traversée de la Drôme puis du Vaucluse nous a offert des coins magnifiques, des paysages différents d’un endroit à l’autre, de belles énergies en certains lieux.  Nous avons monté un col  sur 6 km au niveau d’Aleyrac avec 500m de dénivelés positifs. Malgré le poids des vélos il passait relativement bien.

La ville de Vaison la Romaine est magnifique.Il y aune belle architecture. Les gens y sont très accueillant.

La cathédrale est d’une beauté architecturale impressionnante.

20150924_115817 20150924_115806

2eme jour: Vaison la Romaine/ Saint Rémi de Provence

Une nouvelle étape de 80 kms, une belle étape où nous avons traversé la route des grands vignobles.

A l’arrivée au camping, nous étions entourés d’Anglais.  Il a fallu que je fasse travailler un peu mes méninges notamment pour demander un marteau à nos voisins d’emplacement. Mais je me suis faite comprendre  c’était le principal.

20150924_130937 20150924_131136

3ème jour : Saint Rémi de Provence / Le Grau du Roy

la plus longue étape de notre périple : 110 kms ce jours là. L’étape je dirais peut être la moins belle  du parcours , certes elle avait aussi tout son charme. Je dirais peut être un peu plus chiante en terme de parcours car nous avons passé des tronçons de routes et nous nous sommes perdus par endroit.

Sur la route nous avons trouvé de très bons fruits à des prix très abordable, et des fruits d’une qualité gustative exceptionnelle.

Quand nous avons rejoins la Camargue nous nous sommes pris des volés de moustiques en pleines figures au bord de la rivière, les pauses n’étaient alors plus possible en cet endroit :).

Nous sommes arrivés dans la ville d’Aigues-Mortes, très jolies ville rempart, nous avons fait un petit tour dans la ville fortifié, puis nous avons continué notre route en direction du Grau du Roy, en longeant la berge. Là malgré la fatigue qui se faisait sentir et l’envie de se poser, nous avons été pris d’une grande vague d’énergie dans les jambes.

Nous nous sommes pris des bancs mais des bancs de moustiques entre Aigues-Mortes et le Grau du Roy. Nous sommes arrivés sous un magnifique couché de soleil au Grau, pour une arrivée sous la nuit au camping. Là nous avons monté la tente aussi rapidement que nous avons mis pour nous mettre à l’abri des moustiques. Bien qu’ayant mis rapidement des jambes longues, un bonnet pour protéger ma tête, une veste, je me suis faite bouffer.

20150925_185425 20150925_185415 20150925_192726 20150925_192752

4ème jour : Du Grau du Roy aux Saintes Maries de la mer

très belle étape de 43 kms  dans la Camargue, en plein coeur de celle ci.  C’était une étape magnifique où nous avons longé les étangs de la Camargue et vu une très belle faune et flore.

Nous sommes passés à la maison de la Camargue, une visite très intéressante tant culturellement que pour la beauté du site et l’initiative derrière cela.

Les flamants roses étaient bien sûr de la partie.

Dans certains coins de dune la conduite des vélos demandaient un peu de pilotage on va dire.

Nous sommes passés devant le phare de la Gacholle;

Une fois au camping, à flan de mer, une nouvelle fois l’étape de la tente face aux piqûres de moustiques. Ils ne m’ont pas ménagé ces petits , en deux jours j’avais plus de 70 piqûres de moustiques, et oui je me suis amusée à les compter.  Un beau coucher de soleil nous a accueilli.

SAMSUNG

20150926_144639 20150926_151655 20150926_151658

20150927_113330 20150927_113332 20150927_113352 20150927_114442 20150927_115341 20150927_122509 20150927_125659 20150927_125855

20150926_200112

5ème jour : Des Saintes Maries de la Mer à Arles.

65 kms

Dernière étape de notre périple qui a commencé par un réveil au gré du son des vagues juste à côté.

Puis un petit arrêt sur la plage, l’eau était bien fraîche.

20150927_110319 20150927_111012

PUis nous avons continué notre traversé de la Camargue, à la découverte d’une tout autre Camargue.

Très belle étape également.

On s’est posé au bord d’un étang pour un moment de détente, être là pieds nus dans cet étang faire quelques mouvements de yoga et laisser le soleil imprégné mon visage c’était trop bon.

Nous sommes arrivées à Arles, nous avons pris nos billets de train pour remonter vers Notre point de départ.

Puis là nous nous sommes posés sur une place à regarder les anciens jouer aux boules. C’était un moment paisible;

Après le moment de train nous sommes arrivés à Montélimar et avons repris les vélos en direction de Sauzet, avec  la nuit qui tombait.

Notre périple terminés nous étions ravis de ce séjour et avec l’envie de renouveler cela.

SAMSUNG

20150927_143209 20150927_143206

Ce fut un magnifique périple qui laisse des souvenirs gravés à jamais.

La gestion de l’alimentation :

En ce qui concerne l’alimentation pour ma part je suis végétalienne, mon ami l’est majoritairement également. Nous avions pris des aliments secs pour la cuisson comme du quinoa/ des lentilles sinon nous achetions des fruits frais et légumes quasi au quotidien car nous profitions des bons producteurs que nous trouvions sur nos routes. Et nous préparions des salades le soir.

Et nos petits alliés étaient les smoothies de la marque innocent, bien pratique sur le vélo.

 

Ces vacances ont donc été à la fois dépaysante, économique, écologique, ensoleillée, et surtout un vrai régal.

Un immense merci à celui qui se reconnaîtra en lisant cet article.

 
1 commentaire

Publié par le 29 novembre 2015 dans Ecologie, En vrac, Nature, Paysages, Sport

 

La punition du mois de juin ;)

Un mois de juin qui a une teinte qui ne ressemble pas au meilleur chose que j’aime.

Rentrée chez mes parents je profite un peu de cet espace, mais le plus souvent je bosse et notamment sur ma thèse.
Là je sais que c’est un mois hard, et que ce n’est pas un mois de tout repos. Heureusement une semaine de vacances vient se glisser là dedans. Et j’en profiterais largement.

J’aime ma mère ce matin qui discutais avec une maman. Et elles sont venues à parler de moi, « Sabri est levée depuis 5h30 ce matin, mais ce n’est pas pour autant que je la vois beaucoup. Elle fait son sport le matin, monte, descend manger, remonte. Elle est malheureuse dans sa chambre là à être enfermée »

Ce qui est bien vrai. Le midi je mange dehors. Enfin je bois dehors vu que je suis au jus. Et ensuite je remonte bosser.

C’est une fatigue que je n’aime pas trop car une fatigue qui pour moi n’est pas saine du tout. J’ai besoin d’air. Heureusement je ne me coupe pas de la nature, mais là je commence à saturer je crois.

Mais heureusement la bonne humeur est au rdv, et je garde ma belle joie, mon sourire, et mon énergie. Et je prends le temps de savourer les petits bonheurs simples. Pour conserver les lumières qui brillent en mon être bien allumées.

Je n’abuse pas de vacances dans la mesure où c’est ma semaine annuelle celle à venir, et là je profite aussi un peu de ma famille comme je peux.  Ne vous inquiétez pas je ne suis pas à la masse pour autant et je ne fonctionne pas à coup d’excitant et loin de là.

 
1 commentaire

Publié par le 4 juin 2013 dans En vrac

 

un très beau cadeau

Aujourd’hui tant de joie, de retrouvailles, de rencontres (et de taille cette rencontre), d’intenses moments de partage vécu.
Un immense bonheur, des émotions très fortes m’ont envahi.
Des moments vraiment très riches et forts nombreux comme je n’avais pas connu depuis très longtemps.
Merci à vous, vraiment un immense merci, à vous tous qui avez fait le déplacement et pour certains de bien loin.
Vraiment que des moments de bonheurs, avec des souvenirs gravés à jamais dans ma tête.

Merci à tous pour vos belles attentions qui me sont allées droit au cœur, les unes comme les autres.

Ainsi que ce très bel échange que j’ai eu avec mon frère ce soir, un échange d’une de ces profondeurs sur deux sujets bien différents.

Depuis quelques temps je me rends compte que mon frère est très intéressé par la question de l’impact écologique de l’alimentation carnée.
Il y a quelques mois on en avait parlé tous les deux car c’est un sujet qu’il avait lancé.
Et aujourd’hui il a relancé le sujet de lui même (car moi je ne parle jamais de ces choses là avec ma famille), et de ces démarches dans ce domaines.
Il m’a dit clairement de sa propre bouche, « il est urgent de diminuer sa consommation de viande, on va droit au mur.
Et si tout le monde diminuait de façon drastique sa consommation de viande, le monde irait mille fois mieux .
Aujourd’hui moi c’est ce que je m’engage à faire, je ne deviendrais pas végétarien mais je diminue de façon drastique et dans un premier temps la viande rouge.
Pour moi cela ne sera pas difficile, mais pour A. oui »

Petit frère cela tombe bien je suis entièrement d’accord avec toi.

 
Poster un commentaire

Publié par le 16 septembre 2012 dans En vrac, Végétarisme et Veganisme

 

Partage d’article « les motivations de nos actes »

Les motivations de nos actes, Gary CHAPMAN

Si vous voulez comprendre votre conjoint, je vous encourage à chercher sa part intérieure cachée. Un des grands pièges de la vie de couple est l’incompréhension des actes ou du comportement de l’autre.
Une femme dit : « Je n’arrive pas à comprendre qu’un homme fasse une telle chose ! »
Un mari dit : « Les femmes ! Jamais je ne les comprendrais. »
C’est peut-être vrai. Mais pourquoi ne pas essayer quand même ?
En général, le comportement humain est motivé par un besoin émotionnel ou physique. Si un couple est assis sur le canapé en train de regarder la télévision et que l’homme se lève pour aller dans la cuisine, la femme ne sait pas ce qui a motivé son départ. Mais lorsqu’il revient avec un verre d’eau, elle en devine la raison.
Peut-être était-il motivé par la soif—un besoin physique. Mais si par ailleurs il semblait remué lorsqu’il a quitté la pièce, il se peut que la soif ne soit pas la seule raison.
Alors elle lui dit, « Quand tu es sorti à l’instant, tu semblais contrarié. J’ai bien compris ce que tu cherchais à me dire ? »
S’il répond « Tu ne me comprends jamais », elle sait alors sans l’ombre d’un doute que son comportement était motivé par autre chose que la soif. Elle est sur le point de découvrir sa « part intérieure cachée ».

 
2 Commentaires

Publié par le 11 septembre 2012 dans En vrac

 

un travail aux différentes facettes

Dans mon métier j’apprends beaucoup au contact de mes patients.
Je ne porte aucuns préjugés quelques soit le patient, et souvent j’arrive à certains échanges très intéressant.
J’ai notamment une patiente que j’apprécie beaucoup et qui a chaque fois que je la sers à des choses assez intéressantes à dire.

Je fais assez souvent les livraisons chez les personnes agées et parfois c’est un moment où tu ressors en ayant appris plein de chose.
Dernièrement une petite mamie que j’aime bien en la livrant m’a montré des photos de Lucie Aubrac avec qui elle était dans la résistance. Dans sa parole on sentait bien l’émotion.

Hier c’est par exemple une discussion sur l’éducation des enfants de nos jours, le manque de respect dans notre société, société qui va droit dans le mur comme me disait cette petite grand mère.

Je trouve intéressant les personnes âgées car elles ont de belles valeurs de la vie, des choses qui pour moi me parlent et au moins ces personnes n’ont pas connu l’abondance,ont appris à se battre dans leur vie.
Et les échanges peuvent être très profond.

Mais aussi cette patiente qui quand je la livrais, me parlait de son combat face à la maladie, sa rage d’aller de l’avant et ne pas penser à cette maladie qui est pourtant réputée foudroyante, et ben elle était belle et bien en vie.

Au moins chaque jour est unique et ne se ressemble pas. On ne sait pas de quoi nos lendemain seront fait.

Et il y a aussi des anecdotes comme appeler les vétos pour sauver un chat qui agonisait sur la place, et être dirigée vers les pompiers.
Permettre les retrouvailles entre un chien et son maitre, et voir l’heureux dénouement d’une situation.
Les propriétaires ont été très émus et tenait à me remercier, mais j’ai refusé. Leurs mots, le bonheur sur le visage face à ce dénouement me suffisait amplement.
Et oui ce sont les choses du métier, les belles choses du métier.

Faites de vos journées une vraie richesse, et ouvrez vos yeux pour apprendre plein de chose.
Merci à la vie tout simplement;

 
1 commentaire

Publié par le 10 août 2012 dans En vrac

 

quand le sport vient au grand renfort

Une mauvaise nouvelle, une grande peine peut vite nous amener à être submerger face à la situation, nous laisser envahir par des émotions négatives.
Moi dans ces moments il y a le sport .
Déjà face à l’annonce je prends une grande respiration, je canalise le tout au maximum, et je mets le sport à l’honneur si possible dans l’immédiat sinon dans la journée.
Et là dans ces moments les séances de sport sont super intensives, courtes mais intensives. Dans ces moments moi qui n’est habituellement pas une âme de compétiteur, cela prned le dessus.
Je ressors de ces séances dans un état très zen, et détendu face à la situation, la mauvaise nouvelle , la peine n’a alors plus aucun effet négatif sur moi. Au contraire je l’accueille
Dans ces moments là mon corps me surprends par la façon dont il peut répondre avec une force et énergie.
Je me souviens de toute les situations où le sport à pris le dessus, et surtout deux lourdes peines qu’il fallait encaisser.
Une nuit blanche qui a suivi une certaine nouvelle, mais dès le lever du jour mes jambes m’ont poté et j’ai couru comme jamais avec une énergie dans les jambes.

Le sport avait été ce qui m’avait permis de faire face, en parallèle du yoga.
Je prends mon vélo , je prends mes jambes pour courir, je vais nager, l’un ou l’autre et l’effet obtenu est toujours le même. 

 
Poster un commentaire

Publié par le 6 août 2012 dans En vrac, Qui suis je?, Sport

 

Quand l’envie revient au galop

Un rêve de gosse  rangé dans un coin de ma mémoire, un rêve qui revient au galop.
Quel est ce rêve ? Il s’agit de passer mon permis moto.
J’ai jamais fais de moto, mais ce rêve est en moi depuis que j’avais je crois 7 ans .
Combien de fois je n’ai pas rêvé à me voir sur ma moto, et je sais un peu ce que je veux, le style, la couleur et tout.

Ce rêve il se réalisera j’en suis sure, il est pour le moment mis dans un coin de ma tête mais j’y pense de plus en plus.
Autant la voiture je m’en passerais volontiers si je peux vivre sans, mais la moto c’est un autre univers.

Nombreuses sont les personnes qui m’encouragent à suivre cette envie et à passer le permis.
D’une rencontre très récente avec une amie , où on a parlé de moto et notamment moto ancienne, d’un ami avec qui j’en parle aussi pas mal. Au passage un clin d’oeil à ces deux amis. Mes aussi toutes les belles rencontres où la moto vient dans la conversation.
Et les trajets de covoiturage où on parle moto et moto, ben moi ça me donne encore plus envie.
Encore un peu de patience, afin de pouvoir me payer le permis, et je me lancerais.
Quand j’ai une idée en tête je la laisse mûrir mais je n’abandonne jamais.
Je ne baisse pas facilement les bras.
Alors j’irais jusqu’au bout de ce rêve.

 
Poster un commentaire

Publié par le 5 août 2012 dans En vrac, Qui suis je?