RSS

Archives de Catégorie: Nature

Randonnée lac de Sainte Anne, Col du Girardin et lac Miroir

Une nouvelle randonnée par ce temps magnifique d’automne en ce dimanche. Et à nouveau une excursion dans le Queyras mais cette fois ci avec un départ de l’autre côté de Ceillac.

Les couleurs étaient à nouveau magnifiques.

Tout d’abord la montée au lac de Sainte Anne, haut lieu de Pèlerinage. La montée était bien raide, où alors c’était les reste de ma rando de la veille qui la rendait un poil plus difficile.

Arrivée à ce premier lac à 2450m le soleil brillait de mille feu.  Puis j’ai continué en direction du col du Girardin, je n’ai pas fais la tête du Girardin  1km5 plus haut car je savais mon temps avant la nuit impartis pour pouvoir faire les autres coins que je voulais. Mais la vue depuis le col était une nouvelle fois magnifique.

Puis une redescente sur le lac Sainte Anne et chemin en direction du lac miroir. La randonnée empruntait une bonne partie du GR5.

Et je suis arrivée au lac miroir, un lac qui porte merveilleusement bien son nom. Le reflet des montagnes dans le lac étaient d’une magie et renforcée par ces couleurs d’automne.  Époustouflant.

J’ai pu m’y poser et méditer un bon moment, j’en avais besoin et ce lieu s’y prêtait à merveille.  C’était magique et puissant à la fois.

Puis je suis redescendu vers le point de départ, partie que j’ai le moins aimée , sur 2 km car le chemin prenait la piste de ski et ce sont des chemins que je n’aime pas spécialement emprunter tant le sol n’est pas agréable du tout pour de la randonnée et qui plus est de la randonnée en minimaliste. En montagne les roches ne me dérangent pas du tout, mais sur ce genre de chemin fortement sollicité l’hiver le sol n’est pas agréable du tout, en tout cas  pour moi.

Et là partie terminale se faisait dans les bois ce qui était là à nouveau très agréable.

15KMS d’une belle randonnée et de grand moments de plaisir.

Je vous laisse admirer la beauté des lieux et cette merveille qu’est le lac miroir.

20171015_13132320171015_13420620171015_13470020171015_14175320171015_14215320171015_14220520171015_14264120171015_15050220171015_150609_Pano20171015_15451520171015_16243420171015_16361720171015_16373920171015_16375020171015_16391920171015_16393720171015_16394820171015_164018_PanoDSC_4689DSC_4690DSC_4691DSC_4692DSC_4693DSC_4698

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 16 octobre 2017 dans Paysages

 

Randonnée à la tête de la Cula

Bonjour à tous,

en ce magnifique week end automnale j’ai passé mon samedi et mon dimanche à randonner dans le Queyras.

Profiter des belles énergies de la nature, de ces couleurs magnifiques d’automne et en prendre plein les yeux.

Samedi je suis montée à la tête de la Cula au départ de Ceillac. Afin de regagner le parking après avoir quitter le village, il fallait emprunter une route semi forestière. Un espace vraiment à l’écart de toute présence humaine. C’était très ressourçant déjà rien que sur le trajet.

Après 7km de montée le paysage à 3120 m de haut étaient à couper le souffle.

Le Queyras étant déjà un coin de nature sauvage en lui même, monter sur les Hauteurs offre devant les yeux de sacré merveille.

Une fois sur la Tête de la Cula on pouvait admirer le village de Saint Veran en dessous, ainsi que l’observatoire d’astronomie.

Apères une pause au sommet j’ai emprunté la crête entre le Col de la Cula et le Col Sud du Crupillan , pour rejoindre les alpes côtières et y observer de très belles roches témoins de cette activité géologique.

Et enfin redescendre dans la vallée.

J’étais aux anges tout au long de cette randonnée, je me suis régalée.

20171014_14124820171014_14243120171014_15153120171014_16263620171014_16264920171014_16373820171014_16374720171014_16375220171014_16380120171014_16381520171014_16385120171014_16390820171014_164011_Pano20171014_164041_Pano20171014_164125_Pano

 

20171014_16441520171014_17071220171014_17071720171014_17404620171014_17410220171014_17411520171014_17424520171014_17425620171014_17433420171014_17461820171014_17463520171014_18183820171014_18455020171014_18455620171014_18512420171014_18514120171014_185331DSC_4682DSC_4683DSC_4684DSC_4685

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 16 octobre 2017 dans Paysages

 

Randonnée au Mont Guillaume

Fin septembre je suis montée au Mont Guillaume. J’étais en plein jeûne, un jeûne à l’eau de 4 jours suivi de 2 jours de demi jeûne.

C’était une période où j’avais besoin d’une introspection profonde face à différents événements, besoin d’aller au cœur de moi même. Et le corps est rentré tout naturellement en jeûne.

Le jeûne est pour moi un outil merveilleux qui dans certains moments de la vie me permet vraiment de venir au cœur de moi même, de ne pas perdre mon ancrage et d’y trouver mes ressources

ET c’est donc par une randonnée au Mont Guillaume que j’ai fini mon jeûne, dans ce lieu sacré et riche en très belles énergies.

Le soleil était au RDV et toutes les conditions étaient réunis pour faire de cette randonnée et de cette fin de jeûne un profond moment méditatif.

Une randonnée qui passait par des lieux christiques et rempli de fortes énergies. 12 kms qui furent d’une profonde beauté.  Avec la Chapelle de Seyères puis la chapelle du Mont Guillaume tout en haut.

Une randonnée où j’ai pu y voir très clair sur ce que je devais comprendre à ce moment là.

C’est un des plus beaux jeûnes si ce n’est le plus beau jeûne que j’ai vécu et cette rando est vraiment venu apporté cette touche finale de beau .

Je vous laisse voyager au fil des photos.

20170924_15594620170924_16161920170924_16180120170924_16181120170924_16184020170924_16191420170924_16204620170924_163410_HDR20170924_17214120170924_17221220170924_17222820170924_17225320170924_17230420170924_17234520170924_17240520170924_17242020170924_17242920170924_172608_Pano20170924_172645_Pano

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 16 octobre 2017 dans Nature, Paysages

 

La réalisation d’un rêve, une arrivée Hautes-Alpines

Depuis cet été, je suis arrivée dans les Hautes Alpes.

C’était un rêve de très longues dates. En effet j’ai découvert les Hautes Alpes lors d’un échange scolaire en 6 ème j’avais 12 ans. Et à partir de ce jour là j’ai toujours dit que tôt ou tard je viendrais y vivre.  J’avais à cette époque découvert Gap, et quelques mois plus tard l’embrunais. C’est l’Embrunais qui m’a particulièrement séduite.

Mes parents savaient que j’y partirais, rien ne pouvait me retenir et la vie a fait que.

Je m’y sentais bien, énergétiquement je m’y sentais bien. Certes je n’avais que 12 ans mais il y avait ce quelque chose de fort qui m’appelait ici. A l’époque je ne savais pas expliquer quoi, aujourd’hui avec mes ressentis énergétiques je peux parfaitement poser les mots sur ce qui c’est vécu à l’époque, cette connexion que j’y ai vécu.

J’ai visité les Pyrénées du côté Basque, mais je n’ai jamais senti cet appel viscéral comme je l’ai senti dans les Alpes.Une très belle région certes mais qui énergétiquement vibre moins en moi.

Il y a 4 ans mes recherches professionnelles m’avaient amené en Haute Savoie. J’ai vécu dans deux endroits différents.  Le premier me convenait moins, je me ressourçais au contact de la nature. Puis j’ai rejoins le pied de la réserve naturelle de Passy, j’y ai vécu de moment extraordinaire de connexion avec la nature. Je vivais dans un endroit de nature, avec une vie magnifique sur le Mont Blanc, comme le montre la photo ci dessous prise de mon balcon (sans agrandissement)

DSC_3449

Je passais beaucoup de temps dans la nature, mais pour autant je ne me suis jamais sentie pleinement chez moi.  Je sentais que ma présence là bas était limitée et que je finirais par en partir pour aller réaliser mon rêve.

Au bout de 4 ans le temps était venu pour moi de partir. J’ai démissionné de mon travail pour prendre mon envol vers autre chose.

Les quelques fois où je venais par ici avant mon déménagement je me sentais si bien, remplie d’une énergie bienfaisante pour mon être. Je me rappelle ce jour de Mars où sur la route entre Briançon et Embrun j’étais au volant de ma voiture et j’ai senti cette force si puissante, mon être tout entier était rempli de ce que je ressentais.

Ce jour là je rencontrais également celle qui allait devenir ma collègue de cabinet. Une connexion extraordinaire s’est produite ce jour là. Une forte communion d’âme. Je suis remplie de gratitude face à cette rencontre.

Je suis arrivée ici début juillet et dès les premiers instants je me suis sentie vraiment chez moi. Je vis dans un village au bord du lac de Serre Ponçon, il règne dans ce village une grande chaleur humaine.

Un village dans lequel une culture ancestrale est présente.  *

J’ai vécu avec les gens du village, mais également avec les commerçants de la ville la plus proche, de très beaux moments, comme si je faisais partie des leurs depuis toujours. Autant j’ai vécu dans différents lieux de France mais il y vraiment qu’ici que j’ai ressenti cela. Et j’ai moi même grandi dans un village donc je ne suis pas du tout une fille de la ville.  Ici il s’est passé quelque chose de puissant dans l’échange humain.

Cette semaine j’ai vu une amie d’enfance, amie qui était justement ma correspondante lors de cet échange scolaire. Une amitié qui n’a jamais perdu de taille au fil des années , malgré la distance et le fait de très peu se voir, et je n’étais pas revenu dans la région entre 2003 et 2011. Elle me disait « c’est impressionnant tu as toujours dis que tu viendrais vivre ici et notamment dans le coin où tu es à présent , alors que tu étais très jeûne » .E tdans nos discussions elle me disait toi c’était l’Embrunais et le Queyras qui t’appelaient, et il y a aussi le Champsaur qui t’avait pas mal touché. Ce qui est vrai j’ai passé des beaux moments dans la nature sauvage au fond du Champsaur.  Je me rappelle de tous ces moments comme si c’était hier.

Les deux coins qui m’avaient profondément touchée.

Ci dessous une photo prise avec mon frère quand j’avais 12au bord du lac de Serre Ponçon.

001

Les paysages de Haute Savoie sont merveilleux, mais il y a ici ce quelques choses de plus que je ne serais décrire. C’est un ressenti vibratoire. Et ce que j’aime aussi particulièrement c’est la nature sauvage. Moi qui suis une grande solitaire et qui passe énormément de temps dans la nature j’y trouve quelques choses de profondément ressourçant.

20170723_174002

 

19401925_10213157544591031_7110938496542011021_o

20171014_164011_Pano

20171015_163617

Mes racines sont bretonnes et font viscéralement partie de moi, mais mon coeur est lui Haut Alpin.

Mon arrivée ici est le début de l’accomplissemet de diverses choses.

Je suis comme ça, quand quelque chose est juste pour moi, quelque soit le domaine, je vais jusqu’au bout aussi longtemps que cela doit me prendre.  J’ai pu avoir d’autres ^souhaits mais qui n’étaient pas juste pour le chemin de mon être donc tout à été fait pour que cela soit écarté. Et moi même je tourne naturellement les talons face à ce qui n’est pas juste pour mon être.

Mais quand quelque chose est juste pour mon âme je le sens viscéralement et c’est un appel profond de l’être et je vais jusqu’au bout. Ce qui peut me donner un côté têtu et tenace mais qui est au contraire l’écoute profonde de ce qui se vit viscéralement en moi. Une force ce quelque chose qu’on ne peut pas renier sans quoi tôt ou tard cela revient à nous.

A 12 ans je savais donc où j’irais vivre, à 18 ans je savais ce que je voulais faire de ma vie et j’ai fais des choix en conséquence même si je savais que le parcours seraient loin   d’être simple, que je passerais par des moments difficiles. Mais j’avais dis à mes parents je sais ce que je veux et j’irais jusqu’au bout. Je dois passer par là car les portes me seront ouvertes ensuite. Je vais en chier mais j’irais au bout de mon projet.

Et c’est en arrivant ici dans les Hautes Alpes c’est ici que j’ai pu mettre en place mon projet de vie, ma mission de vie, ce que je préparais depuis plus de 12 ans en y mettant des choses en place mais son développemet plein et entier s’est mis en place en arrivant ici.

Et c’est ici aussi que j’ai rencontré des personnes qui me reconnectent au plus profond de moi même, aux plus profond de mon essence.

Ici je me sens vraiment chez moi, je vibre, j’aime ce côté sauvage. J’aime la douceur de la vie ici.

Une connaissance que j’avais vu fin mai, donc avant mon départ de Haute Savoie et que j’ai revu  mi Aout , dès les premiers instants où elle m’a vu, elle s’est exprimée comme quoi mon être s’était transformé, que mon visage avait une lumière différente et elle a vraiment senti à quel point je me sentais heureuse d’être ici et mon corps semblait le vibrer.

Cet été j’ai eu la chance d’avoir la visite de ma famille et de passer des grands moments de complicités avec mon frère. Des moments que nous avions vécu enfants ici  et tout cela m’a profondément propulsé.

Mais également la visite de ma meilleure amie avec qui nous avons pu passer de très beau moment au contact de la nature.

Alors aujourd’hui je voudrais juste remercier la vie dans toute sa beauté. De remercier ma famille qui m’a aussi encouragé à aller au bout de mes rêves.

Et contrairement à mon habitude où je ne m’est pas de photo de moi sur ce blog j’ai envie de vous partager une photo que j’ai prise ce week  end en randonnée dans le Queyras , au sommet de la tête de la Cula à 3120m.

20171014_164654

 

merveilleuse journée à vous .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
2 Commentaires

Publié par le 16 octobre 2017 dans Nature, Qui suis je?

 

Conférence audio : Des mandalas aux Crop circles par Philippe Mariaud

Ce soir je voudrais vous partager une conférence très intéressante sur les Crop circles, les mandalas, la géométrie sacrée et le nombre d’or.

Une conférence que j’ai trouvé très riche et instructive.

L’auteur de la conférence a un discours trés fluide et il y a vraiment une belle vibration dans son partage.

Ce sujet est un sujet qui me parle beaucoup et sur lequel j’aime apprendre et m’informer.

Je trouve cela tellement magique ces notions de géométrie sacrée.Il y a une logique trés intéressante dans tout cela. Logique qui permet de nombreuses compréhensions sur différents sujets.

Des notions qui permettent notamment  de comprendre cette reliance profonde entre tout ce qui nous entoure.

Bon visionnage à vous.

 

Retour sur la Randonnée du Pic de Morgon (Hautes Alpes)

Ma première rando de l’année , s’est faite dans l’exploration d’un pic des Hautes Alpes.

Je suis partie depuis l’Abbaye de Boscodon, mais il est possible de partir de beaucoup plus haut, là où se situe le parking officiel.  Entre l’Abbaye et le parking dit officiel c’est une route forestière qu’il vous faudra emprunter.

Depuis l’Abbaye c’est avec les vibram five fingers aux pieds que j’ai commencé la rando. Depuis que je marche en minimaliste je ne peux plus faire autrement au niveau des sensations. Le minimaliste permet vraiment de sentir le sol, de vivre des sensations qu’une chaussure classique de randonnée empêche totalement. Selon mes envies je pars soient en five fingers (chaussure à doigts) ce qui surprend toujours les gens que je croise au fur et à mesure du chemin, ou en merrels minimaliste. Ce sont les mêmes que les VVF , sans les doigts. Ceci pour des raisons techniques je dirais, car j’ai mon petit orteil à droite qui n’est pas très droit et autant à la montée cela ne me gène point du tout, autant à la descente cela peut s’avérer bien douloureux.

J’aime sentir le sol sous chacun de mes pas. La marche en minimaliste permet je trouve de vivre un profond ancrage au sol.

Le départ se fait donc le long d’un chemin forestier, alternant avec forêt et vu surplombant le lac.

20170723_16230120170723_16250120170723_16341720170723_16415520170723_17400220170723_17401220170723_17580820170723_17592220170723_18011520170723_180239

Avant de rejoindre le cirque de Morgon et cet espace impressionnant, un espace très fort énergétiquement.

Le chemin rejoignait ensuite une petite bergerie, espace où l’on pouvait apercevoir les marmottes.

 

20170723_18082320170723_18123620170723_18130020170723_18130320170723_18130520170723_182019

 

Petit plat avant d’attaquer la dernière montée, là où les jambes expriment le dénivelé du parcours.

Et pour arriver là haut avec une vue magnifique à 360 dégrés à la fois sur le lac de Serre Ponçon et le cirque.

Cela soufflait bien là haut, une vue IMPRESSIONNANTE  de grandeur. On se sent petit face à la nature une fois la haut.

J’adore sentir ces grands espaces de libertés, ils me nourrissent au plus profond de moi.

20170723_18300220170723_19092220170723_19092520170723_19173220170723_19173620170723_19173820170723_19173920170723_191749

Cette vidéo vous laissera admirer la vue panoramique qui s’offrait à moi.

20170723_19243720170723_19245320170723_192456

 

 

Et pour la redescente le passage par la crête, assez ventée ce jour là. Attention  si vous avez le vertige je ne vous recommande absolument pas ce passage , vous risquerez de vivre un moment bien difficile et éternellement long le temps de la traversé.  20170723_19411620170723_20020320170723_211055

Après 5h de marche et 21 km de marche 1550 m de dénivelé positif je suis rentrée à la nuit, (nétant partie qu’en milieu d’après midi ) la tête remplie de moments merveilleux et les yeux de souvenirs face à la beauté des paysages.

 

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 21 août 2017 dans Paysages, Sport

 

Aperçu des dernières sorties vélo et Tour du lac de Serre-Ponçon à Vélo

Depuis mon arrivée ici dans les Hautes Alpes depuis début juillet, j’ai pu faire quelques sorties vélo et remettre les jambes dans le roulement; Je n’avais pu faire qu’une sortie en avril cette année en Haute Savoie, la neige ayant été très tardives, et ensuite mes jours de repos ne correspondait pas forcément aux meilleurs du temps.

Ma première sortie ici  une sortie de 74 km, le  17 juillet, une reprise qui a été un peu dure, dans la reprise des côtes, 1150 m de dénivelé positif, 3h20 d’effort. Mais je me suis régalée.

17.07.17.bis

La deuxième sortie  le  30 juillet avec 1550 m de dénivelé positif, 49km 8 d’effort où j’avoue que là j’en ai chié non pas par l’effort en lui même mais parce que j’avais les pieds en feu, chaque appui sur les pédales lançaient des terribles douleurs dans les pieds, qui chauffaient chauffaient, bien que je me sois arrêté deux fois sur mon parcours mettre de la crème pour pied échauffé.  Arrivée aux Orres déjà cela commençait à bien chauffer. Ensuite j’avais tout la montée vers Puy Sanières depuis Embrun , qui montent sec. Les derniers kms ont été terribles.L’effort en lui même se passait bien , malgré les gros murs de côtes, et les longues montées de 14 kms;  (les Orres et la montée de Puy Sanières)

De très beaux paysages, une redescente sur le lac depuis Puy Saint Eusèbes, avec une vue à couper le souffle faisait oublier les pieds qui chauffaient.

20170730_165641[1]20170730_165637[1]20170730_165635[1]20170730_153637[1]

30.07.17

Ensuite là troisième sortie, le parcours vélo du format M du triathlon d’Embrun, avec les premiers 26kms qui montent. Et qui montent bien costaud. La route depuis Embrun vers Puy Sanières et enfin Puy Saint Eusèbes et enfin la direction vers Réallon avec ce fameux mur à 27%. Et ensuite toute la redescente avec le lac avec des paysages magnifiques. Une joie pour moi aussi de voir que je maitrisais bien la descente, moi qui en Haute Savoie en descendant du col où j’habitais avais peur dans la descente, mais il faut dire que là bas, les virages étaient bien secs. Ma peur n’est donc pas dans les descentes mais bien selon le type de route qui s’offre à moi.

Une sortie faite en famille avec mon frère et mon papa. Dans la côte ils partaient devant car je n’ai par leur niveau, mon frère notamment qui se préparaient au triathlon, à continuer dans sa lancée pour m’attendre au sommet, après un petit retour sur ses pas pour venir à ma rencontre. Mon papa par moment dans la côte redescendait et venait à mon niveau et m’encourageait dans mon effort en me disant que c’était bien ce que je faisais.  Par moment je me mettais de la pression toute seule et je lui disais « désolée je fais ce que je peux » et lui me disait « ben je viens de te dire que c’est bien justement 😉 « 

Mon papa me donnait aussi des conseils techniques pour mieux gérer mon effort en faisant plus travailler la position de danseuse.

Les pieds ont moins chauffé, car cela est vraiment un point handicapant pour moi sur le vélo et cela apparait à quasi chaque sortie.  Sur les sorties l’an dernier par exemple je m’arrêtais dans les cimetières des petits villages de montage pour aller passer mes pieds sous la pompe à eau. Et oui on fait avec les moyens du bords.

54 km  d’effort, un peu moins de 1000m de D+ et 2h35 de vélo.

C’était vraiment une très belle sortie.

Sortie qui m’a malgré tout couté une petite chute, à la fin du parcours je n’ai pas réussi à déchausser aucun des pieds (je roule en pédale automatique) et je suis tombée de tout mon poids sur mon côté gauche, ce qui m’a donné un bon bleue à la hanche,  des douleurs aux coudes pendant quelques jours, et du vernis d’enlevé sur le genoux et l’avant du mollet.

07.08.17 boucle tria M

Et enfin la dernière sortie, hier dimanche 20 Août.

Par une journée magnifique le tour du lac de Serre-Ponçon était au programme.  Depuis Crots.

Crots/Savines le Lac/Le Sauze du Lac/ Saint Vincent les Forts/ La Bréole/ Espinasse/ Barrage de Serre Ponçon/ Col de Lebrault/ Chorges/ Savines le Lac/ Embrun / Crots.

Des paysages d’une beauté sans nom, ce bleu turquoise du lac. Un circuit où on en prend pleins les yeux. Je me suis vraiment régalée sur le parcours.

Je testais également une amélioration sur mon plateau, je roule en compact avec du 32 en l’arrière (et oui je n’ai pas les jambes de mecs) et suite aux conseils de mon papa fort en mécanique du vélo et du vélociste, on a changé mon plateau  et il est vrai que cela m’a beaucoup aidé, je passais bien moins dans le dur au niveau musculaire. Ce qui me permettait surtout de beaucoup moins taper dans le genoux.

J’avais là du coup sur ma sortie plus de marge de manœuvre. La seule portion un peu « dure » était au final celle entre le barrage et le haut du col de Lebrault, mais il fallait juste tourner les jambes.

Je n’ai pas eu de problème technique au niveau de l’échauffement car j’ai desserré mes chaussures au maximum.  Je me suis tout de même arrêté dès les prémices de l’échauffement plantaire pour y mettre la crème.

Au final ce sont 100 km qui sont venue meubler cette sortie, d’une durée de 4h33, avec plus de 1760m de D+ .

Une sortie où il est fort agréable de croiser les cyclistes qui tous vous font un signe de la main pour vous saluer. Et un merci à ce charmant monsieur qui faisait la boucle en sens inverse du mien qui m’a indiqué mon chemin et moi le sien , et cette petite discussion pour s’encourager respectivement. Une belle chaleur humaine.

20170820_13203520170820_13204720170820_145947tour du lac 20.08.17

Le vélo, au même titre que la course à pied et la natation sont des activités auxquelles je m’adonne avec plaisir, durant lesquelles je savoure cette connexion avec la nature. Où personne ne vient me déranger .Je ne cherche pas la performances mais juste à me faire plaisir, même si je me lance des petits défis qui me font avancer et sortir de mes zones de confort.

Je pratique le vélo mes jours de repos car les sorties sont de suite longues, donc il est alors plus facile de les caler dans une journée de repos.

Une petite envie de vous partager les magnifiques trajets qui s’offre devant mes yeux en chaque instant.

Quelques soient la région où je réside j’aime savourer les merveilles de la nature. Me mettre en lien profond avec elle et remercier avec beaucoup de gratitude toutes cette magie de la vie.

Prenez bien du plaisir en chaque instant pour vous relier à la nature et vous connecter à elle.  Sortez, bouger faite vivre votre corps, sans pour autant vous faire du mal. Bouger en écoutant le rythme de votre corps.

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 21 août 2017 dans Paysages, Sport