RSS

Archives de Catégorie: Santé divers

Lecture: la biologie des croyances

Je suis en train de lire un livre sur le fonctionnement de nos croyances.

la biologie des croyances

la biologie des croyances

Ce livre commence par une immersion au cœur de la cellule. Pour ma part j’adore et cela me rappelle les bons souvenirs des cours de biologie cellulaire, je trouve cela passionnant.

J’ai commencé le livre mercredi il serra bouclé samedi soir je pense.

« On nous a appris à déclarer la guerre aux micro-organismes avec toutes les armes possibles, du savon antibactérien aux antibiotiques . Or cette attitude simpliste passe sous silence le fait que de nombreuses bactéries sont essentielles à notre santé  »

« il existe une étude révélant que lorsque les humains digèrent des aliments génétiquement modifiés les gênes artificiels se transfèrent et modifient le caractère des bactéries utiles de l’intestin.   »

Je vous invite également à regarder cette courte vidéo.

 

 

Être de tendresse…pour se relier à notre essence.

Très souvent avec soi même on est très exigeant que l’on en oubli douceur et tendresse.  On est brute avec soi même.

Moi la première j’ai brutalisé mon corps pendant longtemps.  Aujourd’hui c’est tout autre chose et je suis heureuse d’en être arriver là aujourd’hui.

J’ai appris à être douce avec moi, à m’apporter de la tendresse par la pratique des auto–massages. De manière globale je pense me débrouiller assez bien en massage mais si il fallait attendre d’en recevoir d’autrui pour en bénéficier j’aurai le temps de faire plusieurs fois le tour du monde je pense. Oui j’ai plus souvent massé que je l’ai été cela il n’y a pas photo. Mais j’ai choisi d’intégrer l’auto massage dans ma vie.  Cette pratique mêlant douceur et tendresse avec soi même aide beaucoup à se reconnecter à son être profond.  Aller à la rencontre de son corps et j’ai bien dis corps c’est inutile de faire dévier votre esprit (vu qu’il y en a plus d’un qui vont le faire mais bordel à la fin).  Une pratique qui m’a beaucoup aidé à faire la paix avec moi et me reconnecter à mon être profond.  Et ça je peux vous dire que je ne suis pas prêt d’abandonner cela tellement le toucher est puissant.

Sentir sous ses mains la douceur de son propre corps voir même embrassez son propre corps.  Prenez moi pour une folle si vous voulez, de mon côté je sais le bénéfice que j’ai pu en retirer.

C’est aussi une pratique qui m’a permis d’apporter de l’amour à une blessure.  Blessure dont j’ai longtemps eu honte et me suis regardée comme une minable.  Une blessure que j’ai longtemps enfermée en moi et avec laquelle je faisais doucement la paix. Et un jour en début d’année avec un très bon copain dans une discussion pour qui pourquoi comment il a appuyer sur ce point très sensible je ne sais plus trop .  Ça a eu un effet de bombe à l’intérieur de moi même si j’avais pu mettre des mots là dessus déjà un an plus tôt. Mais je l’ai laissé appuyer et plus je l’ai laissé et plus il appuyait il ne s’en rendait pas compte.  Et cela a exploser en moi. J’allais au boulot après ma pause de midi j’ai tout enfoui en moi et le soir je suis rentrée et je me suis vidée de larmes, jamais je n’avais laissé cette blessure sortir comme ça.  Mais je peux vous dire que autant cela a déménagé autant cela m’a fait du bien immense de laisser tout ça sortir.  Et cet ami a vraiment eu des mots très juste ensuite car bien sur je lui ai fais part de mon état en dégrossi (car le reste c’était moi qui devait le gérer et personne d’autre et je ne voulais pas lui faire part de la chose en profondeur ) dans la mesure où c’est un ami très proche et qu’il venait d’appuyer très fort sur quelque chose.Ces mots oui sur le moment j’ai eu du mal à les entendre car il ne pouvait à mon sens pas être vrai vu que je me voyais moi d’un mauvais œil sur le sujet mais ils ont cheminé en moi et m’ont beaucoup aidé à faire la paix et à cicatriser le tout.  Le fait qu’à ce moment les pratiques d’auto tendresse ont été d’une aide grandiose.
Je peux vous dire que je ne suis pas prête de l’oublier cette discussion (lui s’en rappelle pas autant je pense). J’ai fais la paix et continuer ma pratique d’auto tendresse je dirais même qu’elle s’est renforcée car oui cette blessure me pesait.  (je n’en dirais pas plus cependant)  elle est aujourd’hui cicatrisée en grande partie même si parfois encore un peu douloureuse, et j’ai d’ailleurs séché pas mal de larmes à son sujet récemment, pas plus tard que cette nuit d’ailleurs.  Si les larmes sont là c’est que la cicatrice est encore fragile mais je vois c’est quasi totalement fermée. La cicatrice de l’âme est fermée mais le corps lui en garde les traces et la mémoire et ça je ne peux que l’accepter. Blessure sur laquelle j’ai fais aussi un gros travail en énergétique car pour être claire le flux énergétique en était totalement bloqué et une mémoire énergétique très forte.

Alors oui la pratique de la tendresse avec soi permet vraiment de se connecter à notre essence.  De faire la paix avec soi et d’aller à la rencontre de soi et de s’accepter soi comme on esr. Oui je connais mon corps et j’ai fais la paix avec lui et cette pratique a vraiment beaucoup aidé et pour rien au monde je  ne l’abandonnerais.

Je vous encourage vraiment à essayer et de constater par vous même comment c’est bénéfique. D’apprendre cet douceur et tendresse avec vous. D’apprendre à vous connecter à votre corps et sentir votre corps sous vos mains. Cette pratique doit passez par vous avant tout et ce n’est pas votre partenaire à lui ou elle seule peut vous l’apporter.  Cela doit passer par vous pour ensuite la partager à deux et vous connecter l’un à l’autre plus profondément.
Cela je peux vous dire que si je devais être en couple la partage de tendresse c’est bien quelque chose sur lequel je ne pourrais pas ( plus)  faire l’impasse. Et cela n’empêche en rien mon tempérament d’indépendante d’être.

Alors je vous encourage vraiment à explorer cette pratique de tendresse avec votre être.  D’aller a la rencontre de votre moi profond et c’est à l’intérieur de vous que vous devez trouver cet amour de votre être pour le rayonner dans votre vie de couple.  Ce n’est pas simple je sais car cela d’autres facteurs qui ne dépendent pas de vous.

Au passage Désolée si je m’exprime beaucoup sur ce blog mais je ne partage qu’avec vous ma brève expérience et ce que j’ai pu en tirer pour avancer.  Oui écrire m’apporte aussi il est vrai.
Oui il est vrai j’ai la plume facile ( en dehors de l’orthographe) mais il est clair que même si je parle de moi ici car à mon sens on ne peut parler que de ce que l’on connait il y a des trucs dont jamais mais alors jamais je ne parlerai ici car je tiens à ma vie privée même si je peux sembler me dévoiler.

 

Quand le sommeil vient à manquer

Le sommeil est quelque chose que l’on trop vite tendance à négliger.
Or le sommeil est un facteur essentiel à la santé.
Une carence de sommeil se répercurte à bien des niveaux, équilibre mental, récupération sportive, poids, digestion, concentration,…
Avec les rythmes de nos jours on a vite tendance à décaler l’heure du couché. Or il faut savoir que le sommeil de début de nuit est le plus important et il faudrait dans l’idéal se coucher avant 22h.
Vous aurez bon dormir 8h mais si vous couchez trop tard votre sommeil serra bien moins réparateur.
Pour ma part je suis une couche tôt et lêve tôt. Sauf avec la fac où je me suis un peu décalée mais là me suis bien recalée depuis un an.
Sauf exception je suis couchée tôt et je vois direct sur ma récupération si je ne respecte pas mes cycles de sommeil. Le matin je me réveille plus dans les choux et j’aime pas cela. J’aime me lever tôt et faire ce que j’ai à faire.
Là j’ai bien vu encore carence de sommeil et du coup énergie en berne et si en plus pas de sport c’est un peu à cercle viscieux me défoulant pas je dors moins bien donc je ne laisse jamais ce cycle s installer. Et quand je suis fatiguée je sais combien je suis désagréable. Je suis c’est vraie une personne pleine d’énergie et la fatigue n’est pas souvent au rdv.Elle l’est seulement si je ne respecte pas mon sommeil et pourtant j’ai une vie bien active.
Là ce matin je l’ai bien vu bonne nuit et levée à 4h30 à la fraiche malgré du trajet la veille.
Ne négligeons pas le sommeil c’est si précieux. Et les répercussions sont nombreuses.
Mieux vaut orévenir que guérir.

 
4 Commentaires

Publié par le 24 juin 2013 dans Santé divers

 

Seins libres face aux regards d’autrui

La peur du regard d’autrui au sujet des seins libres reste très fréquente.

Et notamment cette question revient quand l’été arrive.

Je suis pour ma part passer au sein libre après l’été 2012. Avant je le faisais le plus souvent possible chez moi mais en extérieur je n’osais pas.

Et d’autant plus que j’étais très complexée par cette partie là de mon corps. Une partie qui porte de bonnes marques de l’anorexie.

Donc passer en sein libre m’a beaucoup aidé à accepter cette partie de mon corps et à faire la paix avec elle. Et aujourd’hui je sens que je regagne doucement en fermeté mais cela prendra un peu de temps compte tenue de certaines traces marquées au fer de lance. 

Le passage au sein libre doit se faire progressivement. Car au départ oui cela fait un peu mal. Il faut donc y aller pas à pas pour que le sein retrouve son mouvement naturel.
La transition sur le sein libre en course â pied et dans mes séances de HIIT reste encore assez récente. En course à pied plus aucunes douleurs. Il reste juste sur mes séances ou j’ai beaucoup de saut que je garde un maintien car c’est encore un peu douloureux.

C’est compte tenu de ce gros complexe que j’ai franchi le pas pour une immense libération.

Après oui bien sur cela suppose aussi de ne pas porter des tenues « provocatrice » avec un gros décolleté plongeant. Pour ma part ce n’est pas du tout mon style vestimentaire donc la question ne s’est pas posée. Pour le reste en fonction des hauts que je porte je mets un débardeur. Et cela notamment sur les hauts laches. Les hauts près du corps ne le nécessite pas.
Après oui les tétons ressortent mais croyez vous que les gens ont les yeux rivés sur votre poitrine? Certains mecs oui ca mais c’est loin d’être tout le monde.
Et le plus souvent cela passe inaperçu.
Mais moi même en fonction de avec qui je suis je peux avoir peur des regards. Souvent cette peur reste injustifiée. La peur c’est nous qui la créons.

Si l’été vous fait peur et que vous êtes en transition vous pouvez y allez à votre rythme et conserver un maintien au cours de la saison estivale.

Si c’est le regard de votre copain qui vous fait peur parlez-en avec lui.
D’autant plus que se sont des critiques qui peuvent toucher au plus profond de votre intimité.

Pour ma part je n’ai pas trouvé le regard d’autrui comme un frein car je pense que meme si c’est dur c’est essentiel d’aller au dela car surtout nous qui creons la peur. Et comme mentionnée plus haut j’étais très complexée par cette partie de mon corps, je le suis toujours mais beaucoup moins.
Et pourtant la transition s’est faite toute seule.

 

Retour d’expérience autour de la candidose

La candidose est un sujet très récurrent, quelque chose qui touche bon nombre de personne, mais dont beaucoup l’ignore car la médecine classique ne fait pas du tout le lien avec cela.

En Janvier 2011 on a posé les mots candidose devant moi, après que j’ai décidé de consulter pour comprendre ce qui m’arrivait (l’hygiènisme ne m’apportait pas de réponses en la matière, je me sentais désemparé), je n’ai pas consulté un médecin classique mais ma naturo.Et là ma naturo elle connait mon hygiène de vie, elle m’a fait « je ne comprends pas vraiment pas comment ça tombe sur vous, vous avez une hygiène de vie parfaite , la candidose est très longue à soigner mais on va y arriver « . Et là on a fait le lien avec mon intox aux métaux lourds, mais on fait aussi à double lien cette candidose est un message que mon corps m’envoie comme quoi il faut que je me protège des énergies qui me pompent (le lien avec quoi mystère, c’est moi qui le découvre bien plus tard)  Mais entre temps la candidose prend de l’ampleur.

Avant tout chose soyons clair, je suis sans gluten et sans lactose depuis janvier 2008 (merci à mon médecin homéopathe), sans viande rouge depuis je sais pas je dirais 2002, sans viande depuis 2006, vegan depuis 2009 et crudivore depuis mars 2009 (de 2008 à 2009 j’étais en transition vers le crudivorisme, avec une très très forte proportion de cru, jus de légumes, graines germées , algues, mais très peu de fruits, et je suis réellement devenue frugivore en 2009) mais cette candidose n’est en aucun cas le reflet de mon frugivorisme, au contraire il a aidé les candidas à se déloger, plutôt qu’ils me bouffent à bas bruits. Vous allez le comprendre dans la suite de l’article

Je vous garantie que quand j’ai découvert cette notion de candidose, j’ai été effondrée, je suis rentrée chez moi et j’ai éclaté en sanglot en me disant « mais bordel de merde monde, qu’est ce que j’ai fais au monde?  » Mais aujourd’hui en quelque sorte je dis merci à tout cela, et merci à mon corps de cette protection.

A l’époque j’ai vu ma naturo qui est la seule à m’avoir entendu. J’ai vu un médecin Homéopathe sur Nantes (qui n’était pas mon médecin habituelle, le mien qui est le seul en qui j’ai confiance aujourd’hui, est dans le Finistère)

J’ai écris en Janvier 2011 deux articles sur le sujet Ici et que je vous invite à lire, car je ne vais pas répéter ici tout ce qui a été dit.

Comment cette candidose s’est manifestée chez moi? 

2011 doucement les douleurs ce sont installées après les repas, des violentes douleurs dans le ventre tels un poignard dans le ventre. Et pourtant je peux vous assurer que je suis une personne dure au mal. Un ventre qui gonfle, qui gonfle, qui gonfle, qui est très douloureux, très tendu, et très chaud, la présence de gaz très douloureux.  Je regarde mon ventre et je me dis mais purée on dirait un ventre à je ne sais combien de mois de grossesse.

Une sensation d’oppression dans le haut du corps, l’impression d’étouffer et que le corps va exploser. Non je ne rigole pas.

Je gonfle du haut du corps, avec cet œdème que provoque la candidose. Je le vis alors très mal, très très mal, j’ai honte de mon corps et je cherche beaucoup à m’isoler. Je veux me cacher et cacher ce corps qui me fait honte, alors que je commençais enfin à m’aimer moi.

Je me replis sur moi tellement j’ai honte, au départ ma famille ne comprend pas. Et ils me voient gonfler. Très vite ils voient la douleur sur moi, (je suis une personne qui ne se plaint pas de douleur ), mais malgré tout je garde ma joie de vivre, mon positivisme, mais oui il est vrai je me sens pompée de mon énergie, je cherche à m’isoler quand je suis dans mes crises de douleurs.  Mais c’est surtout ce sentiment de honte qui domine.

Ma mère quand elle m’appelle au téléphone « ça va?  » « Oui » « Oh c’est un petit oui ça, tu as mal au ventre?   »

Juin 2011 je rencontre mon ex, je connais une augmentation de mes crises de douleurs face à un certain stress que je vis dans cette relation. Car c’est clair de clair le stress majore puissance 10 les douleurs.

J’ai ma meilleure amie qui est la seule a qui je peux parler de tout cela, la seule qui écoute pleinement ce que je lui dis, et c’est une personne envers qui je suis très reconnaissante et elle seule sait pourquoi et je n’en parlerais pas ici, la seule chose que je peux vous dire c’est que c’est de l’ordre du soin (façon de dire large mais vous n’aurez pas plus de détails). Elle seule sait comment je vis cette candidose à ce moment là.

Les crises de douleurs se font de plus en plus violentes au cours de la relation et me pourrissent la vie, car faut dire ce qui est. Ce truc c’est loin d’être marrant, cependant je garde mon énergie, je ne suis pas du genre à baisser les bras.  Mais oui il est vrai dans les moments de crises je m’isole. Je cherche à être seule avec moi même. J’ai honte, très honte de ce corps qui gonfle.

Et la suite

Cette candidose m’a appris à être très patiente avec mon corps. M’a appris à m’aimer moi profondément, à être douce avec moi et à être à l’écoute de mon corps. Dans tout cela j’ai aussi posé mes barrières, j’ai posé mes distances avec certaines personnes et coupé les ponts avec d’autre.

Et d’un côté je dis merci à cette candidose, un grand merci d’ailleurs, aujourd’hui je vais beaucoup mieux sur les crises de douleurs elles sont bien moins présentes, mais je dois faire hyper gaffe à ce que je mange ça c’est clair, sinon bing douleur.  Et j’ai compris le pourquoi de cette candidose, métaux lourd en premier lieux mais aussi une composante émotionnelle. Et je le vois direct si je ne respecte pas mon sommeil la candidose flambe, et cette nuit j’ai très peu dormi et je sens ce matin une fragilité du ventre.

Je me suis sortie du stress de la relation en 2012, et j’ai vu une différence aussi sur les douleurs.

Mon corps dégonfle doucement dans sa partie haute, je n’ai plus honte de ce corps, enfin si parfois encore et je garde ce complexe un peu présent oui. Vis à vis des douleurs je vais aujourd’hui 1000 fois mieux. Certains me diront que je cache bien tout cela, oui en quelque sorte, car je n’aime pas me plaindre et cette candidose j’en ai eu suffisamment honte pour pouvoir en parler avant.

La candidose est doucement en train de partir, enfin je dirais plutôt les populations de candidas sont en train de revenir à leur normal. Et c’est aussi pour ça que j’ai choisis de faire ma cure de jus actuelle,  c’est pour laisser le max de chance à mon corps de rétablir cela même si il s’est déjà bien rétablis.

Oui aujourd’hui je revis sur ces douleurs, qui m’ont bien pourris la vie c’est clair, même si je ne l’ai jamais mis en avant.  Et que malgré tout j’ai toujours gardé mon énergie, et ma joie de vivre.

Les jus sont les choses qui me font du bien, et les fruits, ce n’est même pas la peine pour moi d’essayer de manger des pommes de terres  ou je ne sais quoi je peux gonfler encore plus. Alors pour moi mon paradis que je pratique au quotidien c’est jus alterner avec monodiete, et de temps à autre des salades composées.

Et ce qui me soulage bien dans les crises c’est la bouillotte sur le ventre, les massages du ventre, les tisanes de mélisse également (plante très antispasmodique) . Et aussi une grande différence que j’ai vu c’est quand j »ai augmenté ma quantité d’eau à environ 3 litres par jour voir 4. Je vois une nette différence rien qu’avec cela.

La pratique des lavements intestinaux est une chose qui dans le domaine m’a apporté ENORMEMENT . Car c’est une chose qui dans les crises les plus fortes me soulage. Je n’ai jamais connu la constipation de ma vie, avant de connaitre la candidose, et c’est arrivée à ce moment là. Et tu ne comprends pas. Et par le lavement j’ai éliminé des filaments, mais des trucs hypers impressionnants, et  tu te dis mais comment je peux avoir cela dans mes intestins, et ces filaments bloquaient toutes évacuations de matières à l’intérieur de mes intestins, et je vous garantie que c’est big désagréable une big sensation d’oppression dans le corps. Aujourd’hui des filaments j’en élimine très peu.

J’ai aussi pris le mélange de plante parasite de chez ABC de la nature qui a bien aidé.

Et sur la candidose alcaliniser à max, et oui on y revient toujours à cette équilibre acido basique.

Là je parle de candidose avec signe essentiellement digestif, mais tout cela est valable quelque soit les manifestations car il ne faut pas oublier que l’origine est TOUJOURS digestive. Et donc même si les manifestations sont génitales, cutanées, etc pensée à votre système digestif.

En ce qui concerne ma santé, je n’ai pas pour habitude de remettre ma santé au main de quelqu’un mais je suis une grande curieuse en la matière et ce qui m’intéresse c’est de comprendre le pourquoi du comment, et comprendre pourquoi mon corps réagit ainsi, pour ensuite mettre les choses en places. Je suis comme on me dit parfois une chercheuse éperdue et en questionnement permanent sur les notions de santé, pour avancer toujours avancer.  Mais à travers tout ce questionnement j’ai aussi très vite compris que le corps est quelque chose de très simple, et que ce n’est pas la peine de chercher midi à quatorze heures, je m’inspire de certaines personnes mais ne suit aucune personne en particulier et tout vient chez moi d’une réflexion profonde sur le sujet et de recherche en la matière.

Et en matière de candidose, il faut aussi regarder du côté de la signification des « maladies ». A savoir qu’un choc émotionnel de quelque nature qu’il soit peut entrainer une multiplication en nombre de ces Candida albicans. (cf Jacques Martel et le grand dictionnaire des maladies

et en matière de candidose, la composante émotionnelle est à mon sens essentielle, car elle nous renvoit à notre non acceptation, la haine que l’on a pu porté en nous, vis à vis de nous même ou vis à vis de nos proches (vu comment je me suis détestée par mon passée je n’en suis pas surprise, mais aujourd’hui tout cela est heureusement bien loin, et je suis pleine d’amour )

quelques liens intéressants (mon travail n’est nullement pompé de ce site, et tout mon travail sur ce blog est issu de recherche personnelle, de mon regard de la physiologie que j’ai creusé au delà de mes cours, de mon oeil scientifique  et de ma propre expérience)

Candida albicans… what else

Le sens des maladies

 
9 Commentaires

Publié par le 30 mai 2013 dans Qui suis je?, Santé divers

 

Plutôt poire ou plutôt pomme …

Un titre qui cache bien le contenu de l’article, parce qu’ici on ne va pas trop parler de fruits au final. Nous allons parler de répartition des graisses corporelles.

État des lieux

Hommes ou femmes nous sommes constitué de façon différentes, et en matière de répartition des graisses et de métabolisme des graisses nous avons là de belles différences. Les femmes ont plus tendance à stocker les graisses au niveau des fesses et des cuisses (la fameuse culotte de cheval) et les hommes à l’inverse stockent plus vers le ventre. On parle de graisse gynoïde chez la femme et graisse androïde chez l’homme.  Rapport avec ma poire et ma pomme vous allez me dire. J’y viens. En cours de biochimie en 3ème année, quand on étudiait les métabolismes lipidiques notamment le prof qui nous a sorti  » en gros les femmes c’est les poires et les hommes c’est les pommes.  » Et depuis c’est resté, et au moins avec des trucs comme ça tu retiens.

Une petite illustration pour vous montrez tout cela.

image obésite.com

image obésite.com

De cette répartition c’est aussi un métabolisme différent.Les hommes de part la testostérone vont développer plus de masse musculaire et par conséquent avoir un métabolisme de base plus élevé que celui de la femme. Ils vont bruler bien plus facilement les graisses que les femmes. Plus la masse musculaire est élevée et plus on brûle. Et c’est pour cela que la simple notion de poids ne veut strictement rien dire, il est préférable de s’intéresser à la répartition muscle/ graisse du corps. La testostérone est ce qui constitue une des principale différence dans la répartition graisse corporelle homme/ femme. Et c’est pourquoi en tant que femme vous n’aurez jamais la musculature d’un homme.A moins de faire du bodybuilding et de prendre des anabolisants.

Et vous aurez bon vous entrainez à côté d’un homme, faite les mêmes entrainements que lui, vous n’obtiendrez jamais les mêmes résultats en terme de musculature. C’est pas la peine d’essayer. Soyez fier d’être femme ou d’être homme tout simplement.

Peut ‘on agir ? 

Dans cette répartition des graisses, androïdes ou gynoïdes, il faut aussi savoir qu’il est plus facile de perdre les graisses à localisation androïde que celle à localisation gynoïde. Le poids du bas du corps est donc le plus dur à perdre en clair. Mais pour autant signalons que l’obésité abdominale est bien plus dangereuse que l’obésité gynoïde.

Ceci étant dit de façon générale les femmes sont de nature gynoïde et les hommes de nature androîde, ou les premières poires et les second pommes. Mais l’inverse peut être aussi vraie voir les deux et cela vous n’y pouvez pas grand chose car c’est génétique.

La chose sur laquelle vous pouvez agir par contre est d’adopter une alimentation la plus physiologique possible, qui vous aidera à ne pas stocker, voir à perdre ce qui est déjà en place.  Et ce n’est certainement pas en appliquant je ne sais qu’elle crème que vous allez voir des résultats.

Adopter une alimentation physiologiques, aura pour effet de remettre en circulation vos toxines. Or les toxines vont se loger en grande partie dans le tissu graisseux et dans le tissu lymphatique. Par un très bon apport de fruits et légumes (et donc alimentation physiologique au maximum) vous allez d’une part désacidifier votre corps. En état d’acidose le corps a deux solutions pour se protéger soit il brule tout et va chercher les minéraux dans les tissus osseux, cheveux, dents, soit il stocke sous forme de graisse pour faire un piège à cette acidité en quelque sorte. Vous comprendrez donc que la maigreur, ou au contraire le surpoids sont en lien direct avec votre acidité corporelle.

Les fruits et légumes par leur éléments dits astringents (c’est à dire qui a la propriété de resserrer les tissus et de modérer les sécrétions ) ,de part la présence de composé tels les tanins, vont aider à la remise en circulation de toutes ces toxines et donc à leur délogement , et par conséquent à un déstockage du gras corporels.

Vous serrez très surpris de la rapidité des fruits et légumes, sur une base d’alimentation végétalienne et de tendance frugivore notamment, en terme de transformation corporelle et de perte de graisse, y compris de la cellulite chez les femmes. Car tout simplement le corps n’a aucune raison de conserver ces toxines dans son corps dès que l’on revient à sa physiologie et que l’on désacidifie le terrain (et oui mon équilibre acido basique, j’y tiens , et vous commencez à me connaitre à travers mes articles) . Bien sur l’alimentation ne fait pas tout, activité physique suffisante pour faire bouger tout cela, et notamment votre lymphe, sommeil suffisant, et j’ajouterais à cela brossage à sec du corps.

Pour ma part

Je ne fais par partie des femmes à nature spécialement gynoïde. La partie basse du corps n’est pas un lieu de stockage privilégier dans mon corps. D’ailleurs la cellulite sur les jambes c’est quelque chose que je ne connais presque pas, et si elle se fait apparente c’est plus au pincement. J’ai les jambes assez ferme et on a tendance à me dire que j’ai de belles jambes, (qui d’ailleurs m’ont valu des anecdotes en bassin de natation) et c’est vrai qu’en toute modestie, j’aime mes jambes.

J’ai plus peut être tendance à un stockage vers le ventre.(ventre qui est un lien de stockage émotionnel chez moi d’ailleurs)   Et même si j’ai la taille assez fine, le ventre relativement plat (et surtout le matin)  je n’ai pas le ventre ultra plat comme on peut le voir chez certaines femmes ça c’est sur, même si mes abdos se dessinent de plus en plus.  Je suis donc plus pommes que poires,(au final ce n’est peut être  pas un hasard vu que  je peux manger des kilos et des kilos de pommes, alors que les poires me sont bien moins attirantes. Hihi  😉 )

Après quand je suis venue à l’alimentation à l’alimentation vivante je sortais de l’anorexie. J’étais remontée en terme de poids à 48kg, poids auquel je stagnais depuis ma dernière hospitalisation en 2003, et cela jusqu’en 2009, avec impossibilité à prendre 100g, (acidose généralisée) . 2009 je devenais frugivore, et là envoler sur la prise de masse musculaire et prendre plus de 10kg. Et dans un corps qui a connu un état de privation sévère pendant 8 ans de sa vie, automatiquement tu passes par une phase de stockage (je n’ai pour autant jamais été en surpoids) .  Là j’ai mon corps qui est en train de se réguler vers son équilibre et je laisse faire. J’ai le corps que j’ai et avec certaines traces du passé, mais c’est ainsi . Mon corps j’ai appris à l’aimer comme il est. Donc j’en profite pour redire ici à toute personne qui a connut les TCA, soyez patient et doux et accepter les phases de rééquilibrages par lequel votre corps.

Mais en tout cas je eux vous assurez qu’en mangez des fruits en bonne quantité (et en étant à l’écoute de votre corps, point ultra important), en désacidifiant votre terrain,  vous n’avez aucunes raisons de formez du tissus graisseux, et l'(alimentation physiologique aura un grand impact sur votre répartition des graisses corporelles, et vous verrez d’ailleurs votre taux de masse grasse diminuer de façon naturelle.

 
5 Commentaires

Publié par le 9 mai 2013 dans Santé divers

 

Retour d’expérience station assise station debout

De nos jours la station assise à prix une proportion très importante dans notre quotidien.  Or nous ne sommes pas fait pour rester assis . La nature nous a doté de 4 membres ce n’est pas pour rien. Et l’émergence de tous les problèmes de dos actuels sont en grande partie liée à notre station assise (et au port de chaussures inadaptées)

Pour ma part je suis debout toute la journée, et je coure un peu dans tous les sens. Et malgré que j’ai une profession dite à risque en terme de pathologie veineuse, je n’ai aucunes douleurs dans les jambes. Les jambes lourdes au travail je leur ai dis adieux en 2008 quand j’ai instauré les jus de légumes dans mon alimentation. Et je n’éprouve aucunes fatigues a avoir cette position dans la journée.

A l’inverse quand je suis à la fac, et donc assise sur une chaise, d’une il faut que je sorte à toutes les pauses, car j’ai besoin de me dégourdir les jambes, et souvent dans nos cours en amphi je montais en plus au premier étage pour bouger, (je monte les escaliers deux par deux )  . Car les amphis c’est tellement pas confortable. J’attrape mal aux dos, aux jambes, en gardant la position assise, et en plus cela me fatigue plus qu’autre chose.

Chez moi quand je bosse, je suis obligée de me lever toutes les heures au moins, car sinon je n’arrive pas à garder ma concentration, et pour moi c’est impossible de rester assise sur une chaise à bosser toute la journée, faut que j’aille me défouler, faire un tour dehors, etc.

La station assise m’est beaucoup plus pesante que la station debout.  Autre chose que j’ai remarqué, en station debout au boulot j’ai beaucoup moins faim, que si je garde la station assise chez moi à bosser. Et en station assise prolongée je vais plus avoir tendance à avoir envie de mettre quelque chose sous la dent, donc je pioche dans mes fruits, alors que je ne connait pas cela autrement.

J’essaie de comprendre un peu le phénomène.

Et station  assise prolongée , dis chez moi haut du dos en tension.  Et déjà que j’ai une scoliose, j’essaie de faire gaffe à ma position assise, mes postures de yoga sont alors les bienvenues pour détendre tout cela.  Là je crois que je vais finir ma journée à bosser sur mon ballon oui.

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 8 mai 2013 dans Santé divers