RSS

Archives de Catégorie: Végétarisme et Veganisme

Légumes de saison aux algues pour soutenir le feu digestif

Les légumes de saison tels que les navets et les algues sont des aliments trop souvent mis de côté.

L’amertume des légumes comme le navet est très intéressante pour soutenir la fonction hépatique.

Cela tombe bien nous sommes au printemps et en médecine chinoise cela correspond à la période du foie et de la vésicule biliaire.

Là nature est magique et met à notre disposition les aliments dont nos organes ont besoin en fonction des saisons.

Les algues elles sont très riche en iode et ce dernier constitue un élément très fréquemment absent dans l’assiette. L’Iode est pourtant indispensable au bon fonctionnement de votre thyroïde.

Consommer de l’iode quand on est végétariens ou végétaliens habitant loin de la mer là est une question qui peut parfois se poser. Les algues sont en cela des aliments exceptionnels tant par leurs richesses nutritives que par leurs apports en minéraux.

Je précise cependant que les carences en iode concerne tout autant les personnes omnivores. La carence en iode est très fréquenté dans la population mais très mal diagnostiquée.

Alors ce soir dans ma cuisine j’ai rassemblé les deux navets algues et autres légumes de saison.

J’ai pris avec ce que j’avais dans mon frigo

4 courgettes

3 navets

1 gros fenouil

2 branches de céleri vert.

1 barquette de sphagetti de mer que j’ai désalé au préalable.

Mon faitout de cuisson basse température.

J’ai mis un peu d’huile de coco au fond.

J’ai coupé tous mes légumes.

J’ai mélangé tout cela, ajouté du curry, du cumin, du basilic, du gingembre.

De l’algue Kombu (j’aime beaucoup la mettre dans mes plats chaud)

Puis du lait de coco à 6%.

J’ai fais cuire tout cela puis j’ai rajouté en fin de cuison de la farine de chanvre et des graines de lin.

Là couleur n’est pas forcément des plus lumineuses mais qu’est ce que je me suis régalée.

Mon digestif aussi a grandement apprécié ce mélange.

Pour bien se porter mon système digestif a besoin d’être nourri de plat qui soutiennent mon feu digestif.

Manger froid et cru selon votre tempérament peu notamment fragiliser ce feu digestif.

J’ai appris de mes expériences pour y trouver l’équilibre en retirant le meilleur de tout ce que j’ai touché.

Dès que je sors de ce cadre je paie vite les conséquences.

Là farine de chanvre est un aliment très intéressant et qui ici vient apporter la touche protéinée à ce plat.

Le chanvre est un aliment qui a une très grande place dans ma cuisine. Je vous en dirais plus très très prochainement.

C’était parfait pour un dîner tout en souplesse. Nutritif sans alourdir le corps.

Je fais actuellement très attention à mon feu digestif et prend du plaisir dans ma cuisine.

Je ne suis pas du tout une adepte des livres de recette mais je cuisine très souvent à l’instinct.

Et en général je ne me régale de mes découvertes.

Et vous aimez vous laissez votre instinct parler dans votre cuisine ?

 

Découverte alimentaire : granola sarrasin chanvre

Une nouvelle découverte en déplacement.
Lors de mes déplacements je cherche à manger les aliments propices à ma digestion.

Manger cru et froids des légumes et fruits est très défavorable à mon feu digestif donc je sélectionne avec attention ce que je mange.

Alors ici ce fut une belle découverteavec ce granola à base de sarrasin, chanvre et gingembre. Un mariage chanvre, sarrasin, gingembre, coco cela ne pouvait que plaire à mes papilles.

Je fus ravie de la découverte
Parfait au niveau du sucre pas trop sucré. J’ai énormément de mal avec ce qui est trop sucré en bouche.
J’ai beaucoup apprécié la touche de gingembre qui vient relever le tout.

Une production 100% artisanale avec des ingrédients de qualité avec une belle entreprise bretonne.

Ils sont fort les bretons avec les belles associations gustatived, mes trois entreprises du top qualité en préparation alimentaire veggie et sans gluten ni lactose sont bretonnes : lchanvre, l’atelier V et tiboom
Je fais énormément maison mais en déplacement ces entreprises me donnent une aide précieuse pour me nourrir sans fragiliser d’avantage ma digestion.

Merci à tiboombio pour ce délicieux mariage des saveurs

 

Découverte des yaourts de coco : les Petites Pousses

Une autre découverte cette semaine

Après le lait fermenté de coco voici les yaourts de coco de chez  » Les Petites Pousses »

Une entreprise engagée dont les valeurs m’ont séduite.

J’ai découvert leurs produits et ce fut la aussi une belle surprise gustative.

N’ayant pas un palais très sucré je me suis orienté vers le brassé coco nature.

Une valeur sûre. J’ai grandement aimé.

J’avais goûté d’autres marques en mag bio ou récemment alpro en brassé coco et je n’ai pas trop aimé.

Lâ je valide et je recommande à 300%

Ils en font des parfumés que je ne peux que vous inviter à découvrir également.

Les ingrédients sont nobles.

Une maman qui fasse à l’intolérance au lactose de son fils s’est mise à la tambouille.

J’adore l’initiative.

 

Découverte des falafels de l’atelier V

Mission falafels
Je suis ultra exigeante sur la qualité des falafels .
Ayant une amie qui fait de la cuisine indienne maison je n’avais jamais rien trouvé d’aussi bon que les siens jusqu’à présent.
Bon au goût et pas sec en bouche.
Même en bio je trouvais en général cela très médiocre en terme gustatif. J’en ai acheté une fois cela m’a vacciné.

La je me suis laissée tentée à goûter ceux de l’Atelier V. Une marque que j’apprécie beaucoup de part ses qualités de produits et son éthique . Si vous ne connaissez pas je vous invite à découvrir cette entreprise bretonne qui monte en flèche tant leurs produits font fureur.

Ils nous font redécouvrir les légumineuses sous des formes très intéressantes.

Leurs houmouus sont par exemple de vrai bombe de qualités gustatives. Même ma nièce de 3 ans est fan de celui de lentille corail.

Pour en revenir aux falafels j’ai goûté ceux à base de patate douce, pois chiche, cumin, sésame.
Quelle ne fut pas ma surprise de rencontrer cette qualité gustative qui éveille les papilles.

Une bien belle surprise
Mon palais en est tout émoustillé et on sent tellement l’intention qui est mise à la préparation.
C’est quelque chose que j-adore rechercher dans la cuisine : l’intention.

Je suis très exigeante sur la qualité de ce que je mange en extérieur en terme de qualité gustative et choix produits.

Je ne peux que vous inviter à découvrir.
C’est également Très pratique quand on est en déplacement et que l’on ne peut pas cuisiner

 

Mon repas après l’effort en jeûne intermittent

Cela fait un moment que je n’ai pas publié.

Aujourd’hui je vais vous partager mon repas post entrainement.

Actuellement en phase de réeducation suite à un accident de coude il y a un mois dont je parlerais dans un autre article afin de vous partager les clefs mises en oeuvre pour ma guérison et qui ont énormément accéleré la réparation post fracture.

Adepte du jeun intermittent.Je m’entraine toujours à jeun.Soit je fais un seul repas par jour soit deux.

Ce jour je me suis faite une seance d’entrainement de hiit suivi du gainage ( sans utilisation de mon coude blessé) et enchainée avec un 10 km de course à pied avec de très bonnes jambes.

Qui plus est sous un soleil de plomb. De quoi assurer une bonne synthèse de vitamine D au passage.

17h voilà le premier repas de ma journée.

Alors je me suis faite un jus vert

Un pied entier de céleri vert avec ses branches et une pomme.

J’adore le jus de céleri.

Il est de plus très intéressant au niveau nutritionnel post effort car très riche en sodium.

Je préfère largement boire un jus de céleri qu’une eau gazeuse en post entrainement (recommandation que l’on voit souvent d ‘ailleurs).

Je sucre tres peu mes jus caelr je ne suis pas adepte du sucre et encore moins avec le temps. Une petite pomme me suffit donc pour un gros pied de céleri.

J’ai accompagné le tout avec un mélange graine de chia, sucre de coco, farine de citrouille et un yaourt de chanvre.

Et voilà un repas de récupération post entrainement qui m’apporte tous les éléments dont j’ai besoin

Les minéraux par le jus et ma mixture mes acides aminés dont les fameux bcca pour la reconstruction musculaire. BCCA Qui seront nettement mieux assimilés sous cette forme que n’importe quel complément du commerce.

Mon fer via les graines de chia pour aider les hematies éclater par les choc de la course à pied.

Et mes bonnes graisses pour la reconstitution musculaire

Et voilà une collation maison qui dépasse en terme de qualité toute forme du commerce et qui est bien plus économique.

Et vous quels sont vos facons de vous nourrir après l’entrainement ?

 

Mon premier col à vélo …

En septembre dernier je me suis mise au vélo route. Le vélo ne m’était pas inconnu vu que je faisais tous mes déplacements à vélo lors de mes 7 ans d’études sur Nantes, ainsi que vers chez mes parents où je me déplaçais beaucoup à vélo.

Depuis longtemps je voulais m’acheter un vélo, j’ai attendu que cela soit le bon moment.

Mon papa est un grand passionné de vélo (pour donner une idée avant il faisait 22000 kms de vélo par an…non non je ne rigole pas)

Un jour en 2011, la veille d’une épreuve de 300km pour lui je lui avais demandé que l’on parte faire du vélo ensemble lui et moi,  lui avec son vélo de course et moi avec mon VTT. Bien entendu je n’avais pas son rythme mais il m’a fait bien m’entrainer ce jour là. Nous avions fait 50 kms avec beaucoup de côte. Et oui le Finistère est loin d’être plat.

Je me suis tout simplement régalée et cela a été le déclenchement de cette envie.

En septembre je me suis donc achetée mon vélo, avec les bons conseils de mon papa en matière d’équipement (shimano ultégra/compact pour les connaisseurs)

20160615_151758.jpg

J’ai roulé en septembre environ 300kms sur les routes du Finistère dont un entrainement avec mon papa.

Puis de retour ici j’ai fais entre septembre et le décembre 2 sortie ici et 3 dans le beaujolais puis l’hiver a pris la relève.

J’habite dans un col de montagne donc qui dit sortie dit descente pour commencer sur 12km mais aussi remontée ensuite.

Ma première sortie de 70km ici j’ai direct inclus la remontée , j’en ai eu du dur, et j’ai du faire deux arrêts dans la montée. J’avais mon genou qui me faisait mal. Je venais de me faire 5 jours de cyclo-camping et suite à un mauvais réglage de selle j’avais tapé dans le genou.Donc je mettais arrêté chez moi et non au sommet , mais j’en avais bien assez pour ma première sortie en montagne.

Puis une deuxième sortie toujours ce problème de genoux. Une troisième sortie et dernière pour 2015 le 25 décembre.

Depuis je n’avais pas touché le vélo, la météo hivernale ne le permettant pas, puis la météo printanière n’étant pas propice sur mes jours de repos.

Entre temps j’ai fais du cyclocamping en avril sur les terres Suisses avec 2500m de dénivelé positif (au total ) et en Juin sur le côté Gard/ Ardèche avec 2000m de D+ , avec des côtes de plus de 3km (en cyclocamping cela fait son affaire tout de même 🙂 )

Ce jour je suis donc partie sans savoir ce que cela allait donné dans les jambes. Une sortie de 56 km au programme avec pour finir l’ascension du col de Plaine Joux, sur un dénivelé de 850 m positif. Je me sentais bien dans le col de bonnes jambes, ca montait bien (face à mon niveau bien entendu car je ne tentais pas de suivre les 3 hommes qui ont pu me doubler)

Pendant mon parcours je suis passée devant la cascade de l’Arpenaz

la géologie de cette cascade est assez impressionnante. Je me suis baignée une fois au pied de cette cascade sous le jet c’est puissant là bas. D’ailleurs cette cascade est surnommée la cascade des Dieux.

D’ailleurs je ne sais pas ce que vous y voyez moi j’y vois un coeur : le coeur de la vie avec au centre le poumon de la terre.

j’aime beaucoup cette cascade.

20160615_16253320160615_162537

Malgré un dernier pignon qui sautait par moment, tout s’est merveilleusement bien passé, et pour rajouter de la difficulté je ne suis pas passée par le chemin classique mais à un moment un chemin qui contourne et où les montées sont plus raides. Je suis arrivée là haut . J’étais bien et contente de moi. c’était mon premier col plein avant les prochains qui suivront

20160615_192207

20160615_184628

vue à Plaine Joux ce jour

Comme quoi ce n’est pas forcément s’entrainer dur dur sur une activité qui fait progresser, je n’ai pas touché le vélo depuis décembre et je monte beaucoup mieux qu’à ce moment là .Le cyclocamping certes m’a bien aidé je pense vu les montées que notre parcours comportait. Début d’année je me suis beaucoup reposée également. Point indispensable à la progression. Ce n’est pas forcément la charge d’entrainement qui fait progresser mais bien un juste équilibre.

 
 

Cyclocamping sur la route des lacs en Suisse

En ce début de printemps, les beaux jours sont de retour et quelques jours de vacances au Rdv ; le cyclocamping est le bienvenu pour explorer diverss endroits, des vacances sportives et économiques.

Au départ nous devions partir dans le sud de la France mais la météo peut clémente nous a fait changer notre idée de parcours. C’est donc en Suisse que nous avons roulé.

Notre périple a duré 4 jours. Avec un total de 200 km et 2400 m de dénivelé positif avec plus de 15 kms de charge sur le vélo.

Pour ce parcours nous avons suivi les voies vélo. Pour cela la Suisse a là aussi une longueur d’avance face à la France. Tout est prévu pour les mobilités alternatives. Nous avons pu préparer notre parcours grâce au site Suisse mobile. Un site qui est vraiment très bien fait. Vous y trouver tant les circuits vélo, que piétons, que canoé, etc, la localisation des campings.

Sans titre

1er étape 

Après un incident technique à savoir l’oubli de la tante, nous avons pu démarrer notre parcours et partir de Montreux. Nous avions prévu de partir de Saint Gingolph au départ mais nous nous sommes adaptés face à cet incident.

Nous avons commencé par longer le lac Léman avant de le quitter à Vevey. Là nous avons attaqué par une grosse montée jusqu’à Chatel Saint Denis.

Puis nous avons traversé des coins de campagnes chouettes comme tout.

Nous avons voyagé jusqu’à Epagny, au sud de Bulle.  La ville de Bulle est très jolie nous avons croisé des gens très chaleureux et accueillant.

Pour un périple de 42 km et 605 m de dénivelé positif.

20160403_184446

Eglise en chemin un peu avant Bulle

Nous avons posé notre tente dans un camping sur Epagny. Nous avons été très bien reçu.

La nuit fut cependant froide.

2ème étape 

D’Epagny à Gurmels au Nord de Fribourg. 57 km et 625 m de dénivelé positif

Là nous avons traversé des coins de campagne Suisse, vu de vrai fermes traditionnelles.

Nous avons passé la ville de Fribourg. Une ville qui n’a vraiment pas beaucoup de charme. Il parait d’ailleurs qu’on y dit que les corbeaux se retournent en vol pour ne pas voir cette ville.

Au camping c’était l’occasion de remettre un peu en pratique l’allemand.  Entre Allemand et Anglais on a bien jonglé au final.  Nous avons à nouveau rencontré de chouettes personnes avec qui de belles discussions ont eu lieu.

3 ème étape

De Gurmels à Estavayer le Lac.

51km6 et 485 m de dénivelé positif

Une nouvelle fois de très beaux coins dans la campagne,

20160405_11482020160405_14065720160405_145919

mais une fin de journée sous la pluie ce qui fait que nous avons écourté notre parcours car nous étions frigorifié et fatigué.

Pour autant nous avons mis du piment dans le parcours en empruntant un sentier pédestre. Sur le parcours un petit obstacle : un ponton bien glissant. Ce dernier m’a valu une bonne chute de glissage. On me dit on ne freine pas sur ce pont mais à un moment « on s’arrête pour prendre une photo » alors je n’ai pas freiné, et comme je roulais au ralenti j’ai posé mon pied à terre. Sauf que ce dernier a glissé . Je me suis retrouvée par terre, le vélo sur moi, et résultat de jolis petits bleus sur les bras.

20160405_16351820160405_165643

Là en ce soir de pluie nous avons eu la chance de trouver sur notre route un camping à la ferme. Un camping dans une ferme bio qui plus est. Ici

Là notre cadeau de fin de journée fut que cet agriculteur proposait non seulement des tentes…. mais aussi des dortoirs. Pour une différence de prix modeste nous avons pris la deuxième option afin d’être bien au chaud et faire sécher nos affaires pour repartir de bon pied le lendemain.

4ème étape

D’Estavayer à Montreux. 75 km avec 700 m de dénivelé positif.

Là un beau ciel ensolleillé nous a accompagné tout au long de cette journée.

20160406_095541

Nous avons pu apprécier le charme de la ville d’Estavayer, avant de rejoindre Payerne.Là nous avons pu voir une toute énergie, une ville peu accueillante où les gens paraissaient très mal. Car oui nous observions les gens dans les villes que nous traversions.

Nous avons ensuite longé la rivière jusqu’à Mouron

20160406_12454020160406_153509

 

Puis nous avons à nouveau traversé de très beaux coins de campagne après Orons.

20160406_16442720160406_16443020160406_164533

Et enfin nous avons terminé par le Mont Pellerin, avant de descendre sur 400m de dénivelé négatif en lacet en surplombant le Léman. Une bien belle arrivée.

20160406_18581120160406_185817

Voilà un beau et riche périple qui fut aussi l’occasion d’un voyage intérieur de réflexion et de cheminement personnel sur différents aspects. Et oui l’évasion amène aussi l’évasion de l’esprit et les réflexions internes.

 

 

En ce qui concerne la nourriture nous avions préparé dans les sacoches des fruits et cuits un peu de quinoa. Pour ma part je suis végétalienne et l’ami qui m’accompagnait est en grande majorité végétarien. Nous avons donc racheté des fruits sur la route et des légumes crus. Voilà rien de plus simple en terme de préparations.

Voilà un petit partage d’un beau séjour, une bien belle aventure et enrichissante sur différents points. Comme quoi le sport et le végétalisme ne sont pas du tout incompatible.