RSS

Archives de Catégorie: Qui suis je?

Ecoute de l’intuition

Partage de l’instant :
Dans la vie parfois on persiste à être à un endroit où nous n’avons pas vocation à être.

On y perd de l’énergie.
Beaucoup d’énergie non seulement par le lieu et sa vibration mais aussi par le flot de personnes qui y circulent.
Non pas que ce sont de mauvaises personnes mais simplement des personnes avec qui l’énergie n’est pas en résonnance.

On cherche à remplir des carnets de Rdv tant bien que mal lors des déplacements sur le dit lieu.
Et surtout par dessus tout vous observez des soi-disant collègue qui au lieu d’avancer en une vision holistique entre professionnels, cherchent à vous écraser et à copier vos compétences sans les avoir.

Vous observez la situation avec accueil et aussi beaucoup de recul.
Au moment où vous décidez de dire stop et d’accepter les demandes ailleurs.
Tout est diamétralement opposé.
Les carnets de Rdv sur les jours en question  se remplissent en moins de deux.
Vous croisez les gens dans les couloirs qui attendent qu’une chose : un premier contact.
Vous rencontrer des professionnels qui ont qu’une envie collaborer.
Vous faites des rencontres absolument magnifique avec des gens incroyables.

Et là l’univers vous dit une chose :  « apprend à écouter les premiers signes dès qu’ils se montrent dans le NON mais ne cherche pas à te taper la tête contre les murs pour essayer de comprendre.
Passe ton chemin et ouvre une autre porte .
Respecte toi assez pour dire stop à la première alerte « 

Alors oui parfois notre mental nous fait nous taper la tête contre les murs pour comprendre là où il n’y a rien à comprendre si ce n’est que ce n’est pas le bon lieu, et ceux pour différentes raisons  : énergie du lieu, dynamique des personnes présentes en brassage énergétique, pas le bon timing, etc.

Alors que dans ces moments là il serait bien plus sage de faire confiance à son intuition qui nous donne des signes d’alertes bien assez tôt mais que nous mettons de côté…pour s’en occuper plus tard, quand on aura le temps.
Ce n’est que rarement une bonne option.

Pour ma part il m’a fallu passer par 12 jours d’aphonie, un coude cassé, des annulations de trains et d-avions, des charges énergétiques très lourdes à recevoir et toutes les conséquences qui s’en suivent, etc pour accepter que ce n’était pas le bon endroit et de finalement faire confiance à mes 1eres intuitions.

Alors oui je voudrais simplement rappeler que notre intuition n’est pas la pour simplement décorer.
Elle nous invite à l’écouter mais aussi se faire d’avantage confiance.
Confiance qui passe également par un chemin de connaissance de soi.

Apprendre à écouter ce qui se vit dans l’instant est un exercice au quotidien qui nous demande de mettre la conscience vers soi et non vers des sollicitations extérieures.

Etre dans la pleine Conscience du Soi demande observation, courage et patience mais aussi honnêteté envers Soi même

Je vous souhaite à tous que 2020 soit un chemin d’honnêteté envers vous même quelque soit le chemin qui aura été parcouru avant pour en arriver là.

Je vous souhaite que 2020 soit l’année où vous autoriser à être et non plus à rester dans l’avoir.

Je vous souhaite que 2020 soit l’année où votre intuition sera écoutée dans la justesse de l’instant.

 

Partage de ma vision de la progression

Parfois, voir même souvent on dit que le progrès vient en s’entraînant et toujours et encore en s’entraînant chez un sportif. Et notamment dans la discipline en question.
Je ne suis pas d’accord totalement avec cela.
L’entraînement n’est que un maillon de la chaine.

Actuellement je m’entraîne très peu en course à pied.
Énormément à l’inverse en fractionné chez moi ( fitboxing, hiit), renforcement musculaire, travail profond de la sangle et du tronc dans son ensemble.
Je travaille beaucoup sur mon etre intérieur et un gros gros mois d’introspection en ce mois de décembre.
Et à chaque entraînement de course à pied en ce moment les sensations sont là, les chronos sont à mes meilleurs niveaux .
Quand je commence ma séance je pars toujours aux sensations sans chercher à faire du temps mais les sensations étant tellement au RDV que mes jambes me portent.

Cet été à la mi Août j’ai du annuler ma participation à un événement sportif que je préparais depuis le debut de l’année.
Impossible d’envisager une seule seconde de courir au plein cœur d’un burn out.
Suis je déçue?
Non car ce n’était pas le bon timing et mon burn out m’a tellement appris.

Il est à mon sens essentiel de voir la progression dans une démarche holistique.
Non pas à la course au temps .
Mais en prenant soin de toutes ses dimensions : hygiène de vie, travail intérieur, équilibre énergétique, repos, charge émotionnelle, équilibre de vos glandes et notamment des surrénales,vous vous sentirez beaucoup mieux et les progrès sportifs seront au Rdv comme réponse à l’équilibre et non comme réponse à une course contre soi même qui aurait eu des résultats à court terme mais qui à l’inverse aurait déséquilibré votre organisme au long terme.

Il est préférable d’agir dans la recherche d’équilibre et de voir le progrès comme une réponse à cela.
Plutôt que de chercher le progrès à tout prix et de devoir rééquilibrer le corps ensuite car le mental vous aura éloigné des signes du corps.

Et vous que vous soyez sportif ou non comment considérez vous la progression et cela quelque soit le domaine ?

 
Poster un commentaire

Publié par le 29 décembre 2019 dans Paysages, Qui suis je?, Sport

 

Joyeux Noël et partage de l’instant

Je vous souhaite à tous un joyeux Noël.

Plein de joie et de lumière en vos cœurs.

Partage de l’instant.
Pour certains Noël est une période de grande retrouvailles avec beaucoup de monde pour d’autres il est celui de retrouvailles avec soi même.

2019…quelle année!
Un burn out, des talons tournés, du door slam, des mises en colère mais aussi des rencontres qui bouleversent, des rapprochements beaucoup plus fort et authentique avec mes amis.
2019 c’est aussi mon corps qui m’a fait tant souffrir, de nombreux passages initiatique
Un coude cassé, des lunettes perdues /disparues etc
Mais aussi en parallèle un gros travail sur la confiance en moi. D’osez être moi sans avoir peur.
2019 c est aussi l’année où j’ai osé vraiment transmettre ma vision globale de la santé en RDV et non une seule partie et qui a fait totalement changer la donne et offrant des rencontres bouleversantes de beauté.

Et pour voir si j’ai bien appris les leçons l’évaluation finale condense tout pour savoir si oui ou non c’est bien intégré.
Là en cet instant je remercie l’enseignement que j’ai reçu en fac de pharmacie à Nantes où c’était la seule fac de France où nous avions une épreuve qui devait être le plus transversale possible sur toutes les matières et toutes les années pour répondre à UNE question.
Alors là je me sers de cet esprit de synthèse actuellement.

Cette fin d’année me fait sortir plus que jamais de mes zones de confort .
Entre invitation à participer à un colloque, invitation interview radio, invitation interview scientifique , invitation à faire de la formation, etc etc.
Mes propres projets qui me demandent d’oser vraiment.

Alors en moi ça dit  » j’ai peur ».
Mais pour contrecarrer la peur l’univers me fait rencontrer telle personne à un moment clé et pour chaque situation.

Alors je me relie à la nature pour oser, l’observer et écouter ce qu’elle me murmure et dire OUI à la vie, deme relier à la dimension d’amour et non de peur.
Ainsi les réponses se font fluides même si elles me demandent beaucoup de courage envers moi même.

Oui cette période est très challengente
Mais elle est si magnifique.
Si vibrante
Si humaine aussi
Car il se crée des rencontres humaines remplies d’une profonde sincérité et authenticité.
Chaque jour des cadeaux arrivent sans que je m’y attendre.
Parfois je vais mal et alors je transmute via l’accueil et l’écoute intérieure et il en ressort des moments magiques d’accueil face à la vie.

Alors en ce 25 décembre je vous invite à accueillir la magie du vivant et de ne pas chercher à y mettre des résistances dans les moments de difficultés car au contraire ce sont des enseignements puissants.
Simplement accueillir la vie dans son alternance de cycle de mourir et renaître.

Osez vivre en étant vous vous-même.

Joyeuses célébrations à vous tous 🙏🌺🙏🌺

 
Poster un commentaire

Publié par le 25 décembre 2019 dans Paysages, Qui suis je?, Voeux

 

Récit au cœur de la rencontre intérieure….

P

Parfois dans la vie les étapes sont difficiles et douloureuses.
Ces étapes si on accepte de les traverser avec présence à soi dans l’enseignement qu’elles nous offrent peuvent être des cadeaux précieux sur notre chemin d’évolution.

Sur le moment la douleur est là.
Cette douleur est terrible et nous arrache les tripes.
Beaucoup de choses en soi et autour de soi s’effondrent.

Le corps traverse alors des douleurs si fortes qu’elles viennent nous raconter une histoire.

Dans ces moments là notre tendance humaine est de se dire je veux annuler ma souffrance vite vite et que tout s’apaise.
On lutte, on résiste.

Dans ce chemin de rencontre intérieure il y a une épreuve qui nous demande d’apprendre à lâcher prise totalement dans la justesse de ce qui est afin d’accueillir un renouveau si on accepte de mourir à soi pour renaître à soi même.
C’est la nuit noire de l’âme.

Dans ce moment on peut oui résister et refuser la mue du serpent, la mort du Phœnix à ses cendres oui on le peut car on a toujours le choix….mais le retour de Boomerang sera très violent.

J’ai vécu une nuit noire de l’âme.
Et aujourd’hui je ne serais dire si cette nuit noire a duré telle période il y a 3 ans ou si les épreuves qui ont suivi par la suite faisaient elles aussi partie de cette nuit noire. La où il y a encore quelques semaines j’étais au sol. A chercher à ce que le douloureux cesse.
Peu importe.

La seule chose que je sais c’est que cela m’a énormément appris à mourir à moi même pour en renaître dans une bien plus grande ouverture à moi.

Puis ces étapes sont parfois d’une force de bouleversement sans précédent.

Tout mon univers s’effondrait.
Mais aujourd’hui ce que je reçois dans la vie est une force d’Amour sans précédent.

Oui il a fallu traverser ce que je qualifierais de l’effondrement du moi, pour accueillir ce que j’avais à comprendre et m’ouvrir à un autre chose que de la peur.

A récolter de l’Amour à profusion autour de moi.

J’ai du mourir à moi même; traverser la douleur du corps; les larmes qui ravageaient de l’intérieur, la colère, perdre humainement beaucoup de monde.

Mais aujourd’hui ce que je récolte en retour n’a juste pas de prix.
J’ai perdu de liens humains, mes illusions ont volées en éclat les unes après les autres, mes peurs m’ont tétanisée avant que je lâche prise.

Aujourd’hui j’ai reconstruit tout un nouvel univers.
De nouvelles personnes sont rentrées dans ma vie.
Ce que je reçois dans mon travail est juste immense.

Alors aujourd’hui je voudrais vous inviter à accepter l’épreuve quand elle se présente à vous non pas comme une fatalité mais comme une occasion de grandir à vous même.
Je voudrais vous inviter à voir l’épreuve non pas comme une façon de la vie de s’acharner mais comme un immense moyen d’évoluer et de grandir à soi.

J’ai pris des coups; beaucoup de coups face à la vie mais sans cela je n’en serais pas là où j’en suis aujourd’hui.

Alors je voudrais vous inviter à toujours grandir à vous même.
A faire de l’épreuve un pas vers l’avant au-delà de la douleur du moment.

Je voudrais également remercier toutes ces merveilleuses personnes qui sont rentrées dans ma vie.
Ces femmes pour qui la rencontre fût d’une grande beauté. Ces femmes dont le coeur est si magnifique.
Mais aussi les hommes qui ont été présents à mes cotes dans ces épreuves car ceux qui y sont restés m’ont montré la force ceux qui y sont entrés m’ont montré la aussi la puissance de la vérité intérieure.

Alors oui la vie est un chemin d’évolution.
Soit on lutte et dans ce cas cela sera parfois très violent soit on accepte d’intégrer l’enseignement dans l’épreuve et la vie sera alors d’une grande et profonde magie bien au-delà de la difficulté endurée sur le moment.

Gratitude à la vie

 

La posture de yoga qui m’a fait traverser la peur….

Kapalasana ou la posture sur le crâne.
La posture qui m’a fait aller traverser la peur…!!!

Quand j’ai commencé le yoga en 2003 en Hatha Yoga ( hommage à celle qui m’a initié et qui n’est plus) j’ai très rapidement appris à pratiquer la posture sur la tete (Sirsanasana) contre un mur.
Et j’ai pratiqué cette pratique longtemps tant elle me procurait du bien.

Puis en Asthangha et Viniassa yoga j’ai commencé à travailler autrement avec d’autres enchaînements mon yoga.
J’ai toujours fait des recherches de fourmille pour aller trouver le prof qui me conviendrait dans son approche yogique et je les ai trouvé.
Mais malgré la qualité de leurs enseignements je bloquais des qu’il s’agissait de partir dans mes inversions d’équilibre.
Autant sur des postures comme la chandelle et la charrue je ne rencontrais aucun problème bien au contraire c’était de grandes sources de plaisir.

Plus de mur pour pratiquer ces postures mais une exploration du corps.
Des tétanies qui se vivaient en mon corps de5s qu’il s’agissait de passer certains cap dans la posture.
En stage de yoga en décomposant la posture étape par étape je me suis retrouvée le lendemain avec les bras recouverts de bleus sans savoir ce qui se passait.

Des progrès constant dans mes séances et mes postures mais cette posture rien à faire : BLOCAGE.

J’ai visualisé et visualisé d’autres postures qui auraient été une approche d’entrée à cette dernière.
Je l’ai avais mise sur mon tableau de visualisation.
Puis je me suis cassée le coude alors autant dire que la posture que je travaillais en approche était devenu compliquée avec 4 mois de consolidation de ma fracture , une rééducation que j’ai mené sans relâche pour ne pas garder de handicap dans mon outil de nage.

Et j’ai donc continué à explorer ce chemin par d’autres pistes qui allaient me faire rencontrer l’intérieur et mettre le doigt sur pourquoi précisément j’avais peur de basculer tête en bas.
Là oû je ne m’y attendais pas et où je n’étais point venu pour cela…en séance énergétique au cours du soin avec la thérapeute la compréhension s’est faite …le flash…la visualisation.

J’ai ensuite découvert que j’avais beaucoup moins peur sur mon vélo en descente…
J’ai exploré mes postures de yoga….
Mon corps lui se faisait très douloureux face au burn out et les appuis sur les cervicales n’étaient point possible..trop de pression.

Puis des gros gros nettoyage corporel tout au long de l’été le corps qui s’est libéré de beaucoup de choses…

Et làxau cours de yoga en reprise de rentrée au moment de prendre cette posture je fais les étapes…quand je constate que la peur n’est Plus la.
Rien plus rien!!!
Le corps est stable et ne vacille plus.
Alors je me laisse écouter mon intuition de passer l’étape suivante…et là le miracle opère tout le corps était fluide et se laissait fondre dans la posture.
Sans peurs aucunes.
Et depuis je me régale….dans ma posture

J’aurais mis 4 ans …à traverser la peur qui me tétanisait dans cette inversion.
Oui 4 ans pour accepter que la peur se rencontre et ne se met pas de côté. Qud seule la rencontre et le fait de la regarder en face permet de la transmuter.
On avait bon me répéter dépasse ta peur et lance toi.
Non je n’y arrivais pas pire que cela j’étais tétanisée !!!

Le yoga m’a toujours appris beaucoup dans ma vie et m’aide notamment à en tirer les enseignements pour tous les autres domaines de ma vie.

Alors je voudrais vous inviter en chaque instant à aller rencontrer vos peurs pour les transmuter.

Et ce passage de transmutation fait avec mon corps me donne beaucoup d’enseignement pour les mettre en pratique face à mes peurs dans ma vie d’entrepreneur.

Je vous invite à aller explorer la peur avec bienveillance et sans jugement pour en faire émerger une dimension d’Amour.

Quelque soit la peur ..elle a quelque chose à nous apprendre pour aller rencontrer l’autre courant celui de l’Amour.ne m’y attendais pas et où je n’étais point venu pour cela…en séance énergétique au cours du soin avec la thérapeute la compréhension s’est faite …le flash…la visualisation.

J’ai ensuite découvert que j’avais beaucoup moins peur sur mon vélo en descente…
J’ai exploré mes postures de yoga….
Mon corps lui se faisait très douloureux face au burn out et les appuis sur les cervicales n’étaient point possible..trop de pression.

Puis des gros gros nettoyage corporel tout au long de l’été le corps qui s’est libéré de beaucoup de choses…

Et la au cours de yoga en reprise de rentrée au moment de prendre cette posture je fais les étapes…quand je constate que la peur n’est Plus la.
Rien plus rien.
Le corps est stable et ne vacille plus.
Alors je me laisse écouter mon intuition de passer l’étape suivante…et la le miracle opère tout le corps était fluide et se laissait fondre dans la posture.
Sans peurs aucunes.
Et depuis je me régale….

J’aurais mis 4 ans …à traverser la peur qui me tétanisait dans cette inversion.
Oui 4 ans pour accepter que la peur se rencontre et ne se met pas de côté. Qud seule la rencontre et le fait de la regarder en face permet de la transmuter.
On avait bon me répéter dépasse ta peur et lance toi.
Non je n’y arrivais pas pire que cela j’étais tétanisée !!!

Le yoga m’a toujours appris beaucoup dans ma vie et m’aide notamment à en tirer les enseignements pour tous les autres domaines de ma vie.

Alors je voudrais vous inviter en chaque instant à aller rencontrer vos peurs pour les transmuter.

Et ce passage de transmutation fait avec mon corps me donne beaucoup d’enseignement pour les mettre en pratique face à mes peurs dans ma vie d’entrepreneur.

Je vous invite à aller explorer la peur avec bienveillance et sans jugement pour en faire émerger une dimension d’Amour.

Quelque soit la peur ..elle a quelque chose à nous apprendre pour aller rencontrer l’autre courant celui de l’Amour.

 

Retour sur un jeûne sec intermittent

Bonjour à vous

Je voudrais vous partager ce jour mon retour d’expérience sur le jeûne sec de 23h en intermittent sur 3 jours suivi d’un jeûne sec de 40h.

J’ai déjà partagé sur ce blog plusieurs fois mes différentes expériences de jeûnes hydriques.

Je n’avais jusque peu quasi pas pratiqué le jeûne sec sauf dans un cas de force majeure en 2008 quand je me suis faite opérer des dents de sagesse. J’avais super mal réagit aux anesthésiques locaux avec des fièvres à 41. Des ganglions très enflammés. J’avais alors jeûner 3 ou 4 jours à sec totalement. Avaler ma salive était déjà tellement douloureux que envisager de boire ou manger était impossible.

Cette l’exploitation du jeûne sec fut chose faite lors de mon accident du coude il y a 3 mois oû j’ai jeûné à sec pendant 48h pour laisser mon corps se concentrer sur la grosse fracture.

Ensuite à ce moment là j’étais en consultation sur des journées non stop de 10h à 20h. Que sans m’en rendre compte ni forcé j’étais en jeûne sec car je ne buvais pas du tout.

J’avais vraiment de super ressentis.

Du coup cela m’a invité à explorer plus en profondeur.

Tout en sachant que je pratique le jeûne intermittent 16/8 hydrique depuis des années.

J’ai pris mon dernier repas le mardi soir.

Et sur 3 jours j’ai fais jeûne sec intermittent de 23h.

Je le coupais le soir soit à l’eau de coco soit au jus vert et ensuite je n’avais envie que de gras : avocat, noix de cajou, purée de sésame.

C’était donc un jeûne sec intermittent cétogène.

Et ensuite à la rupture du 3 ème jour une fois le repas pris sur cet intervalle d une seule heure de la journée (entre 20h et 21h) j’ai commencé sur un jeûne sec de 40h du vendredi soir au dimanche midi.

J’ai rompu ce jeûne sec de 40h au lait de coco fermenté. ( Une découverte qui a régalé mes papilles) avant de prendre un repas fait de betterave rouge, un oeuf et un peu de lentilles ( je n’étais pas chez moi donc j’ai composé ceux avec quoi mon corps avait envie pour ce repas ).

Pendant les 3 jours de la première partie j’avais mais źero attirance pour le sucre. J’ai d’ailleurs tenté une bouchée de datte que j’ai directement recraché tant cela était sucré pour mon palais.

Comme dans tous mes jeûnes absolument pas de détox physique. Cette fois pas de détox psychique non plus mais des bons intérieurs énormes, une clarté mentale énorme.

Tout cela a été fait en travaillant pour ma part.

Et je m’entrainais sportivement en renforcement musculaire le matin tôt ou avant la rupture du jeûne.

Je n’ai pas rencontré une seule once de fatigue.

Des urines une seule fois par jour ce qui n’est pas du tout mon habitude, mais par contre très concentrée.

Ensuite à la rupture du jeûne de 40h 4 heures plus tard j’ai enchaîné une très grosse séance d’entraînement.

Avec 2km6 en bassin oû j’ai retrouvé mes meilleures niveaux, j’ai pu réintroduire le papillon que je n’avais pas nagé depuis la fracture.

Et j’ai enchaîné direct ensuite sur 10km de course à pied oû j’étais au plus proche de mes meilleurs niveaux tout en devant composer avec un vent de dinguo qui s’était levé.

Je suis rentrée avec à nouveaux un repas en mode cétogène.entre verdures et gras.

J’ai beaucoup dégonflé pendant ce jeûne intermittent.

J’envisage de reprendre mes jeûnes hebdomadaires mais cette fois ci en jeûne sec 2 fois par semaine.

Et je risque probablement de faire une bonne partie du ramadan bien que n’ayant aucune conviction musulmane je trouve cette pratique ultra saine.

J’ai trouvé le jeûne sec bien plus simple à gérer que le jeûne hydrique bien que mes jeûnes se passent très facilement depuis pas mal de temps.

Ce fut une rencontre intérieure incroyable.

Une forme physique exceptionnelle.

Une perte de masse grasse qui s-est également bien enclenchée bien plus vite qu’en jeûne hydrique.

Et vous quels sont vos expériences de jeûnes ?

Au plaisir de vous lire

 

Au coeur du chemin de mon hypersensibilité

En tant qu’être hypersensible, indigo il est des comportements humains qui me heurtent profondément là où l’être humain se joue de lui même, se joue des autres.
Depuis petite j’ai du developper des systèmes d’adaptation face à ce monde qui m’entoure et la plupart du temps me refugiant dans une profonde et riche solitude et la nature pour y trouver de la paix et du ressourcement face aux attitudes humaines que je ne comprenaient pas dans ce jeu humain.

Parfois j’ai été naïve en croyant que l’etre humain qui m’entourait avait les mêmes perceptions que moi.
De cette naïveté j’ai pris des buldozers à la figure. Mais ce n’était pas de la naïveté au final mais une question de sensibilités différentes, de monde différent.

J’ai appris à composer avec ce monde tant bien que mal grâce et surtout via ma solitude.
Le jeu humain dans les valeurs de non respect me heurte profondément.
La nature a été et est mon plus grand refuge face à tant d’incompréhension.

Alors chaque jour qui passe j’apprends aussi à regarder ce scénario qui se joue humainement avec d’autres yeux que ceux que les miens expriment dans leurs hypersensibilités. A observer et à voir ce qui est juste ou non pour moi et ne plus chercher à m’adapter à ce qui ne me correspond pas.

Souvent, très souvent je me suis sentie extraterrestre et incomprise dans ce monde.
Et j’ai écouté mon coeur me poussant à sortir de ma solitude recherchée pour aller rencontrer ces êtres humains avec des sensibilités en résonnance avec la mienne.

Mais j’ai surtout appris de cette hypersensibilite à mettre de la gratitude dans les moindres petites actions.

Je remercie chaque souffrance traversée car chacune m’a fait profondément grandir.
De cette hypersensibilité chaque fois que j’ai chuté j’ai trouvé de nouvelles ressources en moi pour en ressortir plus forte.

Pendant très longtemps mon hypersensibilité a été difficile à vivre, on va dire les 22 premières années de ma vie….je me sentais excluse de ce monde.
Ensuite pendant plusieurs années j’ai appris à composer avec elle avant qu’elle devienne une force profonde pour m’accompagner au quotidien.

Alors aujourd’hui quand je vois toute la richesse que je récolte chaque jour de la part de l’etre humain dans de véritable élans du coeur je me dis que mon hypersensibilité est devenue une immense force et richesse en moi.
Tous ces petits rien qui font de grandes différences avec chaque personne qui croise mon chemin : ces inconnus rencontrés au detour d’un train, ces sourires, ces cadeaux du quotidiens, ces hugs du coeur, ces larmes

Et quand j’observe ce jeu humain de non respect je reviens alors à moi, à mon être,à mes valeurs, à ma solitude, c’est à dire une grosse partie du temps et j’y trouve encore plus de force pour nourrir mes valeurs et me respecter moi dans mon intégrité et passer mon chemin face à tout ce qui n’est pas juste et en accord avec mes envies.

Mais aussi à mettre du pardon et du doux dans tout ce qui a été douloureux.
De la reconnaissance aussi face à l’enseignement reçu.

En tant qu’être hypersensible les personnes avec qui on se sent en profonde résonnance sont rares.

Mais c’est aussi de la gratitude qui se vit pour les autres personnes même si les liens se sont effrités au fil du temps.
Et l’Amour se vit, le pardon se fait, la gratitude se fait face à ce qui a été y compris le plus douloureux.

L’être se libère, s’ouvre et honore la vie qui rayonne en lui pour honnorer toute sa présence d’être dans sa pleine hypersensibilité.

Mon hypersensibilité a été incomprise, elle le sera encore mais elle ne m’empechera pas de vivre bien au contraire elle me donne encore plus de force pour ne pas me coller à un moule qui ne me convient et à faire de chaque petite action des cadeaux à offrir pour transformer le temps d’un instant.

Alors de cette hypersensibilité je remercie avec une gratitude immense tout ce que je reçois dans ma vie en chaque jour qui me font dépasser les moments les plus difficiles et douloureux.

Et je remercie tout ce qui est

Gratitude

🙏