RSS

Archives de Catégorie: Sport

Mon repas après l’effort en jeûne intermittent

Cela fait un moment que je n’ai pas publié.

Aujourd’hui je vais vous partager mon repas post entrainement.

Actuellement en phase de réeducation suite à un accident de coude il y a un mois dont je parlerais dans un autre article afin de vous partager les clefs mises en oeuvre pour ma guérison et qui ont énormément accéleré la réparation post fracture.

Adepte du jeun intermittent.Je m’entraine toujours à jeun.Soit je fais un seul repas par jour soit deux.

Ce jour je me suis faite une seance d’entrainement de hiit suivi du gainage ( sans utilisation de mon coude blessé) et enchainée avec un 10 km de course à pied avec de très bonnes jambes.

Qui plus est sous un soleil de plomb. De quoi assurer une bonne synthèse de vitamine D au passage.

17h voilà le premier repas de ma journée.

Alors je me suis faite un jus vert

Un pied entier de céleri vert avec ses branches et une pomme.

J’adore le jus de céleri.

Il est de plus très intéressant au niveau nutritionnel post effort car très riche en sodium.

Je préfère largement boire un jus de céleri qu’une eau gazeuse en post entrainement (recommandation que l’on voit souvent d ‘ailleurs).

Je sucre tres peu mes jus caelr je ne suis pas adepte du sucre et encore moins avec le temps. Une petite pomme me suffit donc pour un gros pied de céleri.

J’ai accompagné le tout avec un mélange graine de chia, sucre de coco, farine de citrouille et un yaourt de chanvre.

Et voilà un repas de récupération post entrainement qui m’apporte tous les éléments dont j’ai besoin

Les minéraux par le jus et ma mixture mes acides aminés dont les fameux bcca pour la reconstruction musculaire. BCCA Qui seront nettement mieux assimilés sous cette forme que n’importe quel complément du commerce.

Mon fer via les graines de chia pour aider les hematies éclater par les choc de la course à pied.

Et mes bonnes graisses pour la reconstitution musculaire

Et voilà une collation maison qui dépasse en terme de qualité toute forme du commerce et qui est bien plus économique.

Et vous quels sont vos facons de vous nourrir après l’entrainement ?

 

Jus post training d’hiver

Bonjour

Aujourd’hui je vous partage un jus bien de saison réalisee entre deux séances de training.

Jus après la séance de training fitness où les gouttes de sueur ont bien dégouliné et avant d’enchainer sur le deuxième training de la journée…direction les bassins.

Céleri branche/ betterave rouge / pomme

En tout pour 1litre de jus j’ai mis 3 pied de céleri avec feuilles, 3 betteraves crues et 1 pomme.

Le céleri est un puissant reminéralisant avec une richesse exceptionnelle en minéraux.
Le sodium apporté par le céléri
La betterave apporte elle des nutriments qui vont agir sur le foie mais aussi les échanges musculaires.
Sa richesse en potassium en fait un aliment excellent.

Un jus qui a donc tous les atouts en récupération sportive.
Ca bat a plate couture toutes les boissons de recup du commerce.

 
Poster un commentaire

Publié par le 28 novembre 2018 dans Fruits (et légumes), Jus, Sport

 

Jus vert de récupération

Au retours d’une bonne sortie vélo quoi de mieux qu’un jus vert pour aider le corps à drainer les acides de l’effort.

Après une sortie de 94 km de vélo dans les montagnes Hautes Alpines et du bon dénivelé je me suis préparée un bon demi litre de jus.

Vue depuis le col de Manse

Vue depuis le col de Manse

Le jus était composé d’un pied de céleri vert, une botte de choux kale, une botte de bletton et 3 pommes.

Je ne connaissais pas les blettons, que j’ai découvert chez le maraicher cette semaine, c’est entre les blettes et les épinards.

Comme je sucre très peu, voir pas mes jus la quantité de pommes est faible mais vous pouvez en mettre un peu plus pour une commodité au niveau de votre palais.

Les jus verts présentent de grandes propriétés reminéralisante, apportent de nombreux acides aminés.

Ils sont idéaux en récupération après l’effort.

 
Poster un commentaire

Publié par le 11 novembre 2018 dans Jus, Sport

 

En route pour une monodiète de raisin.

Cette année le raisin m’appelle.

Jusque là c’est une monodiète qui ne résonnait pas du tout avec mon corps.

Pourtant j’ai à mon actif de nombreux jeûnes plus ou moins long , de 3 à 16 jours à l’eau et également un jeûn sec de 3 jours.

Des monodiètes de pommes, de jus etc.

Mais jusque là le raisin ne m’appelais pas.

Cette année depuis mi septembre je suis en semi monodiète de raisins, le raisin m’appelle alors que je ne mange quasiment plus de fruits depuis plusieurs mois. Je mange énormément de légumes oui.

Si cet été beaucoup de prunes et d’abricots. Les seuls fruits qui m’appellent sont les fruits qui poussent autour de moi et vivant dans une région avec beaucoup de fruitiers j’écoute mes instincts.

Pourquoi plus de fruits ? Ce n’est pas une croyance ou convictions autres c’est simplement mon corps qui n’a pas envie de sucré ou je sature très très vite. Je reviendrais prochainement sur cet équilibre alimentaire qui me convient et me fait aussi progresser sportivement actuellement. (Je suis toujours vegétalienne et sans gluten à 99 % et végétarienne avec quelques oeufs occasionnellement le 1 % du temps restant)

Enfin si des fruits au sens botanique j’en mange des kg et des kg : des courgettes et des aubergines voilà ce qui occupent les 3/4 de mes plats sous toutes leurs formes depuis le début de l’été.

Au cours des derniers mois j’ai vécu une profonde transformation tant psychique que physique.

J’ai traversé de très grosses épreuves qui m’ont demandé d’aller chercher les plus grandes forces en moi. Cela a entrainé un gros nettoyage psychique mais aussi physique.

Et dans le sens positif, car les gens qui m’entourent me disent qu’il y a une impressionnante lumière qui émane de moi actuellement.

Moi même quand je me regarde dans une glace je vois mon visage profondément changé..une lumière très différentes de ce que je lui connaissais.

Malgré les difficultés rencontrés une grande paix m’habite.

Mon corps a aussi beaucoup séché sns que je fasse de changement alimentaire spécifique autre que écouter mes instincts et traverser cette libération de nettoyage à tous les plans.

En mai j’ai fais 7 jours de jeûne à l’eau, ce fut le plus beau jeûne que j’ai fais une lucidité incroyable, des connexions extrasensorielles immenses, une innondation interne d’amour immense alors même que je venais de traverser une violente épreuve.

Alors de toutes ces transformations qui ont opéré de moi avec moi même au cours des derniers mois j’écoute mon instinct dans l’appel du raisin.

Une invitation à un voyage au coeur de mon être.

D’autant plus que je serais en parallèle en stage de vinyasa yoga pendant 3 jours, axé sur la thématique de la détox et donc certainement beaucoup de torsions au programme.

Le tout sous le soleil au bord du lac de Serre Poncon en associant yoga, méditation et kayak sur le lac.

Je ne sais pas pourquoi mais quelque chose me dit que cela sera un voyage intérieur magique.

Le jeûne et les monodiètes sont certes des moyens de detox très intéressant mais se sont avant tout pour moi de profond outils de développement personnel, qui me permettent lorsque je traverse des étapes importantes de ma vie d’aller y trouver les réponses que j’ai besoin pour avancer.

Dans ma semi monodiete c’est à dire un jour raisin un jour quotidien normal, j’ai consommé que du raisin muscat

Là j’ai un mélange de Clarisse et de lavalée, lavalée pour la grosse partie et le tout made in Hautes-Alpes.

Que demander de plus ?

Je vous parlais il y a peu d’alchimie.

En effet l’alchimie s’applique pour ma part chaque jour à être au diapason avec la nature qui m’entoure. Et à m’offrir ces instants d’immersion tant avec moi même qu’avec la nature.Je ne peux pas vivre loin de la nature j’ai besoin de m’y ressourcer au quotidien.

Et vous quelles rencontres intérieurs vous appelle après cette nouvelle lune ce 9 Octobre et ce voyage au coeur de l’automne ?

 

Rando : Ascenscion du Bric Froid (3302m) depuis Abriès (05)

Par cette belle journée estivale ce mercredi , c’est une belle ascenscion vers le Bric froid, un des trois plus hauts sommets du Queyras qui a pris place. (c’est le 3ème sommet)
Le départ depuis le village de Roux en direction du Col de Thures à 2797 m, une montée qui tape bien dans les jambes , non pas par la longueur mais par le dénivelé. La montée au col de Thures se fait par le GR 58.

20180711_114204_HDR20180711_115837_HDR20180711_115840_HDR20180711_120433_HDR20180711_121522_HDR20180711_121527_HDR

 

20180711_130125_HDR

 

Au col de Thures quelques névés sont présent et là on se trouve à la frontière entre les Hautes Alpes et le Piémont Italien, une vue magnifique.

 

20180711_141334_HDR20180711_141339_HDR20180711_141359_HDR20180711_141415_HDR20180711_141443_HDR20180711_141650_HDR

 

Puis ensuite on longe la crête, et on arrive dans du bien raide en plein milieux des éboulis de falaise, donc en gros du bien casse figure, des cairns indiquent le passage mais ils sont parfois peu visible. Cette partie bien que très différente de la première s’avère très physique de part la raideur et les éboulis de falaise à gérer.

 

20180711_152926_HDR20180711_153004_HDR20180711_153011_HDR

 

Puis je suis arrivée au plateau des Ruines avec une vue assez grandiose, au pied de l’antécime du Bric Froid (le gros éboulis de pierres sur la photo si dessous)
Depuis les Ruines jusqu’au sommet il reste l’équivalent d’un peu plus de la hauteur de la Tour Eiffel à monter sur 1km, le tout dans des éboulis.
J’ai commencé l’ascension et très vite je ne voyais plus les cairns.
La fatigue se faisant sentir, j’ai préféré m’arrêter à 3100m bien que peu loin du sommet (3302 m), car je sentais que c’était trop dangereux de continuer seule au sommet, d’être crevée la haut et de ne pas pouvoir gérer la redescente dans les éboulis ensuite du fait de la fatigue. Et autant dire que je préférais éviter d’avoir à appeler le pghm pour redescendre.
A 3100 m j’avais déjà 1500m de dénivelé dans les jambes, pour la première rando de la saison c’était plutôt une bonne ascension.

20180711_153742_HDR

j’en ai pris plein les mirettes dans cette magnifique nature sauvage que représente le Queyras. Cette vue à 360° tant sur le massif Français que sur le Piémont Italien était magique.

J’ai eu droit de belles éraflures de jambes à la descente par les éboulis. Bien contente d’être en minimaliste au pied bien plus facile à gérer dans les appuis sur ce type de terrain avec éboulis. Mais quel bonheur d’être au milieu de la roche et de savourer cette grandeur de la nature.

A la redescente j’ai pu discuter un peu avec le berger d’un gros troupeau , que j’avais déjà aperçu à la montée.
Et observer quelques tétards dans une flaque non loin de l’arrivée.

Les cascades étaient magnifiques.
Les fleurs si belles et l’eau si délicieuse à boire.

 

20180711_182858_HDR20180711_185529_HDR

 
1 commentaire

Publié par le 13 juillet 2018 dans Nature, Sport

 

Partage projet autour de la biokinésie

Bonjour à tous,

Après quelques mois de pause sur le blog pour nourrir les gros projets qui arrivent et dont je vais vous parler sous peu  je souhaite en attendant vous parler du projet d’un naturopathe Nantais autour de la biokinésie.

La biokinésie est la gymnastique des organes ou auto-massages des organes. Cette méthode a été élaborée selon une approche naturopathique.

Sylvain Herruel, naturopathe Nantais, que j’ai eu l’honneur de rencontrer personnellement lors de ma vie Nantaise, a mis au point un jeu de carte autour de la biokinésie, afin de pouvoir intégrer ces exercices dans notre quotidien simplement et  de façon ludique.

Ce projet est également novateur car il a choisit d’imprimer ses cartes en feuilles de pierre, pour une édition plus écologique. Ce sont les premières cartes françaises à être lancées sur ce type d’impression.

Je trouve le concept très intéressant et c’est la raison pour laquelle je souhaite vous le partager. Un chouette moyen par le biais de ces cartes d’intégrer les exercices dans le quotidien.

Je vous laisse découvrir le projet sur le lien de la campagne Ulule ci dessous, qui comprend toutes les informations en détail. Ainsi que la présentation vidéo qui résume le projet.

n’hésitez pas à le partager autour de vous afin que ce projet puisse se réaliser et voir le jour.

https://fr.ulule.com/biokinesie/

 

 

 

 

 

Retour sur la Randonnée du Pic de Morgon (Hautes Alpes)

Ma première rando de l’année , s’est faite dans l’exploration d’un pic des Hautes Alpes.

Je suis partie depuis l’Abbaye de Boscodon, mais il est possible de partir de beaucoup plus haut, là où se situe le parking officiel.  Entre l’Abbaye et le parking dit officiel c’est une route forestière qu’il vous faudra emprunter.

Depuis l’Abbaye c’est avec les vibram five fingers aux pieds que j’ai commencé la rando. Depuis que je marche en minimaliste je ne peux plus faire autrement au niveau des sensations. Le minimaliste permet vraiment de sentir le sol, de vivre des sensations qu’une chaussure classique de randonnée empêche totalement. Selon mes envies je pars soient en five fingers (chaussure à doigts) ce qui surprend toujours les gens que je croise au fur et à mesure du chemin, ou en merrels minimaliste. Ce sont les mêmes que les VVF , sans les doigts. Ceci pour des raisons techniques je dirais, car j’ai mon petit orteil à droite qui n’est pas très droit et autant à la montée cela ne me gène point du tout, autant à la descente cela peut s’avérer bien douloureux.

J’aime sentir le sol sous chacun de mes pas. La marche en minimaliste permet je trouve de vivre un profond ancrage au sol.

Le départ se fait donc le long d’un chemin forestier, alternant avec forêt et vu surplombant le lac.

20170723_16230120170723_16250120170723_16341720170723_16415520170723_17400220170723_17401220170723_17580820170723_17592220170723_18011520170723_180239

Avant de rejoindre le cirque de Morgon et cet espace impressionnant, un espace très fort énergétiquement.

Le chemin rejoignait ensuite une petite bergerie, espace où l’on pouvait apercevoir les marmottes.

 

20170723_18082320170723_18123620170723_18130020170723_18130320170723_18130520170723_182019

 

Petit plat avant d’attaquer la dernière montée, là où les jambes expriment le dénivelé du parcours.

Et pour arriver là haut avec une vue magnifique à 360 dégrés à la fois sur le lac de Serre Ponçon et le cirque.

Cela soufflait bien là haut, une vue IMPRESSIONNANTE  de grandeur. On se sent petit face à la nature une fois la haut.

J’adore sentir ces grands espaces de libertés, ils me nourrissent au plus profond de moi.

20170723_18300220170723_19092220170723_19092520170723_19173220170723_19173620170723_19173820170723_19173920170723_191749

Cette vidéo vous laissera admirer la vue panoramique qui s’offrait à moi.

20170723_19243720170723_19245320170723_192456

 

 

Et pour la redescente le passage par la crête, assez ventée ce jour là. Attention  si vous avez le vertige je ne vous recommande absolument pas ce passage , vous risquerez de vivre un moment bien difficile et éternellement long le temps de la traversé.  20170723_19411620170723_20020320170723_211055

Après 5h de marche et 21 km de marche 1550 m de dénivelé positif je suis rentrée à la nuit, (nétant partie qu’en milieu d’après midi ) la tête remplie de moments merveilleux et les yeux de souvenirs face à la beauté des paysages.

 

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 21 août 2017 dans Paysages, Sport