RSS

Archives de Catégorie: Lobbyes

Les aléas de l’air qui nous entoure …

L’air qui nous entoure en fonction de l’endroit où on vit peut être plus ou moins sain.

Je suis une personne qui a un grand besoin de nature et il est vrai que j’étouffe vite au sein d’une grande ville. De façon générale j’ai de toute façon besoin de la nature pour me ressourcer. j’y recharge mes batteries je me sens bien, j’aime trouver le calme que la nature nous offre au quotidien. Cela m’est d’ailleurs indispensable sans quoi je ressens un certain manque à l’intérieur de mon corps. Et c’est comme ça depuis que je suis petite.

Peut importe cette nature, cela peut être la mer, la montagne, la forêt, un lac je trouve toujours l’occasion de m’y rendre très régulièrement pour ne pas dire quotidiennement,  et de profiter pleinement de ce moment.

Mais au delà de cette nature il y a des éléments que l’ont ne maîtrise pas forcément et notamment la pollution de l’air.

Certaines régions sont plus polluées que d’autres, et y compris des régions auxquelles on ne penserait pas en apparence.

Je vis actuellement dans un département montagnard des Alpes, la Haute Savoie et contrairement à ce que l’on pourrait penser la qualité de l’air en Vallée n’est pas du tout au top. Nous avons un air très pollué. C’est simple quand on monte rien qu à’ 700 m on voit le nuage de pollution en dessous.

On peut avoir un brouillard épais en Vallée et montée un peu en altitude et retrouvée un beau ciel bleu.

Cela tient à la pollution industrielle mais aussi au émanation de chauffage. Cependant au passage je souligne un aspect qui me semble également important. On incrimine très souvent la pollution extérieure, parlant même de masque antipollution ( j’ai pour ma part de temps à autre des demande au comptoir )  ais c’est en oublier la pollution intérieure. Car avec toutes les émanations des matériaux qui trouvent leur place dans une habitation que cela soit par le biais des meubles mais aussi via les peintures, l’air ambiant que vous respirez dans votre habitat est loin d’être sain et même si on n’en parle pas parfois moins sain que l’air extérieur.

Cependant à cette pollution de base extérieure, s’ajoute des épandages aériens et autres perturbations ponctuelles. Tout cela pouvant être relativement agressif pour les voies respiratoires. Si vous vous intéressez un peu à ces notions d’épandage aérien vous n’êtes pas sans savoir que les dernières semaines cela à balancer assez fort.

J’en ai fais les frais il y a 10 jours, bonne séance de footing dans une phase où on était bien pollué, le lendemain bonne réaction allergique qui commençait les yeux gonflés, ça coulait comme de l’eau par les yeux et par le nez, les oreilles qui étaient sous pression, c’était clair c’était une réaction allergique. Et je sais pertinemment à quoi cela est du , je connais très bien les réactions de mon corps et je ne suis pas du tout allergique aux pollens. La réaction a été assez forte, la réaction allergique s’est un peu calmée mais s’est transformée en réaction à moitié asthmatique. Bien sur hors de question pour moi d’aller chez le médecin, je suis mon propre médecin et je sais ce que je dois prendre en phyto  pour y remédier. Et bien qu’étant chez mes parents cette semaine ce n’est certainement pas eux qui allaient me mettre la pression pour aller voir un médecin  car ils savent très bien ce que je fais en phyto. Au programme inhalations deux fois par jour. « Grog » de citron chaud/cannelle/ gingembre.  Réglisse pour la réaction asthmatique , et de l’autre Radis noir et Sureau  pour désengorger tout cela.

La respiration va mieux mais est encore un peu difficile par moment. Hier je n’avais pas la force au sport et ce matin quand je montais le cardio je sentais que c’était par moment fort sur le souffle.

Donc tout cela pour dire que ce n’est pas l’alimentation qui est le seul et unique facteur de votre santé, mais les conditions environnantes sont aussi des facteurs à ne pas négliger.

Et dès mon arrivée ici je me suis pris une grande bouffée d’air marin sous une tempête avec des pointes à 80km/h, donc un grand ressourcement et une respiration à plein poumon pour nettoyer tout cela.

20150329_134349 20150329_134351 20150329_134354 20150329_134359

Et très prochainement je serais entourée de montagne, perchée à 900m avec une vue à 180 degrés sur la chaine du Mont Blanc et je pourrais donc profiter encore plus intensément de mon environnement immédiat avec notamment une meilleure qualité de l’air.

20150316_153751

 
Poster un commentaire

Publié par le 3 avril 2015 dans Ecologie, Hygiènisme, Lobbyes, Nature

 

Documentaire : Produire bio, un buisness comme les autres?

A la base l’agriculture bio est une très belle démarche, une démarche qui se veut à la fois respectueuse des sols et des producteurs. Une pratique qui favorise l’économie locale et le maintien de l’agriculture paysanne.

A l’heure actuelle le bio connait de nombreuses dérives, l’industrie s’est emparée du bio y voyant là un secteur porteur. Mais cela n’est pas sans conséquences. Tout cela se fait au détriment des petits producteurs honnêtes, qui se battent de plus en plus pour le maintien de l’agriculture paysanne mais qui doivent ramer de plus en plus  pour ne pas se faire écraser par les industriels.

Je le dis et le répète depuis très longtemps le bio de grandes surfaces n’a de bio que le label.

Je suis très attachée au contact avec les producteurs et j’ai toujours eu beaucoup de plaisir à aller sur les marchés à leur rencontre, pouvoir parler avec eux de leurs pratiques. Je connais différents maraichers qui se battent pour redonner du sens à l’agriculture paysanne, mais pour qui l’Europe est un vrai danger.Ils m’ont parlé de ces notions de subventions, de pressions qui reposent sur leurs épaules et c’est triste.

Favorisons le maintien de l’agriculture paysanne. C’est à nous d’agir et de devenir consom’acteurs.

Voici un reportage sur le buisiness du bio.

 
 

Vidéo : Bernard Christophe, la maladie de Lime

Il est une maladie dont on parle beaucoup dès l’arrivée des beaux jours. Il s’agit de la maladie de le Lime, maladie dont le vecteur de transmission est la tique, qui transmet le parasite Borellia sp.

Il nous parle de peur, d’acidose, de notion de terrain favorable au développement des maladies.

Je vous partage une vidéo très riche d’un pharmacien avec une belle vision de la santé. Et qu’elle belle introduction à cette vidéo qui est faite de sa bouche.

Il me parle beaucoup de pharmacien, un pharmacien comme je les aime dans sa réflexion, dans son regard hygièniste sur la santé.  Il dit des choses hyper intéressantes dans cette vidéo

N’hésitez pas à la visionner à l’heure où la peur face à la maladie est de plus en plus présente.  Partager là également autour de vous

 

 
1 commentaire

Publié par le 7 juillet 2014 dans Film documentaire, Hygiènisme, Lobbyes

 

Documentaire : la guerre des graines

Je vous partage ce jour un documentaire très intéressant qui nous montre comment les multinationales ont la main mise sur le vivant et veulent se l’approprier.

Un documentaire à faire circuler sans hésitations.

 

Je rappelle également deux documentaires très intéressant sur le sujet, le monde selon Monsanto , et Solutions locales pour un désordre global.

 

 
4 Commentaires

Publié par le 26 juin 2014 dans Film documentaire, Lobbyes

 

Vidéo audio : Jp Petit la vérité sur Fukushima

Sur la chaine de Bob vous dit toute la vérité,  une interview de Jean -Pierre au sujet du nucléaire a été diffusé durant le mois de Mars.

La chaine radio de Bob est une chaine très intéressante que j’ai découvert l’été dernier sur les conseils d’une connaissance. Une chaine radio où on nous parle de tous ces sujets dont on entends parler ailleurs.

Si vous vous intéressez à cette question du nucléaire je vous invite à l’écouter. Ce qui est dit est vraiment très intéressant et encore une fois on voit comment on nous mène par le bout du nez.

 
 

livre et vidéo : David Icke, race humaine, lève toi

On m’a parlé la semaine dernière du livre Race humaine, lève toi. Un immense merci à la personne qui m’en a parlé.

51EerwIzOGL._

Rien que le titre a lui seul m’a parlé, je vais acheter le livre sous peu et il sera ma prochaine lecture

Et en prime je viens de découvrir cette vidéo en rapport avec le thème du livre.

 
 

Méfiance sur le tout fruit conventionnel.

Cet article ne vise personne mais il est là à visée informative et ensuite à chaque personne de se faire son propre avis sur la question.

Réflexion qui part de mes connaissances et recherches personnelles sur le sujet,car c’est un domaine qui m’intéresse particulièrement depuis bien des années et je souhaite donc partager ces informations avec vous aujourd’hui.

Dans une alimentation industrielle prépondérante de nos jours, il est vrai que la part des fruits et des légumes a nettement diminué. Un retour à ces aliments est donc primordial, et ceux pour de multiples raisons.

D’une, des bénéfices au niveau de notre santé. Mais une notion à prendre en considération c’est que notre santé dépend également de celle de notre planète. Nous formons un tout avec notre environnement. Il y a une communion importante avec ce qui nous entoure.

Les fruits et les légumes conventionnels sont aspergés de pesticides, fongicides, d’herbicides. Les conséquences ne sont pas à court termes, mais belle et bien à long terme.

Tous ces produits sont métabolisés au niveau hépatique (le foie) et donc quand le foie est surchargé de tous ces produits il ne peut plus assurer ces fonctions, l(es enzymes de phase 1 et de phase 2  ne suivent plus)   ce sont alors les autres émonctoires qui prennent le relais   et là surviennent les problèmes. Le corps ne peut plus se protéger lui même et ce malgré une alimentation « saine ».   Sont aussi notamment très connus les problèmes cutanés. Pour deux ou trois fruits par jours les signes ne se manifesteront pas.  Mais sur une alimentation frugivore c’est une bien autre échelle.

Un petit exemple réel, comme vous le savez j’ai un contact important auprès des producteurs chez qui je me fournis. Je me souviens de cet échange profond dans ce magasin bio Nantais, deux femmes avec des convictions et surtout un super parcours, deux femmes qui ont travaillé avec leurs parents en épicerie classique, à manipuler les fruits conventionnels, et qui ont vu les mains de leur père, se couvrir d’eczéma à force de contact avec les fruits et légumes conventionnels (je vous passe les détails ), qui ont vu la santé de leur père se dégrader, et pourtant ce monsieur n’était pas producteurs, mais simple commerçant. De toutes leur réflexion elles ont sont arrivées à l’agriculture bio, mais sur un commerce de proximité, l’échange avec le producteur, favoriser l’emploi local, etc.  Donc exemple simple mais qui illustre bien que par le simple contact des fruits, comme c’est le cas chez un frugivore les dégâts sur la santé peuvent très vite se faire sentir. Les produits phytosanitaires cela revient au même que d’absorber des médicaments.

Donc non seulement le foie, mais il faut aussi savoir que tous ces produits sont très fortement acidifiant pour le corps, donc même sur des fruits, si ces derniers sont traités, le fruits ne contient plus de minéraux.

Les produits phytosanitaires sont également connus pour leurs effets de perturbateurs endocriniens. Mais tout cela c’est sur du long terme. Une alimentation classique entre guillemet ça irait, mais sur du tout fruits et légumes on finit par payer les conséquences, à plus ou moins long termes.

La toxicologie environnementale de ces produits est bien connu, la toxicologie humaine, et notamment tout ce qui a trait à la métabolisation du produit n’est pas sans conséquence.Dans mes études, j’ai fais de la toxicologie (et pas qu’un peu ) , et ce que j’ai étudié par mes cours m’a encore amené à la réflexion sur les mécanismes physiologiques du corps humain.

D’autres part je me permets de signaler le lien à notre Terre Mère. Nous devons la respecter, la protéger, et quand on voit les sols de nos jours, il n’y a plus de vie. Un verre de terre c’est précieux. D’ailleurs cela me fait penser que petits mon père nous a appris à moi et à mon frère, à prendre les vers de terre dans nos mains, et à les voir comme des amis pour le sol.

Si vous n’avez pas vu le film Solutions locales pour un désordre global je vous encourage fortement à le regarder Et du début à la fin.
Ce film est très révélateur, avec les études des Bourguignons, ou cette brésilienne qui est formidable: Ama Primavesi , ( ingénieur agronome) ,  le témoignage de Pierre Rabhi (dont le nom vous dit quelque chose je pense)  Vandana Shiva qui apporte une belle pierre à l’édifice, ainsi que Dominique Guillet (Kokoppelli)  ou encore Philippe Desbrosses (ferme Ste Marthe) . Ces noms ne vous disent peut être pas grand chose, moi c’est vrai que c’était des choses que je connaissais bien avant d’avoir vu le film.

De part nos actes de consommation c’est aussi des société comme Monsanto, que l’on encourage, et que l’on finance de manière indirecte. Si je vous dis les OGM, le Roundup, les produits phytosanitaires, oui tout cela c’est Monsanto.

Au même titre je vous conseille le film  Le monde selon Monsanto

Notre planète elle n’est pas éternelle, c’est donc aussi se poser la question de savoir si on souhaite qu’elle continue ou non à nous fournir en fruits et légumes. Si les sols sont morts rien n’y fera.

Donc oui il y a notre santé, (même si le foie il morfle )  mais aussi celle de la planète. C’est un acte solidaire de notre part.

Et de part nos achats on encourage la société que l’on veut.

Souvent on me dit oui mais le bio ça coute cher et tout. OK d’accord, mais où sont faites les comparaisons. Je m’amuse parfois à faire les comparaisons? en grande surface? c’est du bio intensif sans respect des valeurs du bio,et souvent importés, emballés donc beaucoup plus cher.

Ce n’est pas la question de manger tout bio, ou pas, mais du moins de l’introduire au maximum dans son assiette.  C’est donc une question globale à réfléchir. Moi même en fonction d’où je me trouve, des fruits comme les oranges, ou les ananas , vu que j’enlève la peau , je prends pas forcément bio.

Comparer les prix de vous même, aller sur les marchés, auprès des producteurs. Exemple mes pommes actuellement n’étant pas sur Nantes, j’ai trouvé un producteur, qui est en conversion bio, donc la démarche est là, et si il est en conversion il n’a pas autorisation à utiliser des produits non reconnus en biologique.  Du coup mes pommes je l’ai paie entre 50ct et 1.90 en fonction de celle que je prends. Et c’est par le contact même avec le commerçant que vous enserrez plus sur ces pratiques.

Autre comparatif ma salade je la paie 1.20 là où je suis maintenant en bio, je fais le tour du marché, sur les stands classique c’était le même prix. Le persil bio  1euros , je vais à inter**** acheté du vinaigre d’alcool, et là persil à 1.20.

C’est donc apprendre à raisonner, et comparer. Et détrompez vous je n’ai pas à perdre à aller à droite à gauche, donc je fis mes sélections, je trouve mes endroits, et tout roule.

Donc oui le tout fruit classique, sur le moment c’est bien,  mais l’alimentation s’intègre dans un tout. Pensons y. Et c’est peut être moins pire qu’une alimentation tradi, mais regardons la totalité.

MC900234478