RSS

Archives de Catégorie: Sexualité

Vidéo la télé de Lilou : qu’est ce que le Tao ?

Une interview parue sur la télé de Lilou très intéressante sur cette énergie du corps, et la force du Tao.

Un sujet qui me passionne et cette vidéo est vraiment très très riche.

Je vous invite à la regarder.

 

Vidéo conférence : Diane Bellego, « Masculin, Féminin, l’initiation amoureuse « 

Ce jour je vous partage une conférence de Diane Bellego sur la complétude intérieure.

Celle ci reposant sur l’union des principes intérieurs masculins, féminins que nous portons tous en nous, qui que nous soyons.

Très riche conférence qui nous est offerte à travers ce 1er sommet de la conscience.

 

OPartage article, Laura Marie, le but spirituels des relations amoureuses.

Aujourd’hui je vous partage un article de Laura Marie d’une grande qualité, comme bons nombres des articles qu’elle partage. Cet article est paru il y a déjà quelques mois je pensais vous l’avoir déjà partagé fait je viens de me rendre compte que non, alors je corrige donc la chose.

Voici l’article Par Laura Marie

On nait tous avec une idée préconçue de l’amour, et des relations amoureuses en général. On grandit avec le premier exemple de nos parents, qui bien souvent va dicter notre idée du couple à jamais. Si le modèle était positif, on a de la chance, cela sera plus facile pour nous. Mais si le modèle était négatif (disputes, maltraitance, un des deux parents malheureux ou les deux), bon nombre garderont cette idée en tête, cette croyance profonde, et la reproduiront inconsciemment dans leur propre vie et dans leurs propres relations.

 

 

Cinderella-and-Charming-cinderella-and-prince-charming-28505789-800-600Puis arrive le modèle de la télé, des dessins animés avec leurs clichés (la princesse et le prince), les séries télés, les films, où finalement il est toujours question de la même chose, du même message : le but de la vie c’est de se marier, de trouver le bon (la bonne), et de faire des enfants.
Pour les femmes : Il s’agira d’être une bonne épouse, gentille et jolie, qui s’occupera bien de la maison et des enfants.
Et pour l’homme, on nous fait bien comprendre depuis tous petits qu’il ne faut pas s’attendre à ce qu’il aide à la maison, qu’il se marie souvent de force et que la fidélité n’est pas son fort. C’est le message avec lequel toute femme et tout homme grandit (toute jeune fille grandit donc dans la peur inconsciente / consciente d’être trompée ou abandonnée un jour).

 

 

sexy-beer-ad-15Parallèlement, on nous mitraille d’images sexuelles dans toutes les publicités, films, clips vidéos, alors le message est confus pour toute femme : d’un côté on attend d’elle que ce soit une bonne épouse et bonne mère, et de l’autre côté on l’incite toujours plus à être de plus en plus sexy, aguicheuse, ou à la faire se sentir mal de ne pas l’être, en faisant la promotion sans cesse du sexe dans tous les médias et en mettant en haut de l’affiche toute femme qui aura décidé de mettre en avant sa sexualité / montrer son corps / jouer sur son côté sexuel.

 

 

dolce-gabbana-ad-sexistComme conséquence, les femmes de nos jours sont complètement perdues et ne savent plus qui elles doivent être. Une bonne épouse ou une femme sexy et toujours plus aguicheuse ? Un coup c’est bien et un coup ce n’est pas bien, un coup on l’ordonne d’être l’un et un coup on l’encourage à être l’autre. On l’encourage à être sexy et puis si par malheur elle le devient, alors là on l’attend au tournant et on la fait se sentir mal de l’être, on la critique et on la condamne. Impossible de comprendre comment être une femme, pour celles qui essayeront de se baser sur ce que la société attend d’elles au lieu de se reconnecter avec leur âme et qui elles sont vraiment, ainsi que qui elles ont vraiment envie d’être.

 

 

men don't cryEt c’est pareil pour les hommes. Depuis tout petit, on apprend à l’homme qu’il ne doit pas pleurer, car il doit être « fort », qu’il ne doit pas être sensible, que la cuisine c’est fait pour les femmes, idem pour le ménage, que les femmes sont vénales, que les femmes aiment les bad boys (alors ils le deviennent ou le cultivent), bref, au final, c’est comme si tout le monde s’oubliait et faisait tout pour essayer de devenir ce que le sexe opposé aime ou ce que la société encourage volontairement dans le but de nous rendre manipulable. En effet, faire focaliser les masses sur le sexe ou sur des choses sans importance tels que des jeux idiots permet de les rendre plus dociles à toujours plus de consommation et toujours moins de questionnements intérieurs. Un individu relié à son être intérieur, capable de critique et de remises en question est un individu dangereux pour la société car il se rendra compte de tous ses travers et ne sera ainsi plus un « pantin ».

 

mariage_11On cherche des techniques de séduction, pour « avoir quelqu’un ». Certaines femmes n’ont même qu’une seule idée en tête : se marier. Elles se sont même fixé des échéances, des âges précis, des exigences précises. Mais tout cela fait qu’elles sont dans la peur et dans la résistance. Lorsque l’on « cherche » désespérément quelque chose, par peur de manquer, il est rare que nous arrivions à notre destinée… Et c’est bien sous-estimer son propre pouvoir de manifestation et le pouvoir de la vie, de nous fournir « tout ce qui est pour notre plus grand bien ».
La recherche d’un partenaire à tout prix est bien souvent une fuite pour ne pas avoir à s’occuper de sa propre réalité, et dans le but de combler un manque qu’il nous est impossible de combler par nous-même. Cela ne part donc pas d’une base et d’une volonté « saine » puisque cela part d’un vide et d’un manque.

 

 

 

Le problème des relations actuelles

Tout cela, le fait de devoir se marier, le fait d’être hétérosexuel ou homosexuel et les jugements qui vont avec, c’est l’humain et l’humain seul qui a inventé ces principes. D’un point de vue supérieur, spirituel, les relations amoureuses ont un objectif bien différent de celui que l’on nous a montré depuis petits.
Avoir comme seul objectif de vie, sur Terre, que de se marier par exemple, voudrait dire bien sous-estimer son rôle, son but et ses capacités ici sur Terre. De la même manière, avoir un seul mari (ou femme) ou plusieurs, d’un point de vue spirituel, est égal, dans le sens que l’un n’est pas mieux ou moins bien que l’autre, comme l’on tente de nous le faire croire dans notre société (il faut rester avec la même personne toute sa vie, même si cela ne va plus; Terminer une relation ou divorcer veut dire « échec »).
Beaucoup rentrent dans des schémas de vie pourtant contraires à ce qu’ils ressentent au fond d’eux, simplement pour « faire comme tout le monde » ou pour rentrer dans le moule, par peur d’être différents s’ils ne le font pas. Beaucoup se forcent à se marier « parce qu’ils ont un certain âge », ou parce qu’il le faut, que c’est mieux vu par la société. Beaucoup de couples sont ensembles simplement pour éviter la solitude. Beaucoup ne divorcent pas par peur de l’inconnu ou du jugement des autres et restent toute leur vie dans la frustration, la tristesse et la victimisation. Beaucoup recherchent en « l’homme de leur vie » ou « la femme de leur vie » la solution à tous leurs problèmes, quelque part par fuite et grâce au fait de se focaliser sur quelque chose d’autre; mais ce que nous devons régler en nous ne nous quitte jamais. Même avec un prince charmant.

 

Alors, quel est le but spirituel des relations amoureuses ?

 

divine feminine et masculine

 

On ne vient pas sur Terre pour se marier ou pour uniquement se reproduire. Nous venons sur Terre pour apprendre, et pour évoluer. Nous sommes ici pour l’évolution de notre Âme. Nous avons tous rencontré des personnes qui sont plus sereines que d’autres, plus « sages » que d’autres. Et bien cette sagesse que l’on ressent ou non chez les gens, dépend de leur niveau d’éveil, de conscience, et du niveau d’évolution de leur âme.
En ce qui concerne les relations, elles ne sont donc jamais des purs hasards ou des histoires de phéromones pures et dures, ainsi que de compatibilité pure et dure en matière de reproduction. Le fait que l’on soit attirés par quelqu’un en particulier ne peut pas être expliqué avec des raisons précises ou purement scientifiques, car nous sommes attirés par une personne pour des raisons bien plus grandes et bien plus importantes et cruciales pour le développement de notre âme !

 

Le but de chacune de nos relations est de nous faire évoluer spirituellement.

 

thoughtsNous savons que nous créons notre réalité à chaque instant, en fonction de la vibration que nous émettons, de l’énergie que nous avons – raison pour laquelle les « victimes » attirent toujours les « bourreaux », et raison pour laquelle, finalement nous trouvons toujours d’un point de vue extérieur, que les couples qui nous entourent se ressemblent, ils ont bien souvent la même énergie (positive ou négative) (« qui se ressemble s’assemble »).
Parfois la ressemblance n’est pas toujours frappante, les personnes peuvent paraître opposées même, mais il y a quelque part une vibration en eux qui est égale, comme par exemple encore une fois, la vibration de la victime qui est très basse (vibration du sentiment d’impuissance) et celle du bourreau qui est très basse aussi (vibration d’impuissance aussi, vis à vis du reste du monde par exemple, raison pour laquelle il a le besoin d’exercer son pouvoir sur une victime).
Nous sommes tous ici sur Terre pour comprendre que nous créons notre réalité. La chance et la malchance n’existent pas. Nous sommes de puissants créateurs à chaque instant, par toute vibration et énergie que nous émettons (à travers nos paroles, nos actes et nos pensées). Chaque relation est donc le reflet parfait de la vibration dans laquelle nous sommes. Chaque relation est donc le reflet parfait de ce que nous pensons de nous-même. Chaque relation est donc le reflet parfait de notre niveau d’amour de soi. Et chaque relation est la relation parfaite qu’il nous fallait pour comprendre ce que nous avions à comprendre, tout simplement parce que chaque relation est le miroir le plus puissant dans lequel nous puissions nous regarder.
N’avez-vous pas remarqué comme chaque relation fait toujours ressortir nos côtés sombres et ces parties enfouies que nous ne voulons surtout pas montrer au grand jour ? N’avez-vous pas remarqué comme chaque relation nous en apprend infiniment sur nous-même plus que n’importe quel livre ou enseignant ? N’avez-vous pas remarqué comme certaines personnes arrivent parfaitement dans nos vies, pile au bon moment, où nous en avions besoin ?

 

Alors, pour réaliser tout cela, il faut déjà avoir un certain recul, et ne pas se sentir en permanence « victime de la vie » et victime des autres. La vie n’est jamais contre nous. L’univers n’est jamais contre nous. Chaque chose qui nous arrive est toujours pour notre plus grand bien, en fonction des leçons que nous devons apprendre et de la vibration dans laquelle nous sommes au moment où ces choses arrivent. Le hasard n’existe jamais, dans absolument rien, et plus vous évoluerez spirituellement, plus vous vous en rendrez compte. Tout est d’une « perfection » déconcertante (même si cela peut être difficile à accepter pour certains lorsqu’il s’agit d’évènements d’apparence « négative »). Une rupture brutale par exemple avec un conjoint qui nous trompe ou nous met dehors, peut être un « mal nécessaire », un cadeau de la vie pour nous libérer de cette relation qui nous desservait et nous empêchait d’évoluer. Il fallait que la rupture soit douloureuse par exemple pour ne jamais vous faire retourner en arrière et vous faire vouloir passer vraiment à autre chose. Tout a toujours sa raison d’être et tout est toujours parfait, commencez à réfléchir à des exemples dans vos vies qui pourraient vous confirmer cela afin que vous l’acceptiez une bonne fois pour toute et ainsi fassiez de la vie votre meilleure alliée.

 

trust_in_life-347212

 

Votre relation actuelle vous permet-elle d’évoluer et vous rend-elle heureux(se) ?

Maintenant, il convient de se poser des questions cruciales et de se mettre à l’heure de la vérité. Nous savons donc que le but de chaque relation est de nous faire évoluer, en étant notre miroir, et donc chaque relation est par définition « bénéfique ». Maintenant, lorsqu’une relation nous rend malheureux, nous fait suffoquer, nous provoque une sensation de frustration, sentiment de ne pas être compris, de ne pas être jugé à sa juste valeur, aimé à sa juste valeur, il convient de regarder les choses en face et d’avoir le courage de prendre les décisions adéquates.
Combien de femmes restent en couple avec un homme qui ne les considèrent pas à leur juste valeur, qui ne les comprennent pas, qui les sous-estiment, qui ne les valorisent pas, qui ne se rendent pas compte de qui elles sont réellement, de leur potentiel, de ce qu’elles apportent au monde ou ne serait ce que de ce qu’elles font pour leur famille ? Alors pourquoi se sont-ils attirés ? Tout simplement parce que l’homme correspond à ce que cette femme pense d’elle-même : ELLE ne se considère pas à sa juste valeur, ELLE se sous-estime, ELLE ne se valorise pas, ELLE ne se rend pas compte de qui elle est… alors elle ne peut attirer qu’un homme qui est le reflet de ses propres pensées… (et inversement pour un homme avec une femme qui ne l’estime pas, elle est le reflet de ce qu’il pense de lui-même et de la relation qu’il a avec lui-même).

 

tantraAu fur et à mesure que nous évoluons et que nous changeons aussi notre regard sur nous-même et sur la vie, il convient d’être en phase avec la personne avec qui nous partageons notre vie, et notre corps. Avoir des relations sexuelles et partager son intimité avec une personne qui a une énergie destructrice pour nous peut créer des dommages consistants. Notre corps est notre temple sacré et notre énergie est sacrée aussi, elle ne doit pas être donnée à n’importe qui et sans conscience.
Malheureusement, la banalisation des relations sexuelles sans conscience à l’heure actuelle et l’encouragement à l’hypersexualisation des femmes a des conséquences terribles sur les hommes et les femmes, et sur notre être profond et notre âme qui s’abime de toutes ces recherches de fuite de notre réalité, et de comble de troubles émotionnels en tous genres. Si une relation ou un acte sexuel est effectué(e) dans une énergie de manque, de recherche d’être comblé ou de fuir sa réalité, c’est forcément destructeur. Une relation ne peut être bénéfique que si elle est effectuée dans l’optique d’apporter quelque chose à l’autre, et non de prendre.

 

Le secret d’une relation qui marche

 

couple energie

 

Le secret d’une relation qui marche et qui sera « fulfilling », autrement dit, profondément satisfaisante, c’est quand les deux personnes souhaitent sincèrement s’amener vers le haut, et que les deux embrassent leurs énergies féminines et masculines (ce que l’on appelle le féminin sacré et le masculin sacré dont je parlerai dans un article complet prochainement).
Lorsque les deux personnes se concentrent plus sur le fait de donner à l’autre que sur le fait de recevoir (même si les deux sont indispensables, mais si l’on ne se concentre que sur le fait de recevoir comme beaucoup le font, là cela ne peut pas aller), et lorsque les deux personnes ont comme même objectif, le désir « d’élever » l’autre, la relation ne peut être qu’harmonieuse et bénéfique à tous les niveaux.
Chacun devient donc un tremplin dans la vie de l’autre, une marche qui l’aide à monter encore plus haut dans son parcours de vie, une aide divine qui correspond exactement à ce dont nous avions besoin.
Alors, tant que les deux évoluent à la même vitesse, et continuent de se porter vers le haut, c’est bien. Maintenant si l’un deux n’évolue plus, ne souhaite plus évoluer, ou change, il est de notre devoir de se respecter assez et de s’aimer assez pour prendre les décisions nécessaires à la poursuite de notre propre évolution, ce qui est le but de notre vie (pas d’être en couple coûte que coûte au détriment de notre propre mission de vie).

 

N’oubliez pas, la qualité de notre relation est le reflet de la qualité de nos pensées envers nous-même et envers le monde…

 

Et pour les personnes célibataires en recherche justement d’un partenaire, il est important de faire d’abord un travail sur soi, pour être soi-même dans l’harmonie, avant d’accueillir quelqu’un dans sa vie, si l’on veut que la relation fonctionne. Encore une fois, chercher quelqu’un pour combler ses manques est voué à l’échec. Une relation peut aider à s’aimer plus, à s’améliorer sur certains aspects bien entendu, mais un travail personnel en parallèle d’évolution doit toujours être opéré, de manière à pouvoir nous aussi apporter quelque chose à l’autre (et non uniquement recevoir).

 

Avoir son Monde intérieur

 

feminine2Quand nous y réfléchissons bien, vers quelles personnes sommes nous le plus attiré ? Les personnes qui ne supportent pas d’être seules et qui n’ont pas vraiment de monde intérieur (en constante recherche de se combler avec des amis ou conjoints) ou les personnes qui sont complètes à elles-mêmes, qui ont leur monde intérieur, leurs propres passions et propre vie sans n’avoir besoin de personne, mais qui justement lorsqu’elles ont quelqu’un, sont par conséquent aptes à les faire rêver, à les instruire sur certains sujets et à leur apporter quelque chose ?…
Une relation amoureuse, c’est comme une cerise sur le gâteau de notre évolution personnelle. Ce n’est pas le gâteau principal. Le gâteau principal c’est votre propre mission de vie. A cela, viendront s’ajouter des personnes, des amis, des membres de votre famille, des partenaires de travail et des partenaires amoureux, et même des animaux, et oui (même eux ont un rôle important), qui serviront tous à votre expansion et à qui vous servirez également. Sauf que dans l’amour de couple, on peut aider encore plus, car on partage une intimité tellement forte que tout est décuplé.
Je considère chacune de mes relations comme quelque chose de sacré, de magique, une opportunité de mélanger deux vies et deux âmes, et de s’unir pour nos deux expansions, du maximum que nous pourrons. Rien de plus beau que deux êtres qui s’unissent pour s’élever mutuellement. Mais encore une fois, pour cela, il faut que les deux aient leur propre monde intérieur, afin d’avoir quelque chose à offrir à l’autre, de quoi nourrir l’autre spirituellement, afin que la relation ne se ternisse pas rapidement comme c’est le cas de la plupart des relations effectuées dans le seul but de se combler ou de « trouver quelqu’un » coûte que coûte.

 

On peut réellement transformer et se transformer en amour. On peut également expérimenter ce que cela fait que de ne faire qu’un. De fusionner son propre corps avec celui d’un autre et donc ses deux énergies et ses deux âmes pour ne faire qu’un. Et selon moi, il n’y a rien de plus puissant et de plus magique…

 

divine-oneness (1)

 

 

signature

Cet article a été écrit par Laura Marie, tiré de son site personnel et voici le texte original

 

 

Vidéo : Le masculin sacré

Je trouve que l’on parle que trop eu du masculin sacré, hors c’est un sujet tout aussi intéressant que celui du féminin sacré

Je viens de découvrir le travail de cette femme médecin  qui est je trouve très très parlant

Je ne peux que vous le partager ce soir

 

 

Article : la sublimation de la force sexuelle

Colette_reve

La pureté est la clé de la vie spirituelle.

Quand vous vous purifiez, les particules maladives qui nuisent à la santé sont chassées et vous devenez mieux portant ; Celles qui entravent la volonté sont rejetées et vous devenez plus fort. Tout ce qui est pesant, pénible, vous quitte, et la joie vous envahit. Enfin, la lumière entre en vous et la réalité commence à vous apparaître plus clairement, vous entrez en possession du vrai savoir. Donc, la santé, la force, la joie, le savoir sont différentes manifestations de la pureté. Je sais que cette vision des choses surprendre beaucoup de gens, car depuis des siècles une compréhension erronée du christianisme a presque exclusivement limité la pureté au domaine de la sexualité. Je n’entrerai pas dans le détail de ces aberrations. Ma tâche à moi est de vous  présenter la sexualité à la lumière de la Science initiatique. Je vous dirai donc que l’acte sexuel n’a rien en soi de répréhensible, même s’il n’a pas pour but de procréation ; mais il faut connaître toutes les entités et les forces qui sont engagées dans cet acte afin de lui donner une signification et une orientation divines.

Tous ceux qui pratiquement l’acte sexuel sans amour véritable, pour le seul plaisir physique qu’l leur procure, non seulement gaspillent des énergies précieuses, mais ils alimentent avec ces énergies les entités inférieures du plan astral. Parce qu’ils sont enfermés quelque part dans une chambre, un homme et une femme s’imaginent qu’ils sont seuls ; mais pas du tout, car il y a dans le monde invisible des entités qui sont là, qui assistent et qui se nourrissent de leurs émanations. Alors, s’ils se laissent uniquement entraîner par leur sensualité, ce sont les larves, les élémentaux qui viennent se nourrir à leurs dépens ; ces entités sont comme des voleurs qui les dévalisent ; Tandis que s’ils se préparent, avec la conscience d’accomplir en s’unissant un acte sacré, ils attirent les esprits de la lumière ; ces esprit viennent aussi se nourrir, mais il s se conduisent comme des invités reconnaissants et ils leur laissent en partant des cadeaux et des bénédictions ; Les disciples d’une Ecole initiatique invitent consciemment les esprits célestes en leur demandant de les éclairer, de les aider à orienter leurs énergies, car ils savent que ces même énergies qui peuvent les pousser vers l’enfer peuvent aussi les entraîner vers le Ciel.

Ainsi, la même force peut terrasser l’homme ou bien le projeter vers les hauteurs. Pourquoi ? Parce qu’il existe en lui un lien très puissant entre le bas et le haut, c’est-à-dire entre les organes génitaux et le cerveau. Pour comprendre ce lien, il faut commencer par se reporter à l’Arbres séphirotique sui est une représentation de Dieu, de l’univers et de l’homme. Dans cette figure de l’Homme cosmique, Adam Kadmon, est donc Iésod qui représente les organes génitaux ; parce que ce sont ces organes, justement qui créent la vie. Or, dans Iésod, Dieu porte le nom de Chadaï El Haï, et El Haï signifie Dieu vivant ; Iésod est la seule séphira pour laquelle est mentionné cet attribut divin ; la vie. Il est, bien sûr, sous-entendu dans les autres séphiroth, mais ici il est souligné. Et puisque c’est Dieu Lui-même qui porte ce nom de « vivant », cela signifie que la vie qui se manifeste dans Iésod est de la plus grande pureté. Même si on est obligé de constater que, dans leur vie sexuelle, les humains ne se préoccupent pas beaucoup de pureté, la vérité est là : l’Intelligence cosmique a décrété que la pureté de Iésod doit se manifester à travers les organes génitaux.

L’énergie sexuelle est de la même nature que l’énergie solaire. Le jour où les hommes et les femmes en prendront conscience, ils marcheront sur la voie de la sainteté ; ils s’approcheront de la séphira Kéther, cette région où les Séraphins, les Hayoth gha-Kodesch, ne cessent de répéter : « Saint, saint, saint est le Seigneur Dieu tout-puissant », et c’est à ce moment-là qu’ils commenceront à goûter le véritable amour.

La force sexuelle est une énergie qui vient de très haut, de la source divine, et il n’est au pouvoir d’aucun être humain d’empêcher ce fleuve impétueux de descendre. C’est ce que les Initiés ont compris ; c’est pourquoi ils ne luttent pas contre cette force, ils ne sont pas stupides au point de lutter contre Dieu lui-même. Vous direz : « Mais alors, tous ces ascètes, tous ces mystiques qui se battaient contre les tentations de la chair… » Eh bien, justement, ils étaient le plus souvent terrassés, broyés, les pauvres. Ils n’étaient pas bien instruits, et ils ne savaient pas qu’en luttant contre la force sexuelle, ils luttaient contre la force solaire, contre le principe divin. Même si elle se manifeste dans les organes génitaux de façon imparfaite, il ne faut jamais oublier que cette force vient d’en haut.

Chaque fois que l’homme et la femme gaspillent cette énergie sacrée, sans respect, sans véritable amour, ans volonté de se projeter vers le monde divin, ils commettent le péché contre le Saint-Esprit. Et actuellement, on dirait que c’est le péché le plus répandu. Partout on parle de la « libération des mœurs » comme d’un grand progrès, et en effet ç’aurait pu être un progrès ; Or, ce que l’on voit à l’heure actuelle n’est pas un progrès, mais une dégringolade. Cette facilité avec laquelle les gens se mettent à coucher ensemble, parce qu’ils ne trouvent pas mieux à faire pour passer le temps et éprouver du plaisir, est très préjudiciable pour leur évolution. Ils se rencontrent à peine, ils ne se connaissent pas, ils ne s’aiment pas et ils font l’amour ; par désoeuvrement, comme si ce n’était rien de plus important que de jouer aux cartes ; Et puis, comme après une partie de cartes, ils se séparent pour recommencer le lendemain avec d’autres. C’est très grave, cela, non parce qu’ils désobéissent à des règles inventées par quelques moraliste ; c’est pour eux que c’est grave, c’est à eux-mêmes qu’ils font du mal.

Parce qu’elles appartiennent à leurs traditions et à leurs cultures, les techniques tantriques, qu’elles viennent de l’Inde, du Tibet ou de la Chine, ont sans doute donné des résultats pour certains yogis ou ascètes qui les pratiquent depuis des millénaires, mais les Occidentaux n’y sont pas préparés. Pour les Occidentaux, l’enseignement de la Fraternité Blanche Universelle donne d’autres méthodes, et quand vous les connaîtrez, vous verrez que cet enseignement dépasse toutes les traditions chrétiennes de pureté et de chasteté, soi-disant, qui finissent par faire de l’homme et de la femme des déserts intérieurs, des terres arides et improductives. Et il dépasse encore plus ces pratiques à la mode qui, sous prétexte de tantrisme, entraînent les gens dans les débordements sexuels et les déséquilibres psychiques. Pour pratiquer le tantrisme, il faut être très exercé, très maître de soi, et même alors c’est extrêmement risqué.

Si vous êtes vraiment décidé à faire cet effort de sublimation de la force sexuelle, la meilleure méthode est d’apprendre à garder certaines distances : dans vos relations avec les hommes et les femmes par lesquels vous vous sentez attiré, essayez de vous contenter d’un regard, d’un sourire, de  quelques paroles, d’une poignée de pain. Si vous désirez raccourcir la distance au point qu’il n’y ait plus de distance du tout, c’est beaucoup plus difficile : une fois plongé dans le feu, vous ne pourrez plus vous contrôler, vous ne serez plus maître de vos énergies, et inutile à ce moment-là de parler de tantrisme. Vous direz : « mais quand on est attiré par quelqu’un, c’est difficile de garder de telles distances » évidemment, c’est difficile, la sublimation de l’énergie sexuelle est une des entreprises les plus difficiles ; celui qui vous dira le contraire est un inconscient ou un malhonnête qui a intérêt à vous tromper.

Chacun, au niveau où il se trouve, doit faire des efforts pour purifier, embellir, éclairer les manifestations d e sa sexualité, en comprenant combien ses efforts seront bénéfiques pour lui-même comme pour l’homme ou la femme avec qui il décide de se lier. C’est l’amour qui est précieux, c’est l’amour qui est essentiel, mais pour le renforcer, le protéger, le rendre durable, le seul moyen est de s’efforcer d’en diminuer les manifestations physiques ; Sauf évidemment, si c’est le plaisir physique et non l’amour qu’on cherche ; dans ce cas-là, il n’y a plus rien à dire. Mais à ceux qui sont déjà prêts, je dois donner les moyens d’aller plus loin. Si ce n’est pas moi qui vous les donnes, qui d’autre vous les donnera ?

Donc, que ce soit clair. Dans l’Arbre séphirotique, Iésod est la séphira de la vie pure, la région des anges, des Kéroubim qui travaillent sur la vie. C’est pourquoi dans la représetnation de l’Homme cosmique, Adam Kadmon, les organes génitaux sont liés à Iésod, les organes qui transmettent la vie ; Et le véritable Initié est celui qui, grâce aux puissances de Tiphéreth, arrive à réaliser en lui-même la pureté de Iésod. Alors, ses énergies sublimées s’’élèvent pour alimenter tous ses centres spirituels en haut, et elles se projettent au-dessus de lui comme des rayons de lumière. C’est cela la sainteté de Kéther. Kéther, la couronne, représente l’épanouissement, la sublimation de l’énergie sexuelle.

http://herosdelaterre.blogspot.fr/

© 2014, Recherche et transmission par Michel / Arcturius.
Partager en toute liberté en citant la source et Les Chroniques d’Arcturius
Utilisez toujours votre discernement par rapport à ces textes.
Vous avez un Libre Arbitre, alors servez-vous en!

 
1 commentaire

Publié par le 27 janvier 2014 dans Sexualité

 

Vidéo: Darpan, extrait des séminaires, l’art de faire l’amour avec Amour

Darpan est un conférencier très intéressant à entendre.

Pour ma part j’aime beaucoup l’écouter

Je vous partage aujourd’hui quelques vidéos extraites de ces séminaires « l’art de faire l’amour avec Amour  »

Vous pouvez retrouver Darpan sur son site

 

Partage article « la passion retrouvée, l’art de faire l’Amour avec Amour « 

Ce matin en ouvrant  La presse Galactique,Site que je vous invite fortement à découvrir si vous intéressez en grande partie au domaine de la spiritualité.Ce site est riche d’articles très intéressant, de très beaux articles même.Je suis tombée sur l’article que je vous copie ci dessous.

Cet article m’a beaucoup^parlé pour plusieurs choses.

Premièrement les photos sont celles des sculptures Isabelle Jeandot, une artiste que j’ai découvert il n’y a pas longtemps, d’abord sur son site, puis au gré d’une exposition. Ces œuvres m’ont royalement scotchées, tellement il en ressort une immense beauté. Je vous invte vraiment à découvrir ce que fait cette femme, je pense que vous n’allez pas rester indifférent devant cet article.

Deuxièmement ce que dit cette femme dans cet article me parle.

Troisièmement le texte qu’elle partage est un texte que j’ai lu il y a de cela quelques jours, un texte qui est loin de m’avoir laissé insensible à sa lecture.

Quatrièmement la vidéo, de Darpan un auteur que j’aime beaucoup écouter. Si vous ne le connaissez pas je vous invite à aller à la découverte de ces vidéos. Cette vidéo était encore une fois très belle. De plus cette vidéo au moment où il parle de la collecte des énergies divines rejoins un livre que j’ai lu qui se nomme « Faire l’amour de manière divine » de Barry Long.

Voici donc l’article en question, par Lydia Manchettes :

Isabelle-Jeandot

Après trois jours d’errance, de lassitude, de sensation de vide, je retrouve enfin la passion d’exprimer ce qui donne un sens à ma vie, la foi en l’humain divin. Mais celle-ci se vit de l’intérieur et mon « erreur » c’est d’avoir lu trop de messages spirituels qui m’ont éloignée de ma vérité, celle que je ressens, celle qui fait vibrer mon cœur. Se nourrir de lecture est utile quand on n’a pas encore trouvé la connexion à son âme, au divin intérieur mais lorsque c’est réalisé, il est nécessaire d’entretenir la flamme du feu intérieur. Certainement que le fait de réviser ma conception du couple a dû participer à ce flottement. J’ai tant de fausses croyances à ce sujet qui en plus correspondent à la réalité, du moins celle que la plupart des hommes et des femmes vivent présentement, qu’un « nettoyage » s’impose.

Le truc, c’est d’innover totalement, de lâcher toute illusion de prince charmant, très ancrée dans l’inconscient collectif et nourrie par le monde. L’autre ne comblera pas le sentiment de vide intérieur, le manque quel qu’il soit, affectif, financier…

Cette complétude se trouve en unifiant les polarités intérieures et à moins de la réaliser, on sera toujours une « moitié » de soi. La connexion au divin, à l’âme, permet de se libérer des attentes extérieures. Tant qu’on n’en fait pas une occasion de se fermer parce que là aussi, la peur peut être le moteur.

Quand on se connaît de l’intérieur et qu’on trouve la profondeur de ce que nous sommes en vérité, la recherche au trésor amène à découvrir des aspects lumineux tout comme des ombres qu’il faut alors apprendre à « marier ». En accueillant les pensées, émotions, issues de la peur, celles-ci révèlent la force de l’essence divine, libèrent l’énergie de création et l’amour de soi, pallie les carences. Je devrais dire l’amour du Soi, de cette part éternelle qui vit en chacun et par ce fait nous place tous à égalité les uns envers les autres mais aussi dans le cœur de la source. Nos origines communes, notre unité se révèlent à mesure que l’exploration intérieure s’effectue. On comprend alors que pour devenir UN, il nous faut aimer tout ce que nous sommes. Chaque trait de personnalité, chaque « défaut » deviennent des marques de notre singularité lorsqu’ils sont accueillis dans l’amour sans conditions. Le mental a du mal à y croire mais le cœur n’en doute pas une seconde et c’est lui que je veux suivre même s’il m’amène parfois dans des lieux très obscures ou encore dans un espace infini où la perte de repère peut déstabiliser.

L’intuition, le ressenti, sont à prendre au sérieux.

La notion de bien et de mal très persistante peut néanmoins être libérée avec foi et patience. Ce n’est qu’en sortant de la dualité qu’on s’ouvre à la vision entière et réelle de tout ce qui est.

Tant qu’on reste convaincu du bien fondé de la séparation, on est coincé dans le mental, on se prive de l’ouverture du cœur qui permet d’établir la paix en soi et avec l’extérieur. Si j’insiste sur ce point c’est qu’il est essentiel de changer sa vision, son mode de pensée. Le mental agit, réagit à partir de la peur et l’inconscient s’associe à cet élan motivé par l’instinct de survie dans ce qu’il a de plus destructeur. Nous pouvons désormais agir à partir du cœur, de l’amour, nous sommes soutenus par l’invisible, le subtil, en nos corps et à l’extérieur.

Il n’y a jamais eu d’ennemi.

Chaque fois que j’accuse l’autre, l’extérieur, les entités « mauvaises », je sors de mon centre, je perds ma souveraineté, mon pouvoir de choisir l’amour. Cette énergie est la seule qui soit réelle. La seule qui nourrisse la vie. Je ne parle pas de l’amour romantique qui n’est qu’une moindre expression de la source de tout ce qui est. Ni même de l’amour philos, Éros, agape…ce sont des échantillons, des fréquences de différentes vibrations, des parcelles d’amour. Celui qui me semble se rapprocher le plus de la source, c’est l’amour inconditionnel, l’acceptation. Ceci ne veut pas dire qu’il faille se résigner, subir. Il est plus question de prendre conscience que nous sommes créateurs de tout ce qui est en nous, de notre vie, de nos pensées, de nos émotions. Accepter de ne pas tout comprendre et s’en remettre à l’intelligence du cœur demande beaucoup de courage, celui d’aller à contre courant.

Maintenant que j’en suis là, je peux considérer tout mon vécu, mon parcours comme un chemin initiatique dont chaque scène a été formatrice, m’a amenée sur la voie du cœur. Mon côté rebelle, marginale est une force qui aujourd’hui me permet d’avoir les c… de choisir l’amour en toutes circonstances. Ce qui implique d’accepter d’avoir des peurs, des doutes et des limites. Tout ce qui en soi est rejeté s’exprimera avec force tant qu’il n’y aura pas d’acceptation. Accepter c’est reconnaître que ce qui est en soi, est tout à fait légitime selon notre histoire, nos vies passées, nos croyances, notre pouvoir créateur. Quand on accompli cet acte d’humilité, la faiblesse devient force. Je ne parle pas de culpabilité mais bien plus qu’ayant le libre arbitre, nous avançons dans la compréhension de qui nous sommes en vérité et surtout de ce qu’est l’amour qui est la structure même de tout ce qui est, tels des enfants, des explorateurs, des découvreurs. L’erreur est humaine, elle enseigne, permet de se diriger, de s’orienter, d’affirmer ses choix. Le tâtonnement est le signe de notre liberté d’être, d’expérimenter. Apprendre à faire danser les énergies complémentaires en soi, est un jeu merveilleusement épanouissant pour peu qu’on s’autorise à être des apprentis. Une part de nous possède cette maitrise et elle enseigne notre personnalité humaine à travers notre état d’être. Lorsque je sens la passion, l’élan, l’enthousiasme, je sais que je suis sur ma voie, celle qui me fera grandir en amour et en sagesse. Mais ça ne veut absolument pas dire que j’aurais raison par rapport aux autres. Ce chemin est intérieur et l’extérieur me le reflétant n’a pas à déterminer mon pas. Il me montre ce qui est à réviser en moi, ce qui a besoin de lumière et d’amour. M’invite à regarder en dedans ce qui est déséquilibré afin de retrouver l’harmonie intérieure.

Si je veux voir un monde aimant, je dois apprendre à aimer mon propre monde. Celui de mes corps reliés aux chakras du bas, mes pensées, mes émotions, ma vie, mon passé, ma chair et tous ses attributs. Tant que je diabolise, que je rejette une part de ce qui fait qui je suis, je me prive de complétude, de cohérence et surtout d’amour.

Dès que je juge ou que j’accuse, je suis dans le rejet d’une part de moi-même et lorsque je m’indigne des injustices dans le monde, ce qui est légitime humainement, j’apprends à regarder en dedans ce qui est traité injustement. Ce n’est pas mon attitude intérieure à elle seule qui crée le monde tel qu’il est mais l’addition de tous les humains qui ont un regard négatif sur eux-mêmes.

L’histoire nous démontre qu’aucune révolution n’a résolu les problèmes d’inégalité. Les progrès concernant le respect de tous et de chacun sont nés de manifestes, de textes qui ont proclamé les droits de l’homme, de la femme et de l’enfant. Les poètes, les écrivains, les cinéastes, les chanteurs, tous ceux qui ont rêvé d’un autre monde, ont permis de changer les mentalités. Aucune manifestation ne résout les problèmes elle ne fait que creuser l’écart entre les opposants. La seule qui puisse être efficace c’est celle qui consiste à devenir responsable de soi, de ses pensées, de ses émotions et de ses actes, ses propres manifestations. L’amour de soi, l’acceptation de ses ombres, ou de ce que nous jugeons comme tel, permet de voir l’autre dans sa lumière, dans ce qu’il est véritablement et ainsi de lui donner l’occasion de se révéler à lui-même.

Le plus beau cadeau qu’on puisse faire à quelqu’un c’est de l’accepter tel qu’il est, de ne pas chercher à le changer. Et c’est tout à fait possible quand on a cette même attitude vis-à-vis de soi-même. Permettre à ce qui est de s’exprimer, sans juger, en se contentant d’accueillir, d’observer, libère de toute attente et donc de la déception. Ce qui nous fait souffrir, c’est de vouloir que les choses ou les autres soient selon notre désir. C’est en plus complètement arbitraire et irréalisable.

Je sais que nous sommes UN au niveau du cœur, de la source et que lorsque je me situe dans mon cœur, non seulement je m’autorise à être qui je suis mais l’autre ne me dérange plus. Son comportement lui appartient et vouloir le changer n’est pas mon rôle. Ma seule mission, c’est d’aimer tout ce que je suis afin de créer l’harmonie intérieure de sorte que mon monde soit bâti sur des fondations solides et que celui-ci soit le reflet de tout l’amour que je m’autorise à laisser circuler en dedans.

Pour rafraichir ma conception du couple, je continue de regarder comment je réagis à certaines lectures, points de vue et en étant ouverte, dans un mode réceptif tout en accueillant les énergies, émotions et pensées qui sont révélées, j’avance dans ma compréhension. Mon cœur sait parfaitement ce qu’est une relation homme femme riche, épanouissante, élévatrice qui permette de communier, de fusionner à tous les niveaux mais mon mental est encore bien chargé d’idées préconçues, de peurs et il n’est pas question de le forcer à adopter la vision du cœur.  Pour le moment, j’accueille les émotions liées aux pensées de peur à ce sujet afin d’y voir plus clair. Puis peu à peu, je libère les fausses croyances, ce qui n’est pas conforme à l’amour. Puisque deux voies s’offrent à nous, celle de l’amour ou celle de la peur et que l’une épanouit, nourrit la vie alors que l’autre détruit, mon choix est fait.

Je partage un texte et une vidéo qui ont amené un peu d’eau à mon moulin. Pour le texte, j’avoue que j’ai quelques réticences. Une part de moi trouve résonance et l’autre bloque sur plusieurs phrases. Bien que je ressente que mon cœur adhère, tant que mon mental ne comprends pas le sens de ces « concepts », je ne cherche pas à le persuader de suivre le cœur. Je laisse remonter en surface tout ce qui fait barrage, tout ce qui m’empêche d’envisager une relation qui soit fondée sur le respect mutuelle, la considération réciproque, l’acceptation des différences de l’autre, la compréhension de son mode de fonctionnement…Les peurs de s’engager, de perdre sa liberté, de perdre son êtreté, de devoir suivre, s’obliger…ont besoin d’être équilibrées. Puisqu’elles sont légitimes et permettent de se situer, en les libérant de leur charge émotionnelle, elles seront utiles et même bienfaitrices. Elles peuvent devenir les gardiennes de mon intégrité plutôt que d’être des freins.

Même si je suis convaincue de l’importance d’écouter et de suivre son cœur, je ne suis pas capable de le faire aveuglément et la compréhension mentale doit être associée à l’élan du cœur. Je me connais trop bien et un moment viendra où la rébellion sabotera toute tentative d’aller vers l’autre. Là encore la recherche d’harmonisation de tout ce qui me constitue me préserve de tomber dans les extrêmes. J’ai renouvelé ma foi et mon désir de suivre le cœur en ces termes :

Je me connecte à la Terre Mère afin de sentir ce lien d’amour et d’appartenance, signe d’acceptation de cette incarnation, de ma bonne volonté à nourrir et à répondre aux besoins de ma personnalité humaine, trop négligés jusqu’alors et par la bienveillance de mon âme, de la Source, je renouvelle mon désir de vivre dans la paix, l’amour, la joie, l’équilibre, l’harmonie, la liberté d’être, de faire et d’avoir en abondance. Je suis reconnaissante de savoir qui je suis en vérité et pour tout le confort, mental, physique et émotionnel que l’amour vrai de soi me permet de vivre. Merci mon âme d’être là, de répondre à mes appels et de t’associer à la présence divine afin de guérir et grandir ensembles.

Voici donc un texte écrit par  Amagyemang, trouvé sur le site « femmes ». J’y suis arrivée via Facebook où Catherine Dame de cœur l’a partagé avec Isabelle Jeandot, entre autres. La sculpture qui illustre cet article est l’œuvre d’Isabelle Jeandot. Je suis plutôt inculte niveau art mais c’est volontaire, je peux ainsi être en mode réceptif et laisser mon cœur me dire ce qui le touche, sans me préoccuper des appréciations extérieures, sans suivre les modes.

jeandot1207

« Sève » Isabelle Jeandot

« Si tu veux changer le monde aime un homme… aime le vraiment. Choisi celui dont l’âme appelle véritablement la tienne, celui qui te voit, et qui est suffisamment courageux pour avoir peur. Accepte sa main et guide-le doucement vers le sang de ton cœur, où il peut sentir ta chaleur autour de lui et s’y reposer, et brûler toutes ses lourdes charges dans tes flammes. Regarde le dans les yeux, regarde au plus profond de lui, et vois ce qui s’y trouve, endormi ou éveillé, timide ou impatient. Regarde le dans les yeux et vois ses pères et grands-pères et toutes les guerres et autres folies que leurs esprits ont combattues dans des contrées lointaines il y a longtemps. Regarde leurs souffrances et leurs luttes, leurs tourments et leur culpabilité; sans jugement. Et laisse cela partir. Ressens son fardeau ancestral, et comprends que ce qu’il recherche en toi c’est un refuge sûr. Laisse le se fondre dans ton regard stable, et sache que tu n’as pas besoin d’être le miroir de cette rage, parce que tu as un utérus, une porte douce et profonde qui soigne et purifie les vieilles blessures.

Si tu veux changer le monde, aime un homme… aime le vraiment. Assieds toi devant lui dans toute ta majesté de femme, dans le souffle de ta vulnérabilité, en jouant l’innocence enfantine, dans les profondeurs de ton invitation à une mort florissante, te soumettant avec tendresse pour permettre à sa puissance d’homme de faire un pas vers toi… et nagez ensemble dans l’utérus de la Terre, dans un silence entendu. Et quand il se retire… car il se retirera… fuyant par peur dans sa caverne… rassemble les Grands-mères autour de toi, enveloppe toi de leur sagesse, entends leurs doux murmures, apaise ton cœur de petite fille apeurée qui t’immobilise… et attends patiemment son retour. Assieds toi et chante près de sa porte le chant du souvenir, pour qu’il soit encore une fois rassuré.

Si tu veux changer le monde, aime un homme… aime le vraiment. N’amadoue pas le petit garçon avec des ruses et des tours, de la séduction et des pièges pour le leurrer vers une toile destructrice, vers un lieu de chaos et de haine plus terrible encore que toutes les guerres combattues par ses frères. Ce ne serait pas Féminin, ce serait une revanche, ce serait le poison de l’abus des époques, le viol de notre monde. Et cela ne donne aucun pouvoir à la femme, elle se diminue en le castrant. Et elle nous tue tous. Et que sa mère l’ait soutenu ou pas, montre-lui la vraie Mère, tiens-le maintenant et guide-le dans ta grâce et tes profondeurs brumeuses jusqu’au centre de la Terre. Ne le punis pas parce que ses blessures ne correspondent pas à tes besoins ou à tes critères. Pleure pour lui de douces rivières, et ramène tout à la maison avec ton sang.

Si tu veux changer le monde, aime un homme… aime le vraiment. Aime-le suffisamment pour être nue et libre, aime-le suffisamment pour ouvrir ton corps et ton esprit au cycle de naissance et de mort. Et remercie-le pour l’opportunité de danser ensemble dans les tempêtes qui font rage et les bois silencieux. Sois assez courageuse pour être fragile, et laisse-le s’abreuver aux pétales doux et capiteux de ton être. Fais-lui savoir qu’il peut te tenir, et se lever pour te protéger. Tombe en arrière dans ses bras et fais-lui confiance pour te rattraper, même si on t’a déjà laissée tomber des milliers de fois avant. Apprends-lui à se rendre en te rendant toi-même, et fusionnez dans le doux néant du cœur de ce monde.

Si tu veux changer le monde, aime un homme… aime le vraiment. Encourage-le, nourris-le, autorise-le, entends-le, tiens-le, guéris-le. Et à ton tour tu seras nourrie, soutenue et protégée par ses bras forts, ses pensées limpides et ses flèches affûtées. Car il peut, si tu le lui permets, être tout ce dont tu rêves. Si tu veux aimer un homme, aime toi, aime ton père, aime ton frère, aime ton fils, aime ton ancien partenaire; du premier garçon que tu as embrassé au dernier pour lequel tu as pleuré, remercie pour les dons, des débris dans lesquels tu te trouvais jusqu’à la rencontre avec celui qui se tient devant toi maintenant. Et trouve en lui la graine du renouveau et du solaire, une graine que vous pouvez nourrir pour aider l’émergence d’un nouveau monde, ensemble ».

Amagyemang (texte original en Anglais dont l’auteur n’est pas précisé)

Puis au fil de ma promenade sur Facebook, je suis « tombée » sur cette vidéo de Darpan que j’apprécie particulièrement. Sa façon d’envisager l’humain, le divin, le cœur et l’amour résonne parfaitement. Une part de moi sait que ce qu’il dit est tout à fait vrai une autre un peu hésitante a besoin de le vivre, de le sentir, pour le valider…Tout l’art d’être humain divin…

Darpan  « L’art de faire l’amour avec amour »